Pour en finir avec les gros mots. Aujourd’hui: le genre

L'Arabe et la Femme blanche

vignette de l’article de Gilles Boetsch
Quasimodo 6, Fictions de l’étranger

note13: D’après ce que j’ai lu dans la presse, il semblerait que des manifestations se tiennent un peu partout depuis quelque temps pour « en finir avec la théorie du genre à l’école ». Il semblerait même que ce terme soit devenu si « dangereux » que le gouvernement l’ait retiré de toute sa communication. Un peu comme race, quoi. Il est interdit de parler de race. Recourir à l’usage du terme race serait raciste.

Pour ce qui est du genre, on voit bien qu’un mot peut faire peur et que les propos tenus pour entretenir la peur font mouche. D’autres mots font peur aussi et entretiennent les fantasmes; « Juif », « Arabe », « Noir », « Internet », « Prostitution », « Homosexuel », « Trans »… Tout autant chargés de jugement de valeur spontanés extraits des tripes.

Edouard Louis, encore, que j’ai bien fait de lire avant d’entrer dans la #Villa_Réflexive: les mots du père à Eddy avant que ce dernier ne parte à Amiens « surtout tu fais attention, parce qu’en ville il y a plein d’Arabes. »

Attention à l’école, il y a du genre ! Du masculin (et du bien masculin), du féminin (oh la fille!!!), de la masculinité transgressive, de la féminité passive, des « petits couples », de la violence sexiste, homophobe, des histoires de pilule du lendemain ou pas, il y a de l’amour, de la baise, des insultes (pute, pédé, salope), de la pornographie (vue, montrée, partagée…) qu’on le veuille ou non.

Mais chut! faut pas le dire.

note14: A titre personnel, il y a longtemps que je discute l’usage du terme « genre » quand j’interviens dans une formation ou une conférence, depuis bien avant son usage polémique et absurde par les forces traditionalistes et la frilosité (pour ne pas dire la lâcheté) du gouvernement et des forces politiques locales qui ne mentionnent plus le terme dans leur communication (y compris dans celle du 8 mars par exemple).

Je l’ai toujours discuté avec les organisateurs pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que je trouve que le terme est peu compréhensible même s’il constitue un outil d’analyse précieux. Or, les personnes et les institutions qui m’invitent ne le font jamais pour que je parle « du genre » mais d’autre chose. En revanche, je ne rejette pas le recours initial au terme genre puisqu’il traduit une volonté de comprendre des mécanismes sociaux, culturels, et donc historiques. La confusion se double aussi des différentes définitions du terme, ce qui relève du débat scientifique normal, mais qui peut parfois être difficile à saisir pour les profanes. De plus, certaines de ces définitions sont associées à des jugements de valeur alors que d’autres restent attachées à la description de mécanismes invisibles.

La seconde raison est liée à la première. Si le terme genre est peu compréhensible, il peut bien sûr être expliqué, mais je n’en vois pas l’intérêt si le but est de parler d’autre chose. Or, annoncer une conférence sur le genre alors qu’elle porte sur autre chose traduit une confusion entre l’outil d’analyse et l’objet étudié.
Si j’interviens sur les « violence sexuelles dans le sport »,  l’homophobie, « l’éducation sexuelle », les « usages sociaux d’Internet », la pornographie dans les livres d’histoire depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir ou « les discriminations dans le sport », je pose des objets. C’est sur ces objets qu’il m’est demandé d’intervenir. Mon travail d’analyse peut emprunter divers outils théoriques et être étayé par des travaux issus de divers champs scientifiques: l’histoire des sports ou de l’éducation, la sociologie de la violence, l’anthropologie du corps et de la culture, l’histoire des femmes, les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et, bien sûr, les études de genre que l’on peut d’ailleurs retrouver dans ces divers champs.
Mais si 2702134378j’emprunte à Bourdieu le concept de « distinction » ou à Weber celui d’ « idéal-type », je ne les utiliserai pas nécessairement (et en tout cas pas sans y avoir pensé) pour donner un titre à ma conférence. En revanche, je ne me prive pas d’outils d’analyse qui permettent de décrire les mécanismes de construction du masculin et du féminin, l’élaboration historique des féminités ou des masculinités, les modalités d’interaction entre les hommes et les femmes ou l’arrangement des sexes (là, il faudra bien que je cite Goffman qui parle d’ailleurs de sexes et non pas de genre: « The Arrangement between the Sexe » et là, la question qui vient de la salle, alors qu’on est venu parler d’autre chose et qu’on a cité Goffman vite fait pour montrer qu’on est un sociologue: Mais Goffman parle de sexe alors que le sexe c’est biologique, pourquoi ne parle-t-il pas de genre? Et ta réponse que tu veux faire, juste, précise, alors que tu es venu parler d’autre chose et qui supposerait que tu te glisses sur le terrain de l’épistémologie des sciences, de la circulation des concepts que l’on sait nomades – merci Isabelle Stengers – et ta réponse que tu veux faire respectueuse parce que la personne qui te la pose veut comprendre quelque chose qu’elle pensait avoir comprise, ta réponse, tu ne la trouves pas et tu te dis qu’il faut appeler un chat un chat et une chatte une chatte avec Florence Montreynaud).

Enfin, une autre raison qui m’a conduit à discuter l’usage du terme genre (dans l’affichage ponctuel, pas dans l’utilisation scientifique ou dans un enseignement parce qu’un enseignement permet de dérouler dans le temps le propos) c’est que la notion invite à globaliser des mécanismes qui méritent d’être finement discutés. Le genre traduit la construction socio-historique du devenir-femme ou du devenir-homme parce qu’on ne nait ni l’un ni l’autre mais femelle ou mâle, dans la majorité des cas. Le genre, c’est la construction sociale d’une identité. OK. Et après, ça se fait comment? par quelles influences institutionnelles, dans la famille, à l’école, par quelles influences diffuses de la presse, de la télévision, des romans et du cinéma, de la musique populaire, du rap ou du rock, des potes qui parlent entre eux et qui se la racontent  et des nanas qui se confient leurs premières règles, leur désir d’enfant et de rupture? L’éducation scolaire, par exemple, est depuis que l’école républicaine a été inventée et rendue obligatoire par Ferry (le vrai, Jules) un haut lieu de production du genre… j’y reviendrai dans mon prochain billet.

En revanche, lorsque j’ai été amené à discuter l’utilisation du terme genre dans une de mes conférences, à aucun moment je n’ai pris en compte le fait que l’usage du terme pouvait générer de l’opposition, de l’affrontement. Au contraire. Les enjeux politiques doivent être posés, y compris et surtout ceux qui consistent à effacer un terme par peur de la dispute et refus des controverses.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. La Bonne Fée dit :

    Précisions :

    ce que j’entends par d' »authentiques et épiques fails dans le domaine de la sensibilisation des enfants aux problématiques sexistes », c’est par exemple un petit garçon décrit dans l’article qui n’a retenu de la journée du 8 mars que : « les filles sont plus intelligentes que les garçons » (ce qui n’aide guère à pacifier les rapports entre genres, et n’est guère antisexiste non plus).

    Pareil pour le petit garçon qui a vu Tomboy et qui est resté bloqué sur la dimension homosexuelle du personnage principal.

    Face aux parents ce n’est pas beaucoup mieux, la prof décrite dans l’article ne semble pas du tout avoir su convaincre la mère de son projet pédagogique, voire n’a tout simplement pas su l’expliquer.

    En revanche, la mère en question semble déplorer qu’on aborde ces sujets avec des enfants, ce qui n’est (évidemment) pas mon cas.
    Encore faut-il bien le faire,
    et bien se préparer aux discussions (peut-être vives) avec les parents, que ce type de sujets ne manque jamais de susciter.

  2. La Bonne Fée dit :

    « Si le terme genre est peu compréhensible, il peut bien sûr être expliqué, mais je n’en vois pas l’intérêt si le but est de parler d’autre chose. Or, annoncer une conférence sur le genre alors qu’elle porte sur autre chose traduit une confusion (…)
    lorsque j’ai été amené à discuter l’utilisation du terme genre dans une de mes conférences, à aucun moment je n’ai pris en compte le fait que l’usage du terme pouvait générer de l’opposition, de l’affrontement. Au contraire. Les enjeux politiques doivent être posés »

    Voici un article un poil réac, mais intéressant concernant les manques de communication et de pédagogie (haha) des professeurs et de l’institution scolaire face aux parents mais aussi face aux élèves : http://www.famillechretienne.fr/societe/droit-de-la-famille/mon-fils-arthur-8-ans-en-ce2-a-vu-tomboy-128719#

    On a l’habitude de rire des campagnes d’information / sensibilisation / prévention dans les écoles (et collèges et lycées) tellement elles sont (trop souvent) à côté de la plaque ou manquent leur cible.
    (le must du genre, c’est la police ou la gendarmerie qui débarque pour faire de la prévention sur « les drogues » – toujours un grand moment :’D)
    Mais en lisant cet article, je n’ai pas eu envie de rire. J’ai déjà constaté par moi-même, tout comme la mère qui témoigne, d’authentiques et épiques fails dans le domaine de la sensibilisation des enfants aux problématiques sexistes (et autres).
    Et se planter quand on s’adresse à des gamins ou à des ados pour leur parler de ce genre de choses, ça craint. Beaucoup plein.

    (et ouiiii je sais : manque de moyens, de personnel, de formations etc. Mais il arrive un moment où on ne peut plus se contenter de bonne volonté, d’amateurisme et d’improvisation non plus.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.