[Lecture] – Retour réflexif sur la situation d’enquête

« Je mesure l’abîme qui me sépare des êtres humains parmi lesquels je vis. »
B. Malinowski

Depuis l’ouverture des Espaces Réflexifs, j’ai changé de lecture. Je plonge avec curiosité dans les ouvrages à propos de la réflexivité dans la recherche. Étant doctorante en anthropologie, mon nez se faufile dans cette matière (mais je ne compte pas en rester là). Aujourd’hui, j’ai lu un ouvrage d’Olivier Leservoisier : Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête. Vous noterez que j’ai mis le sous-titre de ce livre comme titre de ce billet. Non pas que le titre principal ne soit pas pertinent mais tout simplement car le sous-titre est plus en accord avec le propos des Espaces Réflexifs.

Retour réflexif donc, de différents chercheurs. Douze témoignages au total, du chercheur sur son terrain avec ses doutes, ses interrogations et surtout sa place dans la société qu’il observe. Par société, on entend le groupe (famille, ethnie, corporation, etc.) C’est essentiellement une anthropologie du « là-bas », du « lointain ». Seul le chapitre 8, « Démarche anthropologique et hiérarchisation dans des espaces à activité finalisée » rédigé par Valéria A. Hernàndez traite du « ici », du « proche ».

C’est dans l’introduction que j’ai trouvé quelques pistes intéressantes sur mon interrogation et je ne résiste pas à vous en livrer quelques morceaux.

[…]afin de souligner la portée heuristique d’une anthropologie réflexive qui se veut résolument constructive et attachée aux données empiriques. (Leservoisier, 2005, p.5)

[…] la réflexivité, tout en étant une procédure d’objectivation de la recherche, est une condition de production de connaissances. (Ibid., 2005, p.6)

En dévoilant les colères et l’exaspération de l’ethnologue envers ses hôtes, ce journal1 a ainsi révélé le caractère illusoire d’une observation neutre et a démontré dans le même temps que l’idée d’une totale identification avec la société est un leurre, ce dont Malinowski était d’ailleurs pleinement conscient. (Ibid., 2005, p.11)

Le terrain n’est plus cette chose évidente, mais une réalité complexe à interroger, qui transforme l’ethnologue au point que ce dernier finit en règle générale par s’identifier à lui. (Ibid., 2005, p.12)

Le travail réflexif est un exercice délicat dans la mesure où tout en étant autocentré, il doit se prémunir contre un excés narcissique. […] l’intérêt du travail réflexif n’est pas simplement de rappeler la part de subjectivité dans la recherche, mais de mieux comprendre l’objet d’étude, de le penser différemment pour éventuellement le construire autrement. (Ibid., 2005, p.22)

La réflexivité n’est pas une simple introspection, au sens où elle ne dispense pas du travail d’observation, ni de la prise en compte des différents contextes dans lesquels s’exerce la recherche. (Ibid., 2005, p.23)

[…] l’important est moins de prétendre contrôler l’ensemble du processus de la recherche que de montrer comment le retour réflexif – aussi partiel soit-il – peut être à la fois un instrument d’investigation, un moyen de recoupements, ainsi qu’une démarche permettant de marquer les limites de l’enquête. En cela, la réflexivité appelle à davantage de rigueur, mais aussi à plus d’humilité. (Ibid., 2005, p.23)

[…] à signaler l’importance, pour paraphraser P. Bourdieu, de « faire l’anthropologie de l’anthropologie », démarche qui, rappelons-le, est le fondement même de tout travail anthropologique. (Ibid., 2005, p.29)

Leservoisier O. (2005). Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête. Clamecy, France : Karthala.

  1. Malinowski B. (1985). Journal d’ethnographe. Paris, France : Seuil (1er éd. 1967). []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Jonathan dit :

    « Le travail réflexif est un exercice délicat dans la mesure où tout en étant autocentré, il doit se prémunir contre un excès narcissique. »

    Cette phrase là me parle particulièrement. Je me demande encore et toujours quels sont les outils méthodologiques les plus indiqués pour lutter contre ce travers. Jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé mieux que la confrontation scientifique avec ses pairs… mais on ne peut pas toujours tout confronter avant de s’engager dans l’écriture…

    Et en même temps, je m’interroge sur la dimension assez subjective de cet excès de narcissisme : la démarche réflexive en anthropologie faisant encore l’objet de méfiance forte, quelque soit les précautions prises et les gardes-fou dont on se dote, il y aura toujours quelqu’un pour considérer que ce zeste d’auto-analyse – que l’on s’autorise pour mieux mettre en perspective la complexité du terrain – est en trop.

    Alors si cette bataille est perdue d’avance, pourquoi ne pas opter pour des choix faits en âme et conscience ?

    • Stéphanie Messal dit :

      Merci pour ton commentaire.
      En réalité, il n’existe aucun outil méthodologique et je ne pense pas qu’il en existera un jour. C’est un long travail personnel où chacun doit trouver sa propre méthode. Quant à la confrontation avec ses pairs, elle est nécessaire dans la mesure où l’on accepte d’être débutant (même nos pairs ont débuté un jour). Je pense qu’au contraire on peut confronter bien des choses avant même le moment de l’écriture : j’ai souvent pris des rendez-vous avec mon directeur de thèse uniquement pour discuter. D’ailleurs mes propos étaient tout autant d’ordre pratique qu’émotionnel. Pouvoir discuter aussi avec quelques chercheurs au cours de séminaires ou colloques est une expérience enrichissante. Je ne maîtrise pas forcément le jargon de la science, mais la sincérité de l’échange était là. Et cette sincérité a souvent été récompensée par des conseils avisés.

      La “nouveauté” et dans quelques domaines que ce soit est toujours source de méfiance : dès que l’on sort des sentiers battus par ses pairs, ceci ont toujours un regard réprobateur. Mais en même temps, n’est ce pas le rôle des “parents” de nous mettre en garde si jamais on quitte le droit chemin ? Pour autant, il est parfois nécessaire de tracer sa propre route. Je me souviens de mon directeur de thèse me parlant de son anthropologie autour du football : au début, personne n’y croyait vraiment.
      Enfin, je dirai que la réflexivité n’a rien à voir avec l’auto-analyse sinon il n’est plus question d’anthropologie mais de psychanalyse. Il ne faut pas avoir peur d’ouvrir la porte de son moi mais il faut avant tout y regarder le soi. Le soi, c’est celui qui est tourné vers l’autre. Nous savons tous les deux que l’anthropologie est la science de l’autre. Cette altérité permet de trouver le soi dans l’autre et l’autre dans le soi. Quant à ceux qui restent suspicieux, tant pis ! Comme le dit si bien Godelier, “on ne peut pas être ami avec tout le monde” et je rajouterai qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Je pense que le principal c’est d’être en harmonie avec ses attentes.

      Quand aux batailles perdues d’avance… j’avoue que je n’aime pas cette expression mais c’est très personnelle. En partant de ce principe alors autant ne rien faire. Quant aux choix… effectivement, ils ne dépendent que de nous, alors autant faire en sorte qu’ils nous conviennent. :^)

      • Jonathan dit :

        Ma dernière question ne doit pas faire débat tant la réponse va de soi (comment s’appelle déjà cette figure de style qui implique d’enfoncer des portes ouvertes ?). Mon propos est de souligner la grande diversité d’approche de cette notion de réflexivité, du fait qu’elle soit justement personnelle, intime, subjective.

        Pour ma part la « réflexivité » ne correspond pas une école ou une approche théorique, mais une étape dans le lent processus de digestion du terrain. L’enjeu est de donner à cet ingrédient sa place parmi d’autres, et surtout éviter de lui préférer l’exclusivité au dépends de tous les autres ingrédients (la distanciation par exemple) qui nous permettent de transformer une expérience humaine en produit scientifique.

        Mes pensées ayant cheminé depuis mon dernier commentaire, il me semble que l’exercice délicat tient du fait que ce qui saute en premier aux yeux quand on utilise des miroirs est l’infinité fascinante de reflets de reflets… voilà ce qui nous ramène à Narcisse : cette multiplication de l’objet du reflet, c’est à dire soi. La démarche réflexive n’est surtout pas une fin en soi, mais est un outil méthodologique. Cet outil qui – comme tous les autres – doit être interrogé et remodelé en fonction de ses besoins propres.

        Quant à la question de plaire ou de ne pas plaire à ses pairs, l’évaluation d’une méthodologie de recherche ne se fait-elle pas toujours à l’aune des résultats obtenus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *