Du discours, des débats et du handicap, quelques éléments de réflexion

note 25: Cette note, est une succession de notes reprenant les grandes lignes de l’intervention  faite au séminaire « Corps, sport, handicap », le lundi 17 février 2014, organisé par Sylvain Ferez, du laboratoire Santé et éducation, Situation de Handicap (Sant.E.Si.H.) de l’Université Montpellier1. Elle est consacrée à la question de l’analyse du discours et de son intérêt dans la compréhension d’une réalité sociale: l’usage des prothèses des membres inférieurs dans le cadre de la pratique sportive compétitive.

Je suis très heureux d’intervenir dans ce séminaire consacré à des approches théoriques  sur le débat et la controverse, c’est-à-dire sur une réalité sociale générant des discussions traversées par des jugements de valeurs. Or, ni les significations ni les valeurs mobilisées dans la discussion ne sont nécessairement explicites. D’où les tensions, d’où les émotions, d’où les revendications…

Je suis aussi heureux que ces réflexions théoriques s’inscrivent dans une préoccupation de formation de doctorants ou de jeunes chercheurs, à un moment où les réflexions épistémologiques disparaissent derrière les exigences méthodologiques. J’en dirai quelques mots tout à l’heure.

Bref, je suis enfin heureux d’être avec des gens que j’aime, car je ne parviens pas à faire de la recherche d’une manière purement rationnelle avec des personnes handicapées de l’affectivité. Et si la recherche suppose le doute et les angoisses qui l’accompagnent, elle me semble s’enrichir de la confiance, de l’honnêteté et du plaisir d’être ensemble et de travailler ensemble à une compréhension désintéressée du monde.

Vous le voyez, mon propos s’inscrit d’emblée dans un débat sur les valeurs.

Et je vais l’orienter vers l’intérêt d’une théorie et l’intérêt d’une prise en compte des débats portant sur la réalité pour de jeunes chercheurs. En clair, qu’apportent à la compréhension de la réalité de l’usage des prothèses en sport la prise en compte des débats générés par cet usage des prothèses? Peut-on et surtout doit-on se référer à des concepts comme controverses, conflits, crises pour rendre compte de la réalité observée ? Que faire de ces mots, ces « vilains » mots qui peuvent constituer de bons outils ou au contraire restreindre la vision ?

note26: Travailler sur une thèse c’est travailler sur une réalité qu’on ne connaît pas, pour en extraire un savoir nouveau sans savoir comment on va l’extraire pour, de plus, le soumettre à l’évaluation de supposés spécialistes du savoir. Il y a de quoi être angoissé-e… tout au long du processus

note27: L’objet, le chercheur, la théorie et l’angoisse constituent un noeud dont on parle peu et qui pourtant ne cesse de contrarier l’avancée du travail, alors que cette contrariété même est au centre du processus de production de connaissances. On connait contre une connaissance antérieure disait Bachelard. On connait aussi contre soi. Mais on se connaît aussi soi en apprenant à connaître les autres.

note28: Quand on veut voir des controverses, on trouve des controverses. Quand on cherche des rapports de pouvoir on trouve des rapports de pouvoir. Or les réalités ne s’épuisent jamais dans un seul niveau. Pertinence sur ce point du texte présenté par Julie Cornaton: «Il était donc question dans une première phase de savoir si les controverses telles que je les avais envisagées étaient bien réelles ou non et dans le même temps de savoir s’il était pertinent de parler de controverse

Et si les controverses n’étaient pas le point premier vécu par les acteurs? et si ça n’était qu’une reconstruction des théoriciens? voire une attente a priori des lecteurs de Boltanski and co?

note29: Savoir de quoi l’on parle : des controverses et des débats ou des prothèses, ou des amputés, ou d’hommes, ou de femmes, ou d’institution, ou de valeurs du sport ? Savoir comment l’on cherche : les controverses pour comprendre une réalité (l’usage sportif des prothèses) ou les controverses comme réalité ? Les discours comme objet, ou les discours pour révéler des réalités ? Les débats comme espace d’observation ?

note30: Les cadres théoriques ont un double effet sur les étudiants: d’abord ils les angoissent, soumis aux questions lancinantes: « quel est ton cadre théorique », « dans quel cadre théorique tu te situes », « il te faut un cadre théorique… » Mais qu’est-ce qu’un cadre théorique? Et quel est celui auquel je dois m’attacher? Et puis, ils peuvent les aveugler en leur montrant à l’avance ce qu’ils n’ont pas encore observé.

note31: Georges Devereux : « les données des sciences du comportement provoquent de l’angoisse chez le chercheur » (De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Flammarion, 1980). Surtout quand ces données impliquent le chercheur physiquement, dans son rapport au corps. Travailler sur des athlètes amputés lorsqu’on est valide suppose d’élucider son propre rapport au handicap. Le choix de travailler sur l’élite de l’élite, les athlètes médaillés, implique de s’interroger aussi sur la fascination qu’exerce cette différence de validité dans l’accès à la performance. Le choix de travailler sur des athlètes amputés, hommes et femmes, implique de situer son lien à la mutilation, à l’accident, à une grossesse problématique… Le corps du chercheur et de la chercheuse est toujours impliqué, même s’il le met à distance par un travail sur des archives historiques ou sur des sources de presse, voire dans des questionnaires et des échelles psychologiques.
La méthode, la théorie ne sont pas seulement des outils, mais des protections contre l’angoisse de la confrontation à la réalité observée, que l’on ne comprend pas que l’on croit comprendre et qui nous échappe, qui se dérobe, qui se dévoile à un moment où on ne le pensait pas.

note32: sur le discours : peut-on repérer la singularité de ce qui – en retenant sciemment le singulier – est appelé « le discours handisport» ? La pluralité des acteurs, des œuvres, des sources et des lieux d’écriture le définissent comme un ensemble d’énoncés singuliers qui s’inscrivent dans un débat commun et qui posent le handisport comme une manifestation spécifique. Ce débat commun et spécifique (qu’il reste à spécifier) porte sur un projet de pratique dont il est souhaité qu’elle s’adresse au plus grand nombre, alors même que certaines de ses formes excluent un grande partie des personnes porteuses de handicap (historiquement et sociologiquement)

la notion de discours comprend « toute production langagière, orale ou écrite, parlant d’un certain sujet, présentant un sens et une unité » (Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Paris, P.U.F, 1991). Dans cette perspective, elle permettrait de rassembler des écrits, ou la transcription écrite de prises de paroles, ayant pour objet le handisport.

Ce qui est à retenir, c’est que la prise en compte du discours suppose l’attention à ses dispersions. Dispersion des thèmes, dispersion des concepts, dispersion des règles de détermination de l’objet. Le discours en tant que pratique, dessine les choses dont il parle et ses dispersions tracent une cartographie, faite de plans, de pics (les controverses), de mornes plaines…

Et les discours ne sont pas des discours coupés de la réalité : ils sont (Foucault) « des pratiques qui forment systématiquement les objets dont ils parlent. »

note33 sur les débats : Cette pratique (l’usage des prothèses à des fins sportives) donne lieu à débats. Directs ou indirects, contemporains ou étalés dans le temps. Elle détermine des stratégies non pas singulières, mais interdépendantes les unes des autres. Ainsi, tout ce qui se dit sur le sport, sur le handisport, sur les prothèses s’inscrit en référence à ce qui a déjà été énoncé, que ceux qui en parlent (notamment les plus jeunes) en aient conscience ou non

note34 sur la culture : ces débats et les propos qu’ils rassemblent traduisent une culture : « La culture […] est organisée/organisatrice via le véhicule cognitif qu’est le langage, à partir du capital cognitif collectif des connaissances acquises, des savoir-faire appris, des expériences vécues, de la mémoire historique, des croyances mythiques d’une société. Ainsi se manifestent “représentations collectives”, “conscience collective”, “imaginaire collectif”. » (Morin, La Méthode, 1991)

note35 sur les textes (revues, presses, ouvrages…) : Mais qu’est-ce qu’un texte ? Très simplement, il peut s’agir de tout propos fixé par l’écriture. Mais l’écriture est une institution qui supplante la parole et qui lui permet d’aller au-delà des situations et des contextes

Pour Ricoeur, « l’écrit conserve le discours et en fait une archive disponible pour la mémoire individuelle et collective. »
en produisant un texte, un auteur s’inscrit dans le monde des textes dans lequel « chaque texte est libre d’entrer en rapport avec tous les autres textes »

L’étude des textes se situe donc à un double niveau. D’une part il s’agit de repérer le contexte dans lesquels ils ont été produits. La configuration du débat et sa situation historique sont donc pris en compte autant que cela apporte à l’intelligence recherchée. Par ailleurs, il s’agit de saisir ce qui, en chaque texte, est producteur de sens, de relever l’intention du texte (Paul Ricœur) en ce qu’elle engendre des compréhensions que les acteurs sont à même de s’approprier afin de donner du sens à leur pratique

note36 sur le texte et  l’auteur : Qui dit texte pense aussitôt auteur. Mais de quel auteur parle-t-on ? Peut-on considérer sur un même plan un auteur individuel et un auteur collectif ? Et que faire de la notion de dissipation de l’auteur ?

L’incitation normative situe l’auteur dans une « configuration de relations objectives entre des positions » (Pierre Bourdieu, entretien avec Loïc Wacquant, Réponses, Paris, Seuil, 1992), distribue et hiérarchise les relations entre les acteurs d’un champ, joue le rôle d’une véritable assignation à désignation

La notion d’auteur semble pourtant peu adaptée pour saisir comment les significations se diffusent, se généralisent, comment les valeurs se partagent chez des auteurs qui n’ont pas lu de livres, chez des acteurs qui sont venus au sport sans avoir lu Boltanski, Marcellini ou … Bancel pour ceux qui sont issus des Colonies…

Ce qui semble important, c’est moins l’identification d’un texte à un individu que le fait que ce texte ait été produit et prenne place dans l’ensemble des textes disponibles. La disparition de l’auteur semble pertinente pour exprimer la diffusion de propos tellement communs, qu’ils se transforment en doxa

Et les positions sur les athlètes amputés se positionnent sur la doxa, sur le sens commun sportif et parasportif.

Et il ne faut pas oublier que si l’auteur est institué par le texte (qui en fait un auteur), il cesse d’avoir propriété sur lui dès lors que le texte vit sa vie de texte. Le texte écrit échappe à son auteur quitte à produire de la méconnaissance de la mécompréhension, de l’incompréhension (voir sur ce point Jankélévitch pour celles et ceux qui acceptent de faire un pas de côté)

L’auteur « ne peut en effet prévoir toutes les significations et interprétations auxquelles elle [l’oeuvre] sera sujette tant qu’elle aura un rayonnement. C’est en ce sens que l’œuvre est indépendante de l’auteur. Par ailleurs, l’autonomie de l’œuvre et sa dissociation d’avec les intentions de son auteur ne sont jamais qu’apparentes : l’œuvre est et vit en tant que telle, parce qu’elle réclame une interprétation et suscite une foule de significations (Karel Kosik, La Dialectique du concret, Paris, Les Éditions de la Passion, 1988)

Dans le débat ou dans la controverse, peut importe de savoir d’où vient tel ou tel propos, tel ou tel jugement. Ce qui importe c’est qu’ils continuent à circuler et à alimenter la discussion, les passions, les justifications.

note37: accéder au débat rapporté par autrui: Distance du chercheur, se mettre à distance de la séduction de sexe, d’âge ou au contraire du rejet et de l’incompréhension tout en construisant l’empathie. Tomber sous le charme ou réfréner sa colère suppose de travailler à une maîtrise de son empathie. Comment se positionner par rapport à la justesse des propos tenus (sur lequel l’observateur peut avoir un avis) et à la justice à laquelle il adhère (et qui peut être en accord ou en désaccord avec le sentiment de justice de la personne observée).

note38: Réciprocité entre observateur et sujet (chap. 3 de Devereux) : « Quelle que soit la convention qui garantit que « A est l’observateur » et « B l’observé », tous deux agissent en observateur [et en séducteur] : leur soumission même à cette convention implique à la fois prise de conscience réciproque et auto-observation » (p.61) L’enjeu dans l’obtention des informations réside dans cette prise de conscience, dans la mise à distance des affects et dans l’auto-observation. Car ce qui est dit d’une controverse ou d’un débat par un informateur (l’observé) est infléchi par le transfert (y compris amoureux) à l’informateur et par le transfert ou le contre-transfert à l’objet (les athlètes amputés? les prothèse? le mouvement handisport?)

note39: Méthodologie, le débat au filtre des émotions et des positions: « le cas n’existe pas en dehors du récit qui le dit et lui donne une forme matérielle » mais la forme matérielle même par laquelle le cas est rapporté (le récit qui rapporte les débats) échappe elle-même à la dimension purement matérielle pour se teinter de l’émotion de l’entretien, émotion qui lui survit parfois longtemps. Les débat tels qu’ils sont rapportés dans les archives, tels qu’ils sont rapportés dans les entretiens, sont aussi traversé de désirs: désir de dire ou de cacher, désirs de faire plaisir ou de résister, transfert et contre-transfert, processus de séduction… Toutes ces colorations qui donnent le ton et qui orientent le sens du récit, c’est-à-dire de l’histoire que l’on va raconter, car « la narration semble se constituer comme le mode le plus pertinent de présentation des résultats ».
Accéder au débat rapporté non seulement par un acteur positionné (un entraîneur, un dirigeant, une athlète…) mais dans les émotions dont cet acteur est porteur, qui le traversent et dont le chercheur ou la chercheuse est traversé à son tour et avec lesquelles il va devoir faire quelque chose pour la compréhension de son objet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.