Retour au portrait (II) : l’esquisse et autres théories perspectivistes

« Sans cesse les mêmes points, ou presque les mêmes, ont été abordés à nouveau à partir de directions différentes, et sans cesse de nouveaux tableaux ont été ébauchés. Nombre d’entre eux dessinés de façon maladroite ou imprécise trahissaient tous les défauts d’un médiocre dessinateur. Et une fois ces tableaux-là écartés, il en restait un certain nombre qui étaient à demi réussis, mais qu’il fallait réorganiser ou même retoucher pour qu’ils présentent à l’observateur le tableau d’un paysage. » (Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris, Gallimard, 2004, p. 21-22)

Comment penser le caractère fragmentaire, processuel et nécessairement incomplet de toute entreprise descriptive ? Quand je fais un portrait (d’un membre de ma famille, d’une pierre, d’une situation, etc.), comment faut-il que je procède, sachant que ma perception change à mesure que j’y accède et invalide les tentatives précédentes d’écriture, pourtant nécessaires à la constitution de l’objet décrit ? Doit-on attendre, proposer une synthèse ou publier en assumant ce geste, comme constitutif du geste descriptif ? On le voit : c’est moins l’écriture des portraits qui pose problème que leur publication, c’est-à-dire leur mode de circulation sociale. Avant d’assumer une posture (corriger des portraits déjà publiés, changer éventuellement les dates, rassembler dans un recueil, etc.), j’explorerai des théories qui permettent de penser la nature fragmentaire, kaléidoscopique de l’expérience humaine.

La théorie phénoménologique des esquisses

Dans un petit livre sur la perception, le phénoménologue et professeur de philosophie Renaud Barbaras1 propose quelques pages éclairantes sur la théorie des esquisses développée par Husserl. J’en présente quelques rudiments parce qu’elle offre les moyens de dépasser mes propres contradictions.

Pour Husserl, toute chose se donne par esquisses et variations, même si elle existe indépendamment d’elles. Ainsi une chaise est perçue comme chaise, quel que soit l’angle par lequel on l’aborde. Mais aucun des angles ne donne accès à la totalité de la chaise. La perception tient à ce paradoxe : la partie ne donne pas accès au tout mais le tout est toujours présent dans chaque partie, au moins en puissance et conceptuellement (mentalement) pour nous aider à penser la partie dans une relation à un tout. La perception de la chaise et la chaise perçue sont donc deux réalités différentes : dans un cas, elle dépend du vécu d’un observateur ; dans l’autre, elle est transcendante, indépendante de sa perception. Ainsi, l’esquive dévoile autant la chaise qu’elle n’indique l’impossibilité d’y accéder totalement, même en multipliant les points de vue : la chose s’esquive en son esquisse. C’est pourquoi cette dernière est « l’unité originaire d’une absence et d’une présence » (p. 65) : elle manifeste à la fois la chose et sa fuite parce qu’elle peut toujours être complétée par tel ou tel aspect.

L’être décrit – l’être du portrait – se dérobe donc à mesure qu’il apparaît : ce constat désespérant est en fait le mode d’apparition des choses. Nous ne pouvons les approcher qu’en acceptant de les perdre, comme le rêve dont on essaie de se souvenir.

Expression et coordination des « perspectives »

Est-ce dire que toute entreprise de description polyphonique ou détaillée est vouée à l’échec ? Que penser des films choraux, de l’entrelacement littéraire des points de vue ou même des travaux sociologiques de l’Ecole dite de Chicago, qui multiplaient les angles vécus d’une situation (la perception du marchand, du collectionneur, de l’artiste de l’oeuvre artistique, par exemple2 ) pour en rendre compte à travers les concepts d' »arène » ou de « monde social » (Anselm Strauss) ? À quoi nous donne accès l' »intersection des perspectives » (G. Herbert Mead) de l’apiculteur, de l’abeille et du figuier3 ?

Pour le comprendre, un détour archéologique et philosophique est nécessaire. En effet, la pensée dont se réclament même implicitement les artistes, les écrivains et les sociologues procèdent d’une altération sociale et historique de débats techniques autour de la « méréologie », théorie des relations entre les parties et le tout. Les réponses apportées depuis l’antiquité à ces questions trouvent un point d’aboutissement du XVIIe au XXe siècle dans les travaux de Leibniz, Spinoza et Wittgenstein4. Chez chacun d’eux, il s’agit de comprendre quelles relations (« coordinations » ou « expressions » dans leur vocabulaire) entretiennent des configurations singulières entre elles et dans quelle mesure la modification de l’une travaille les propriétés de l’autre. Une telle réflexion peut s’appliquer à la relation des signes avec la pensée ou encore à notre rapport cognitif au monde. Wittgenstein charge alors la philosophie de rendre compte de ces liens complexes à partir de « vues synoptiques » ou de cartographies : la philosophie, pensait-il, « est la synopsis des trivialités. »5 ; elle révèle les jeux, les positionnements, les règles qui sont au coeur des objets intellectuels et sociaux. Or, la méthode se veut là encore perspectiviste : elle consiste à démultiplier les points de vue pour obtenir un point de vue global, qui servira à dresser une carte ou une peinture exhaustive, à la manière d’un cubiste ou d’un impressionniste, moins soucieux du détail que de l’ensemble, c’est-à-dire de la recherche du sens.

En effet, le sens doit être pensé comme un concept relationnel6 : il consiste à rassembler des données fragmentaires et éparses dans un tout satisfaisant, saisi dans un acte de compréhension. En changeant de statut (elles sont maintenant intégrées à une vue synoptique, comme un rêve interprété à partir de bouts rapiécés), ces données acquièrent un nouveau sens et permettent d’orienter l’action, après avoir été à la fois schématisées et précisées. Une telle méthode est perceptible dans le projet des encyclopédistes, qui avaient fait de l’arbre le modèle conceptuel d’organisation des connaissances, à partir duquel elles s’éclairent toutes les unes les autres, malgré ou grâce à la variation conceptuelle. Chez Wittgenstein, la notion d' »air de familles » sert à qualifier cette entreprise : toute signification (l' »arbre », la « fleur », etc.) n’est jamais qu’un chevauchement d’occurrences (cet arbre, cette fleur, etc.) qui finissent par être synthétisées et stabilisées dans une définition, toujours provisoire (on peut toujours faire l’expérience de nouveaux arbres). Dans cette conception, le perspectivisme est l' »étude schématisante des variations auxquelles se prête un seul et même concept. »7

À quoi parvenons-nous, à force d’ébaucher, de reprendre et recommencer, d’adopter mille points de vue différents sur un objet, qui s’esquive autant qu’il s’esquive ? Sans doute faisons-nous l’expérience du sens, précaire et fuyant :

« Briques, pierres, tuiles
tout fut gîte et tout fut errance »
(Paul de Roux, Entrevoir, 1980)

  1. Renaud Barbaras, La Perception. Essai sur le sensible, Vrin, Paris, 2016. []
  2. Howard Becker, Les Mondes de l’art, Flammarion, 1988. []
  3. Sur toutes ces notions – « arène », « monde social », etc. – et leur généalogie, voir l’article de Daniel Cefaï, « Mondes sociaux – Enquête sur un héritage de l’écologie humaine à Chicago », SociologieS, 23 juin 2015, en ligne : http://journals.openedition.org/sociologies/4921. []
  4. Voir Sabine Plaud, Expression et coordination. De Leibniz à Wittgenstein, Vrin, 2018. []
  5. Cité dans Sabine Plaud, Op. Cit., p. 171. []
  6. Guy Deniau, Qu’est-ce qu’interpréter ?, Vrin, 2015. []
  7.  Idem, p. 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.