Corps d’homme pour la Saint-Valentin

note 16: Le corps des hommes, parlons-en du corps des hommes. Et pas seulement parce que le frontispice de ce mois de février dans la #Villa_Reflexive est marqué par « le corps de métier » de Jean-Luc Verna. Parlons du modèle de virilité qui fait vibrer… et pas seulement dans La belle et ses princes. Dans cette fiction-réalité une femme doit choisir parmi plusieurs hommes. Deux groupes d’hommes lui sont proposés: un groupe de beaux gosses aux corps bronzés, travaillés, musclés et un groupe d’hommes plus ou moins laids mais avec des qualités humaines indéniables. Le corps ou le coeur? Telle est la question.

Je n’ai pas fait d’étude exhaustive des trois saisons qui ont déjà été programmées. Mais sur ce que j’ai pu voir, j’ai constaté cette contradiction chez la Belle: trouver les beaux gosses machos, idiots (parce qu’en la matière, le casting a sélectionné quelques perles d’idioties stéréotypées viriles)… mais ne pas pouvoir se résoudre à « choisir » un homme bien (voire un homme bon) malgré tout l’attrait affectif qu’elle peut lui trouver.

Bref, la testostérone fait son effet, cette hormone de la puissance virile pour laquelle j’ai reçu ce matin une publicité dans ma messagerie (cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle Testosterone-Capture-decran-2014-02-13-08.07.08), l’hormone qui transforme le corps des hommes pour le plus grand plaisir des femmes (et des hommes aussi, mais là, je reste sur l’attirance hétérosexuelle) et pour leur plus grand désir pour ces « vrais » hommes, bardés d’hormones.

 

note 17: Pour la Saint-Valentin, je t’ofSX-Power-Capture-ecran-2014-02-13-08.06.50fre un corps d’homme, un vrai. Promis chéri. « Pour la Saint-Valentin, cadeau coquin » sur un panneau de 4mx3m. Pour la Saint-Valentin, je vais faire monter mon taux de testostérone pour qu’enfin tu sois dans les bras d’un homme, d’un vrai, d’un corps quoi.
Pas un de ces corps dans lesquels se perd Camille Laurens dans Dans ces bras-là, mais un musclé, un balèze, un qui envoie.
Un de ceux dont tu affiches les photos dans les toilettes, des rugbymen apollon, des athlètes à la peau fine sous laquelle roulent les muscles.

Parce que j’ai ouvert la pub reçue ce matin et je vais le faire monter mon taux de testo. J’aurai « plus d’érections, plus de désir » (et comment…, sur le coup voir Beatriz Preciado, Testo junkie, ici dans Libé) et, toi, « plus de plaisir », forcément mon amour, parce que je vais me transformer en bête de sexe.
Enfin, j’exagère un peu. Le corps d’homme dont je te parle, ce sera pas pour tout de suite, pas pour cette année, mais pour la prochaine Saint-Valentin. Allez, mettons 2015, il y aura déjà des résultats, parce que pour ça, même avec SX Power (la pub du matin), il me faudra du temps.
J’ai tellement conscience de mon ventre rond, de mon indice élevé de masse corporelle, de ma sédentarité, de ma confondante normalité corporelle, celle-là même qui faisait dire à Foucault:
« Mon corps, topie impitoyable […] tous les matins, même présence, même blessure ; sous mes yeux se dessine l’inévitable image qu’impose le miroir : visage maigre, épaules voutées, regard myope, plus de cheveux, vraiment pas beau. Et c’est dans cette vilaine coquille de ma tête, dans cette cage que je n’aime pas, qu’il va falloir me montrer et me promener ; à travers cette grille qu’il faudra parler, regarder, être regardé ; sous cette peau, croupir. Mon corps, c’est le lieu sans recours auquel je suis condamné« . (Michel Foucault, conférence lue sur France Culture, 1966, texte intégral en ligne ici, édité aux éditions Lignes, 2009)
SX Power m’offre l’utopie d’un corps désirable, d’un corps sur lequel les regards passent les mains. Mais ça n’est qu’une utopie, le lieu que je n’atteindrai plus. Cinquante ans, c’est trop tard, c’est trop vieux… Tout le monde n’est pas Raimu et les femmes des boulangers ne reviennent pas toutes.
Je reste avec mon corps, ma chérie, même pour la Saint-Valentin et même si je le travaille, que j’en prends soin, que je me pommade pour toi, l’horizon des Dieux du Stade et des porn star, c’est un bel horizon, mais, pour moi, une utopie.
Mais si le désir de ce corps (pour moi utopique) est trop pressant, il reste encore les rencontres adultères que nous offre la pub de 7heures05: Adultere-Rencontre-Capture-ecran-2014-02-13-08.10.16

note 18: Les vieux chiens ne lèvent pas la patte.

note 19: Toujours dans ma boîte de messagerie, toujours ce matin, toujours cette constante construction  du désir d’un corps performant grâce auquel, pauvres normaux, vous pouvez rêvez que les femmes se pendront à votre cou, lascives, désireuses de vous sentir en elle. Là, c’est la taille de votre sexe – ce morceau de chair où (vous l’avez appris depuis tout petit) se niche votre virilité – qui est le lieu de l’utopie. Xtrasize et je prends le contrôle de ma vie, réduite à ma verge, je deviens homme, j’ai une meilleure estime de soi.
Si je prends le contrôle de ma vie sexuelle, j’en ai fini avec la dépression et le sentiment d’isolement.

Reste à trouver les femmes qui aiment les hommes parce qu’elles aiment leur bite.

Capture-ecran-2014-02-13-08.10.52


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.