Transcendance (2)

01_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque I
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque I
Peur de l’Autre, surtout s’il est étranger. L’homme est loin de vouloir intégrer les autres, de former vie avec eux, ensemble. Il se retire sur ses affaires, pour faire des affaires. Il n’a plus l’intérêt d’avoir une vocation ; il laissera à l’émigré la garde des services publics d’enseignement, de santé, d’administration de la Société, devenue camp, parce qu’elle n’est plus Cité. La Société-camp devient flexible dans sa configuration et ne retient plus sur son territoire-dortoir ; elle engage même à émigrer plutôt que de connaître le déclassement, la colonisation inversée…

02_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque II
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque II
Plus que d’avoir peur de l’autre, l’homme en est venu à avoir peur de lui-même. Le triptyque le dépeint alors plus encore effrayé. Peut-être n’ose-il pas se regarder en face ? Il a perdu toute confiance en la valeur qu’il représente, qu’il incarne. Le personnage auquel il se réfère, lui fait saisir l’inaccessibilité, l’impossibilité d’atteindre la Sagesse, pourtant loin d’être celle illustrée par les icônes. L’homme prend ses distances, car cette vertu lui est fortement étrangère. Elle le devient d’autant plus en globalisation, qu’elle provient d’autres civilisations, d’autres « marchés » et qu’en tout cas, elle n’est pas adaptée aux thérapies médico-sociales de proximité…

03_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque III
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque III
L’homme étriqué – même s’il dit avoir entrepris la conquête spaciale – découvre sa petitesse infinie… Il est l’oiseau mis en cage, privé de la nature dont il est originaire. Celle qui lui est proposée en décalage parvient à lui faire peur, même si elle est accueillante, chaleureuse. Elle a l’aspect irréel des chromos qui attirent les touristes et les rattrapent en « tours opérations ». Nul doute cependant que l’homme et l’oiseau rêvent d’une correspondance de leur être avec une nature qui fasse écho. Ils aspirent à communier à la beauté extérieure qui leur assure la beauté intérieure. Leur peur s’explique par les distanciations artificielles entretenues entre le monde et les espèces qui l’habitent. Tous les peuplements, tous les paysages finiront par constituer des « réserves »…

04_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque IV
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque IV
L’homme recherche plus encore son paysage intérieur. Il espère en celui qui le délivre de l’emprisonnement qui lui est imposé et auquel il s’est grandement accoutumé. Le paysage devrait apaiser ses souffrances, nées des dislocations engendrées par la recherche d’intériorité, en communion avec la nature. Il ne peut qu’être des plus sombres, qu’invitation à déplorer n’avoir pas suffisamment observé, contemplé la vie avant que ne surviennent la mort. Le besoin de consolation s’accroît ; il envahit l’être entier pour la réunification de l’homme avant qu’il ne se referme,  par peur qu’il ne se répande en attitudes mortifères. En lui-même, l’homme s’enfonce dans une forêt à la recherche des racines qu’il prétend être indispensables à son identité, comme s’il n’avait pas à changer d’abord son regard extérieur-intérieur pour trouver – sans faire la guerre – sa double citoyenneté Société-Cité(s) et monde…

05_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque V
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque V
L’homme en est venu à perdre toute vanité. Il n’a plus conscience de pouvoir infléchir le cours des événements. Sa finitude, il la perçoit rapprochée. Aujourd’hui, demain, il lui serait demandé d’interrompre sa carrière, d’abandonner ses liens sociaux, d’émigrer. Il est déjà un condamné à mort et profite d’un sursis. Il vit de mort lente ; à chaque stade de son évolution, il estime avoir gagné sur la mort. Ce dont il a peur, se sont les transformations qui le rapprochent du stade ultime ; qui le recentrent sur lui-même, en état de décomposition. Alors, il crie sa perte de temps, rétrospectivement. Il se compare à tous les vivants – et les morts – en communion de sort, comme si tous n’avaient plus d’âge. L’homme finit par accepter la vie qui lui donne trop l’expérience de la mort et le rapproche d’elle à tous moments. La peur naît de son côtoiement permanent. Ce monde meurt d’obsolescence programmée pour que se réalise la croissance, grâce aux délocalisations-désertifications – hier d’activités traditionnelles – aujourd’hui d’activités dites de modernité…

06_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque VI
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque VI
Les emballages d’or et d’argent conditionnent l’homme. Il n’existe plus qu’à l’état de traces abandonnées sur son linceul. Serait-il monstre ou fantôme ? Il est partout et nulle part le même pour combler le vide de sa disparition. Bien entendu, il ne voit plus guère le pauvre, étranger, qui après avoir récupéré ce qu’il a pu dans les encombrants et dans la poubelle de la Société, se rend fier comme il peut. Lui aussi est déshumanisé. Est-ce là le progrès que prétend accomplir l’humanité ? Il pourrait conduire à sa disparition. Déjà, l’homme et l’animal se domestiquent, se totémisent, se dissolvent l’un dans l’autre, retour à l’origine…

07_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque VII
200 cm x 366 cm
2011. -2013

Triptyque VII
Hommage à Maryan*. Chacun d’entre nous est invité à devenir entrepreneur (ou auto-entrepreneur) ; il s’investit de pouvoirs dont il ne pourra rester maître. La Société – en miettes – ne lui est d’aucun secours. Pris dans l’engrenage de la finance, il doit obéir et réussir les évaluations, les auto-évaluations ; il est torturé dans son être et n’est plus en mesure de voir ce qu’il se passe en dehors de lui. En particulier, il ne voit pas l’autre désespérance, celle des « n’ayant plus la possibilité de s’exprimer », de crier même. Pourtant, pour conserver son rôle n’est-il pas condamné à se taire, à se bâillonner ? Étrangement, il recherchera la délivrance en refondant Société, hors la Finance. Après l’ère industrielle – et ses désastres humanitaires – vient l’ère de l’énergie vitale d’autonomie en solidarité. Le sociétal et le social seront alors liés.

* Pinchas Simson Burstein, alias Maryan S.Maryan (1927-1977).

08_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque VIII
200 cm x 366 cm
2013. -2015

Triptyque VIII
Voilà que s’opère le bouleversement : il n’est plus demandé à l’homme de suivre un itinéraire tout tracé ; il n’est plus envoyé en camp de concentration pour une manipulation, facilité par la Finance en extra-monde. La devise imposée n’est plus « Arbeit macht Frei » ou tout autre qui incite à l’abandon, à toujours plus de consommation, comme « travailler plus pour gagner plus ». Les road-maps ne sont pas tracées pour que soient mesurés sa productivité, sa compétitivité, son silence ; elles sont abandonnées, désertifiées en terrain vague… L’homme se retrouve maître de sa destinée, seul, face à la maturité ultime qu’il se construit. Il se bâtit en chair et en os, toujours plus en conformité avec l’Esprit qui amplifie son être ; en méditation profonde, solitaire et solidaire ; en diversité d’expression de ses talents et de ses missions. La recherche et l’artisanat de Société le mobilisent pleinement. Il fallait avoir recours à la représentation en triptyque – une fois de plus – pour l’aider à se dégager d’un enfermement pluridimensionnel ; tout d’abord celui de l’environnement dans lequel il est obligé de vivre : l’incorporation en camp et son obligation d’accompagnement, puis celle de son être en solitude, confronté à l’angoisse.

09_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque IX
200 cm x 366 cm
2013. -2015

Installation IX
S’ouvre un vaste paysage marin, éclairé par un soleil noyé derrière un brouillard blanchâtre ; le ciel est profondément dégagé et tend à se confondre au bleu profond du creux des vagues ; le blanc de celles-ci ressort en flots rugissants. L’homme part à la recherche de sa connaissance en se sculptant, en se burinant de l’intérieur, à la recherche de son vrai visage qu’il semble avoir perdu il y a longtemps. Il est profondément marqué des souffrances qu’il a endurées, d’avoir été trahi, abandonné, puis torturé, supplicié tout au long du parcours précédent qu’il avait cherché à surmonter. Il savait qu’il en était responsable ; avoir été naïf, trop préoccupé de lui-même, incapable de vivre l’autre et de lui conférer une image commune. Cet homme cherche maintenant à devenir autre, encore indéterminé, de nature, c’est-à-dire sans faux humanisme imposé afin de devenir neutre, sans interrogations ni réponses. Serait-ce l’Espérance qui l’invite à se transcender lui-même afin d’être capable de se confronter à l’eau profonde et agitée, à ne plus avoir autant peur ?

10_installation_bernardsordet(sans titre) Installation X
284 cm x 440 cm
2013. -2015

Installation X
L’homme vieillissant avait fini par se défaire de ses objets familiers. Jusqu’à ce jour, il avait gardé par devers-lui un vieux poste à galène, modèle VEF 1935 qui signifiait beaucoup de la communication spaciale entre les hommes et qui préfigurait le maillage des réseaux Net d’aujourd’hui. Grâce à cela, le monde entrait en résonnance, ou était supposé se comporter comme tel. Le déssaisissement de l’objet correspondait à un débranchement du monde, de la nature qui le caractérisait le plus aux yeux de chacun. En l’occurence pour cet homme, la forêt s’écartait grandement de lui. Elle mourrait ; il y mourrait. Sans l’objet, l’homme n’existait plus vraiment ; le monde non plus ; leur heure était venue de se voir disparaître et de s’habituer à disparaître, sans besoin d’image, ni d’icône aucun. Mon grand-père avait refusé l’électricité jusqu’à sa mort ; il s’était évité l’exercice de dépossession pour finir avec la matière et l’œuvre qu’il accomplissait ; sa mort était naturelle, sans plus d’artifice. Elle n’avait pas été provoquée par les catastrophes nées de l’intéressement financier exclusif du Système d’enfermement des hommes.

11_installation_bernardsordet

(sans titre) Installation XI
366 cm x 600 cm
2013. -2015

Installation XI
L’arboretum rassemble des espèces les plus rares, à la fois Arbre de la Connaissance et Arbre de Vie. L’arbre devint symbole de sacrifice du Christ et, par là-même, de Rédemption et de Vie éternelle. « L’iconographie médiévale représentait Jessé, le patriarche, couché sur le sol, dormant et rêvant… Cet arbre exemplaire est l’origine de « l’arbre généalogique », tableau de la filiation avec ses différentes branches qui donna naissance, au XIXème siècle, à « l’Arbre de l’Évolution » sur lequel sont représentées les espèces, se divisant en « embranchements », comme si elles descendaient les unes des autres, formant une seule immense famille »2. Le rêve que l’homme fit était celui de la participation à la famille unique, en autonomie solidaire. Cet arbre devint celui de la Solidarité, de la Connaissance et de la Vie qui constitue le monde en une grande Famille. Les populations s’inscrivent dans l’Arbre généalogique monde en tant que contributrices au Bien commun monde. Elles doivent pour cela, Renaître, s’inscrire en Renaissance monde…

2 Jacques Brosse, Mythologie des arbres, Éditions Payot, 2001.

12_triptyque_bernardsordet(sans titre) Triptyque XII
200 cm x 366 cm
2013. -2015

Triptyque XII
Leur résurrection n’avait pas été anticipée, elle surprend les milices qui avait la garde du système militarisé. La frayeur s’empare d’elles tandis que la force de l’énergie vitale en appelle à la nouvelle ère… Cette dernière annonce le sevrage des religions, l’autonomie des chercheurs et artisans, leur accueil en création. La résurrection des bâtisseurs, des inspirateurs, entraîne les milices en conversion véritable ; ils renaissent tout autres, sans armes, tels les centurions témoins du renversement des forces d’empire. Les visages resplendissent, préoccupés par le monde qui vient au-delà des tâches qui leur avaient été confiées…

13_installation_bernardsordet(sans titre) Installation XIII
200 cm x 366 cm x 46 cm
2013. -2015

Installation XIII
C’est alors qu’ils célèbrent leur engagement en nouvelle ère, qu’ils se manifestent – et manifestent – pour le changement de leur être et de l’aître en société-Cité(s)-Université-monde. La table est dressée ; elle prépare pour la route, démocratiquement, symboliquement, spirituellement. Le risque de corruption-trahison est écarté, à maturité des exercices précédents (I à VII) grâce auxquels la peur a été vaincue, à maturité des exercices (VIII) et suivants qui réunifient en l’esprit, l’homme, la nature, le monde et l’univers, en l’énergie vitale…

14_installation_bernardsordet(sans titre) Installation XIV
200 cm x 610 cm
2013. -2015

Installation XIV
« l’homme est embarqué dans son drame », selon la « volonté voulante » qui lui échappe, selon la « volonté voulue » qui saisit les projets proposés par l’intelligence-monde, étudiés par le philosophe Maurice Blondel, tandis que « la volonté énergisante du Bien commun » nous aide à sortir de notre monde et (de) notre « aître », colonisés et colonisateurs, de l’impasse des inégalités, par l’attention, la vigilance, accordée aux autres, auto-organisés en solidarité, interne et externe. L’espérance renaît, le calme sans la tempête, le radeau sans la Méduse…

… Se précisent alors les choix nécessaires de la forme-de-vie, voulue et acceptable par chacun et par tous qui implique de l’appréhender dans l’espace, avec la création de la liberté nécessaire, en rapport avec l’environnement pour lui être utile afin que la diversité des êtres – et des choses – permette leur contribution maximales dans de multiples dimensions.

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré »
(Albert Einstein)

——————-

Exposition « Introrévolution », musée régional de Talsi (Lettonie), septembre 2013
Exposition « Transcendance », musée de Madona (Lettonie), du 25 juillet 2015 au 13 septembre 2015


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *