Comprendre les études de genre : mes points de départ – 2/2

Je ne pars jamais en exploration sans boussole, c’est-à-dire sans question qui me sert de fil conducteur.

Concernant les études de genre, je choisis une problématique : en quoi les gender studies viennent-elles déstabiliser ce qui paraît connu a priori ? Quelles sont les certitudes qu’elles interrogent ? Comme souvent, cela passe par la remise en question, la remise en mouvement de nos certitudes, et en particulier par le fait de considérer que les mots ont un sens et que cela ne va pas nécessairement de soi.

Ainsi, les ressources que je viens de vous présenter permettent de revenir aux mots et aux concepts. Comment s’y retrouver entre genre, sexe, sexualité, féminisme, en particulier. Noémie Marignier travaille notamment sur les distinctions  entre sexes, genres et sexualités et propose une série à ce sujet sur son carnet de recherche.

Capture d’écran 2014-03-10 à 14.56.08

Les controverses visibles dans des ressources co-construites : les articles de Wikipédia

Quelques définitions croisées

Anne-Charlotte Husson propose une tentative1 de définition sur son  blog, dont je partage quelques extraits que je vous invite à recontextualiser en lisant l’ensemble de sa page à ce sujet :

« Le genre se définit de manière relationnelle. Selon la sociologue Laure Bereni, contrairement au sexe biologique (femelle ou mâle), « le féminin et le masculin sont le produit d’un rapport social », ce qui signifie qu’on ne peut étudier l’un « sans le rapporter à l’autre ». (…)

Cette définition repose sur une posture dite constructiviste, qu’on peut résumer par la célèbre formule de Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme [ou homme], on le devient ». Les différences perçues entre les genres et la hiérarchie qui caractérise les rapports sociaux entre hommes et femmes ne sont pas réductibles à un déterminisme biologique, remis en cause par les sciences humaines comme, de plus en plus, par les sciences dites « dures ». Elles sont le résultat d’une construction sociale qui, à partir du donné biologique, attache au féminin et au masculin un certain nombre de valeurs, de comportements, ainsi que des rôles spécifiques. »

J’en retiens une notion qui me paraît centrale : le genre prend sens dans la relation à l’autre. De ce que j’en comprends, le sexe est donc une donnée biologique, identifié selon des références physiques, génétiques et physiologiques,  alors que le genre se construit dans un référentiel social, dans la relation à l’autre, du fait de l’existence de l’altérité, de sa possibilité. Référentiel « absolu »2 de la donnée génétique, face au référentiel social, construit dans la relation.

Par ailleurs, je m’insère personnellement, en tant que chercheuse, issue des sciences de la vie et travaillant à présent en sciences humaines et sociales (plus spécifiquement dans les science studies) dans cette posture constructiviste, qui s’oppose à la posture essentialiste.

« Dans les études de genre, le constructionnisme est l’idée selon laquelle les différences constatées entre hommes et femmes sont pour une grande part construites par un conditionnement social2, c’est-à-dire qu’il n’existe pas d’essence féminine ou masculine, mais seulement un sexe biologique n’influant pas, ou très peu, sur la personnalité. La notion opposée est l’essentialisme. » (source : wikipédia)

« Le féminisme essentialiste (ou féminisme différentialiste ) considère qu’il n’y a pas lieu de distinguer sexe et genre, puisque le sexe d’une personne détermine le genre correspondant1. » (source : wikipédia)

Les études de genre viennent donc déstabiliser une première certitude, et non des moindres  » on ne naît femme, on le devient », nous dit Simone de Beauvoir.

« On ne naît pas femme, on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine ; c’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin ». (Beauvoir, 1976)

Cela explique à soi-seul, des réactions de défenses face à l’inconnu que cette affirmation ouvre et dans laquelle elle nous engouffre. C’est passionnant dans la mesure où cela vient remettre en mouvement des situations qui pourraient rester figées selon la posture essentialiste, cherchant à naturaliser la femme et l’homme, y compris dans leurs rôles sociaux, entretenant et maintenant ainsi des répartitions, souvent hiérarchiques, entre les sexes biologiques. Ce qui crée par la même occasion une absence de place pour tous les sexes biologiques n’entrant pas dans les catégories « femelle » (XX) ou « mâle » (XY) et présentant d’autres caryotypes sexuels, et parfois d’autres phénotypes.

Au sujet de la formule de Simone de Beauvoir, critiquée depuis, par des études que l’on peut trouver en ligne pour certaines, Natacha Chetcuti, sociologue, docteur en anthropologie sociale écrit :

« Cette formule opère une rupture avec les textes médicolégaux et psychiatriques du XIXe siècle, qui ont établi l’adéquation entre sexe biologique et construction des catégories hommes et femmes. Autrement dit, Simone de Beauvoir, après la parution de Mœurs et sexualité en Océanie de Margaret Mead en 1935, met en doute les classifications naturalistes du siècle précédent, qui laissaient supposer qu’à mâle et femelle correspondaient, à travers des rôles et des pratiques spécifiques, le masculin et le féminin, définis par une surdétermination biologique. Ces travaux ont inauguré un changement dans les sciences humaines, en remettant en cause le déterminisme biologique fondé sur une opposition nature/culture, inné/acquis, et ont ouvert la voie à ce que l’on appelle aujourd’hui le constructivisme dans les études sur les rapports sociaux de sexe. Ces analyses ont été également à l’origine des critiques soulevées par les mouvements et les théorisations féministes contemporains, qui ont décrit et analysé les diverses formes d’exploitation que subissent les femmes, tant dans la construction collective et individuelle des corps que dans l’organisation sociale de l’espace domestique et public. Les études françaises issues du féminisme matérialiste s’attacheront, dès les années 1970, à la critique de la naturalisation2 des rôles féminins et masculins (Guillaumin, 1978 ; Mathieu, 1989, 2000). Ces analyses ont révélé que le rapport social se construit autour du marqueur de sexe et opère ainsi un classement entre les individus qui, en les hiérarchisant, justifie le rapport de domination des hommes sur les femmes. Tout comme le marqueur couleur de peau justifie une autre division sociale des individus3. Ces évolutions théoriques ont permis de montrer que ce n’est pas le sexe biologique qui fait d’un individu un homme ou une femme mais son genre4 social, c’est-à-dire une construction arbitraire et sociale des représentations des rôles propres aux hommes et aux femmes, résultats de rapports de pouvoir (Scott, 1988). » (Source : Natacha Chetcuti, « De « On ne naît pas femme » à « On n’est pas femme ». De Simone de Beauvoir à Monique Wittig », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 10 mars 2014. URL : http://gss.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/gss.477)

L’association GSL (Genre, sexualité, langage), dans son « A propos », définie son approche de la manière suivante :

« Pour aborder le genre, nous adoptons la position issue des travaux de Judith Butler qui le définit comme un dispositif « par lequel les notions de masculin et de féminin sont produites et naturalisées, mais il pourrait très bien être le dispositif par lequel ces termes sont déconstruits et dénaturalisés » (Butler 2004 : 59)

L’approche de Judith Butler adoptée par cette association ne m’est pas assez connue pour que je puisse en tracer les grandes lignes. L’article en ligne du magasine « Sciences humaines » me permet d’en savoir déjà un peu plus, et de retenir en particulier :

« Le projet de J. Butler est, au-delà d’une réflexion sur la construction du genre, une entreprise de dénaturalisation du désir et de la sexualité. »

Il s’agirait donc d’une approche plus constructiviste encore que les approches constructivistes précédemment décrites à gros traits. Il s’agirait de venir interroger de nouvelles évidences ou normes incorporées. De venir mettre en lumière d’autres points aveugles que les études de genre des années 70 ne pouvaient pas encore identifier. De devenir encore plus réflexif en quelques sortes. De questionner toujours « ce qui est naturel », « ce qui est normal », au regard de la manière dont un référentiel de normes se construit socialement et en contexte, en relation avec l’autre.

L’entrée en matière de Pricscille Touraille, socio-anthropologue, semble aller dans ce sens, dans un article malheureusement non disponible en ligne dans son intégralité :

« La certitude de pouvoir tracer une frontière nette entre nature et culture caractérisait le constructivisme modéré des études féministes il y a quarante ans ; mais cette entreprise n’a plus de sens dans l’épistémologie constructiviste radicale récente des gender studies. »

Les études de genre, le féminisme, le sexe, la sexualité

Dans leur clarification « Qu’est-ce que le genre ?« , le laboratoire Junior GenERe présente les études de genre de la manière suivante, à partir des éléments d’un ouvrage universitaire écrit par des chercheuses et chercheurs en sociologie et sciences politiques :

« On peut définir les études de genre, de façon très large, comme « l’ensemble des recherches qui prennent pour objet les femmes et les hommes, le féminin et le masculin ». Les auteur·e·s de l’Introduction aux études de genre (de Boeck) mettent en évidence quatre dimensions fondamentales du concept, que l’on peut reprendre ici pour clarifier le propos. On trouvera ensuite d’autres définitions du concept. (…)

1: Le genre est une construction sociale. (…) 2: Le genre est un processus relationnel. (…) 3: Le genre est un rapport de pouvoir. (…) 4: Le genre est imbriqué dans d’autres rapports de pouvoir. (…) ».

Dans le cadre de ma démarche du mois de Mars, je ne rentrerai pas dans les discussions existantes et intéressantes évoquée par le laboratoire GenEReSur la notion de « genre » Anne-Charlotte Husson donne nombre de références pour aller plus loin, et nous invite plus récemment à parler de genre en lien avec les controverses de l’actualité. D’autres références sont partagées par le laboratoire GenERe.

Sur la question entre genre et féminisme, je vous invite à lire le billet réflexif de Anne-Charlotte Husson « Genre et féminisme: pourquoi vont-ils de pair?« , dont je donne un extrait ci-dessous, et à consulter les ressources proposées par le laboratoire Junior GenERe.

« Les études de genre naissent des études féministes, récentes mais déjà bien constituées. Elles s’institutionnalisent aux Etats-Unis dans les années 1980. A la même époque, cependant, les études féministes peinent à s’imposer en France en raison du stigmate de « science militante ». Les recherches sur les femmes existent et se portent bien, mais pas en tant que champ autonome. De nombreuses chercheuses féministes regardent avec méfiance le concept de « genre », considéré comme une importation américaine; il s’est cependant largement imposé depuis les années 2000.

Cette rapide rétrospective est destinée à insister sur le fait qu’il ne faut surtout pas oublier l’origine féministe du concept. On ne peut pas concevoir le genre sans le féminisme. Pourtant, il reste toujours de nombreuses féministes qui n’acceptent pas le genre; nous tâcherons plus loin de comprendre pourquoi. » Anne-Charlotte Husson, « Genre et féminisme: pourquoi vont-ils de pair?« 

Quant à ma lecture des deux billets de Noémie Marignier, « Genre et sexualité : le premier de nous deux…  » et « Le sexe est-il du genre ?« , je choisis de retenir et de partager les extraits suivants, en cela qu’ils nous parlent de la relation entre biologie et gender studies, des questions actuelles fortes des gender studies quant à l’approche constructiviste, mais je vous invite à les lire dans leur totalité :

« Elle [Kraus] invite à ne pas avoir peur de la biologie et à ne pas considérer que celle-ci a une vision fixe, crispée, déterministe de la nature. C’est en changeant nos cadres d’analyse que l’on peut penser la distinction sexe/genre d’une manière viable et éthique. Il faut penser le sexe autrement que comme un déterminisme ou un dualisme, mais ne pas le fondre dans le genre. Il s’agit de changer notre manière d’appréhender ce sexe : celui-ci existe mais nous ne savons pas forcément comment il fonctionne, ce qu’il est. Il est un objet de recherche à mettre à l’épreuve, à explorer pour la biologie : comprendre ce qu’il est et ce qu’il n’est pas, en quoi il est un cadre d’analyse pertinent ou pas. Considérer que le sexe est du genre rend impossible ce genre de démarche.

Les travaux de Priscille Touraille, tendent également à conserver une certaine autonomie du sexe face au genre. Touraille, dans cet article, se montre extrêmement critique envers le constructivisme radical : pour elle, fondre le sexe dans le genre est une erreur. Sans revenir à une vision déterministe des corps, Touraille insiste sur l’existence de ce qu’elle appelle « traits sexués », des caractères sexués codés par l’ADN,  et qu’elle distingue des « traits genrés » (maquillage, musculature, vêtements etc.), modifications corporelles accentuant les « traits sexués ». Pour Touraille, il existe une confusion dans la manière dont les études de genre envisagent le sexe : on y considère que les personnes sont sexuées (et on cherche à déconstruire cette idée) dans leur ensemble ; alors même que les personnes ne font qu’avoir des traits sexués, ceux-ci parmi d’autres (…) » Noémie Marinier, « Le sexe est-il du genre ?« 

 » Je souhaite par ce billet aborder la différence entre genre et sexualité.

Je suis frappée, et m’en énerve d’ailleurs régulièrement sur twitter, de la confusion entre « sexué » et « sexuel ». Les deux termes sont employés très souvent l’un pour l’autre, et je m’inclus dans la critique : ce n’est que très récemment que j’ai substitué à variation du développement sexuel variation du développement du sexe. (…)

Cette confusion n’est évidemment pas un hasard ; ce qui paraît la norme, voire plus, l’évidence, c’est l’alignement de ces trois ordres : le sexe (mâle/femelle), le genre (homme/femme) et l’hétérosexualité. Un homme est censé avoir des organes génitaux mâles, être masculin/viril et  être attiré par les femmes ; une femme est censée avoir des organes génitaux femelle, être féminine et être attirée par les hommes. Ces trois composantes sont censées découler les unes des autres et être normales ou naturelles : comme elles sont idéologiquement étroitement intriquées, elles sont également intriquées dans le langage et les représentations. » Noémie Marinier, « Genre et sexualité : le premier de nous deux… « 

Les approches de la question du genre, par les questions qu’elles posent, les évidences qu’elles déconstruisent et les rapports de pouvoir qu’elles mettent en évidence et décrivent, nous emportent collectivement dans une boucle réflexive qui nous amène à interroger ce que nous n’avons pas nécessairement envie de remettre en question puisqu’il s’agit de questions identitaires qui nous touchent, de rapport de pouvoir que nous contribuons parfois chacun.e à entretenir par nos mots, nos gestes, nos stéréotypes spontanés et parfois bien ancrés. Mais qui a dit que le savoir est confortable ? Libérateur certainement (beau sujet de philosophie pour lycéen.e.s ou belle réflexion pour enseignant.e.s), de normes implicites et générateur de nouveaux possibles sociaux et relationnels.

Pour citer ce billet :

Faury, Mélodie (10 mars 2014) “Comprendre les études de genre : mes points de départ – 2/2”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/

  1. ce sont ses propres termes []
  2. les discussions actuelles sur les « traits sexués » permettent de nuancer cette idée []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.