Image, ​​ouverture et ​transformation

La porte est ouverte. On nous a dit d’entrer et de nous mettre à l’aise. Mélodie Faury nous a laissé les clés, accueillante. Pourtant, nous ne faisons pas partie de la famille. Du moins pas de celle qui vient couramment habiter ces lieux: celle des chercheurs ou de celles et ceux qui manient les mots. Nous, notre matière, c’est plutôt les images. Souvent d’ailleurs, des images mouvantes, en transformation…
Alors merci d’ouvrir ainsi portes et fenêtres à nos paysages (ceux qui nous entourent ou qui nous habitent !)

Nous aimerions donc faire de ce mois de réflexion un mois tourné vers l’image, la pratique artistique. Un mois où « ouverture » et « transformation » viendraient prendre corps aux côtés de « résistances ».

Et voilà que nous avons fait une rencontre, juste là, en sortant de chez soi. Une rencontre où le lien entre art et résistance est d’une telle force, que l’évidence est de la partager ici.
Aussi, nous vous inviterons d’abord à regarder à travers ces fenêtres-là : celles des œuvres de Bernard Sordet, huit triptyques et quatre installations, intitulées Transcendance;
et celles de ses réflexions personnelles qui leurs font échos.

Il est difficile de définir Bernard Sordet. Philosophe, artiste, chercheur,… Nous ne nous aventurons pas plus loin à le présenter, de peur d’être, de toute façon, réducteurs. Et préférons vous laisser le rencontrer par vous même, à travers ses peintures et ses textes.

Un très grand merci à Bernard de nous offrir ainsi la possibilité de cette publication et de ce partage.

Par la suite, nous aimerions prolonger l’idée de « colocation » en invitant d’autres artistes à s’exprimer ici, durant ce mois.

Ouvrons grand, et plus grand encore…
07_triptyque_bernardsordet_02

(sans titre) Triptyque VII de la série Transcendance de Bernard Sordet.
200 cm x 366 cm
2011-2013


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *