violence de la rupture

article_Photo_RDP_1601note12: Il y a quelque chose de violent dans une rupture amoureuse.

Toujours, s’il y a de l’amour. D’ailleurs, Eva Illouz, s’est demandé dans un ouvrage récent Pourquoi l’amour fait mal (Elle est interrogée ici par Laure Adler sur @franceculture). Dans son essai de 1977, Fragments d’un discours amoureux, Roland Barthes désigne certaines de ses notices par des termes indiquant la souffrance: Catastrophe, Pleurer, Pourquoi, Regretté, Suicide...

Ce soir, dans la #Villa-Réflexive (il est 22 h passées) les convives ont dîné, ils ont bu du bon vin mais pas plus que de raison et ils en viennent à parler de soi, des tristes histoires d’amour que chacune et chacun ont vécu ou, à défaut, connu chez des proches. Bref, on en vient à caractériser les bons et les méchants, à distribuer les tords. Et là, se dessine parmi les souffrances des blessures qui ne se disent pas. Être en couple puis ne plus l’être ça n’est pas seulement changer de statut social, c’est aussi changer de soi…
Un travail réalisé sur la presse féminine pour femmes « mûres » (mères de familles, grand-mères… ou célibataires ayant passé l’âge de lire Cosmopolitan ou Biba) m’avait amené à identifier un récit-type qui catégorisait les lectrices en fonction de leur statut relationnel. Il y avait trois catégories: celles qui ne sont pas encore en couple, celles qui sont en couple, celles qui ne sont plus en couple. Ces trois catégories étaient ensuite discutées par rapport à « l’homme de sa vie », dit autrement le prince charmant. Cette figure imaginaire permettait à celles qui étaient en couple d’envisager la stabilité et la pérennité du couple, et aux autres d’envisager sa survenue.
Ce récit-type et la figure d’espérance dessinée par les magazines permet d’entretenir l’espoir. Le prince charmant n’est pas nécessairement président.

En revanche, pour les hommes, les choses ne sont pas aussi claires. Pas de support médiatique diffusant un récit-type permettant de se rassurer. La rupture renvoie à soi et interroge l’identité virile en termes d’incapacité. Une de perdue dix de retrouvées, oui mais la virilité est enjeu: pas capable de (bien) la baiser? elle a trouvé mieux ailleurs? un corps plus musclé, des abdos et des pectoraux mieux dessinés? t’es impuissant? stérile? pas capable de lui faire un enfant? d’apporter assez d’argent pour « l’entretenir »?

Eddy Bellegueule encore, en fil rouge: « Quand un jour ma mère a gagné plus d’argent que mon père, un peu plus de mille euros tandis que lui en gagnait à peine sept cents, il n’a plus supporté. Il lui a dit que c’était inutile et qu’elle devait arrêter, que nous n’avions pas besoin de cet argner. Sept cent euros pour sept suffiraient. » (p.72)

La rupture se vit comme une blessure narcissique profonde qui expliquerait la terrible violence des séparations, légitimée par la formule de « crimes passionnels ».

Une rupture amène à s’interroger sur ce qui est préférable: l’enfer du couple ou l’enfer de la solitude. Elle renvoie aussi à l’enfer de soi. Est-il le même selon que l’on est un homme ou une femme?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.