Tyson: de la fragilité d’un homme de fer

Mike_Tyson-Equipe-magazine-28-octobre-2000

Mike Tyson La Menace 2000

note 45: Mike Tyson était surnommé Iron Mike. Sur un ring, il détruisait tout sur son passage . Il était considéré comme un génie de la boxe, un mauvais garçon sauvé par le sport. Pourtant, sa vie extra-sportive est émaillée de crimes et de délits.

note 46: Mike Tyson va mal. Comme je l’ai écrit ailleurs, il a pris un direct au foie et est désormais KO debout. Livré aux addictions multiples depuis son adolescence, il est aujourd’hui alcoolique.

note 47: Cet homme invulnérable, cet homme que tout le monde craignait pour sa force, pour sa violence est aujourd’hui un homme fragile.

note 48: La mise côte à côte de deux couvertures de l’Equipe magazine qui lui ont été consacrées illustrent le phénomène de déchéance allant de l’invulnérabilité médiatiquement valorisée à sa vulnérabilité, tout autant exploitée médiatiquement (ce qui n’est pas le cas de tous les champions tombés dans la misère, l’alcoolisme ou la dépression. Le traitement médiatique de la mort du cycliste Marco Pantani en 2004 est par exemple sans commune mesure avec celle de Franck Vandenbroucke en 2009 dans des conditions pourtant similaires).

Mike_Tyson-Equipe-magazine-30-novembre-2013

Mike Tyson La Honte 2013

Mike Tyson est redevenu humain. Un homme fort, violent, fort violent, passé par la prison et dont le corps invulnérable est aujourd’hui un corps malade, un homme capable de se mettre à pleurer quand un journaliste de l’équipe lui donne des nouvelles de son propre frère.

Mike Tyson a été une icône de la masculinité conquérante et guerrière. Mais une icône n’est toujours qu’une image que l’on peut afficher dans sa chambre ou se repasser en boucle sur you tube.

L’enfant fragile (socialement, affectivement), exposé à la drogue, à la violence, à l’abandon a servi la légende de la réussite par le sport, à l’extraction de la misère par le sport.

L’homme de fer (Iron Mike) n’était qu’une apparence.

L’homme est faible lorsque s’efface l’image du champion qu’il a été.

(« a été » qui se dit d’ailleurs « has been »…)

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Cyril Arias dit :

    Bonjour Philippe Liotard.

    Bravo pour ces articles finement conçus et pour les morales de vérité qui en sortent. Ce n’est ni pompeux ni sur-référencé, c’est concis et efficace, clair comme de l’eau de roche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.