Patrimoine de la masculinité: sexe and sport and rock’n roll

note 10: La dixième note sera un peu plus longue que les précédentes (mais la 11 sera très courte tout en bas ;-). Elle montre aux visiteurs de la #Villa_Réflexive que je peux livrer autre chose que des amuse-gueule, même si je ne suis pas un spécialiste des plats traditionnels, plats qui d’ailleurs sont parfois trop copieux, voire indigestes si le tournemain du chef n’est pas au rendez-vous.
Cette note est plus longue parce qu’elle s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche déposé à l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) dont nous devrions sous peu recevoir une réponse. Si elle est positive, nous disposerons de quelques sous pour passer de l’intention à l’action et fouiner à quelques un-e-s dans des archives ou des productions culturelles. Si elle est négative, et bien nous travaillerons tout de même sur la question, mais moins nombreux. Et à l’ancienne, comme nous l’avons fait lorsque nous avions lancé Quasimodo avec l’ami Fred Baillette, grouillot de service, petit travailleur de l’ombre* infatigable, aux qualités humaines inestimables, avec qui les choses se faisaient sans un rond. L’argent venait après. Et on trouvait toujours de quoi éditer.
Et quand bien même le sujet n’intéresserait plus personne parce que l’intérêt viendrait aussi du financement, j’y travaillerai seul.

La présente note (la note 10) commence vraiment ici (ci-dessus, on dira que c’est un chapeau):

« Aujourd’hui, je serai un dur », se répète Eddy qui tente ainsi de se plier à ce qu’il perçoit comme la marque indiscutable de la masculinité. Eddy est le narrateur du roman d’Edouard Louis, Pour en finir avec Eddy Bellegueule (Seuil, 2014) dont j’ai déjà dit quelques mots dans les notes précédentes. Maltraité par ses camarades de collège, insulté, battu, traité de pédé en raison de son apparence efféminée, humilié par ses parents qui le traitent de gonzesse, en se promettant devant le miroir « Aujourd’hui, je serai un dur », il espère entrer en conformité avec le patrimoine culturel de masculinité dont sont porteurs tout à la fois sa famille et les gens du village…

Dans ce roman, la notion de patrimoine comme héritage partagé apparaît dans toute sa force de persuasion. Mais il ne s’agit que d’un roman, ni du résultat d’un travail de recherche historique, ni d’une analyse sociologique, ni d’une observation ethnographiqe. Et pourtant, l’historien, le sociologue ou l’ethnologue y trouveront de nombreuses illustrations ce qui pourrait provenir de leurs travaux.

C’est la raison pour laquelle, sans vouloir entrer dans une « sociologie du roman », j’ai choisi de partir de ce roman, précisément parce que le récit se trame à la fois sur l’expérience vécue et sur le recul réflexif sur cette expérience. Peut-être d’ailleurs la fiction est-elle la seule voie permettant de restituer dans un même propos les contradictions que relève André Gorz dans Le Traître :

« Le gosse est un être presque entièrement fabriqué : on lui fabrique un comportement de base […]
Le gosse se trouve dans une situation qui le dépasse, contraint de jouer un jeu dont il ignore les règles ; il avance à tâtons, explorant la voie qui soulèvera le moins de désaprobation. Sollicité par les gifles et les récompenses à se fixer dans une attitude qui correspond à ce qu’incompréhensiblement on exige de lui, il s’aliène dans un personnage, développe les possibilités qui y correspondent, prend un pli. (souligné par moi) […]
ses conduites, qu’il sent être mystérieusement signifiantes pour autrui ne le sont pas pour soi » (p. 111)

Tout comme le héros du roman d’Edouard Louis, André Gorz « avait l’impression qu’on le persécutait, qu’on lui demandait d’être ce qu’il ne voulait ou ne pouvait être : d’être “un homme”, “un grand garçon courageux” » (p.182), d’où cette impression d’être un traitre parce qu’il va devoir jouer tout le temps pour laisser penser qu’il s’est approprié le patrimoine de la masculinité que sa famille et son entourage lui présentent comme seul horizon. Cette force de persuasion du patrimoine identitaire conduit le traitre à explorer « la double impossibilité d’être et de n’être rien, de se choisir une seule signification et de choisir toutes celles qui se proposaient à lui. » (P.206)

Louis comme Gorz décortiquent ce poids du patrimoine sur les individus. Louis, par la littérature, Gorz par l’essai, deux manières d’écrire qui échappent aux règles de production du savoir universitaire. Ils nous indiquent tout de même quelques belles pistes sur ce dont est fait ce patrimoine de masculinité et sur la manière dont il pèse son poids de famille, de langue, de modèles identitaires…

Ce préambule paraît sans doute éloigné du titre proposé : « Patrimoine de la masculinité: sexe and sport and rock’n roll ». Il ne l’est pas. Il introduit le questionnement à partir d’une tension, celle qui se joue entre l’individu et le patrimoine identitaire qui lui préexiste et qui lui demande de se conformer à des modèles qui ne sont pas toujours présentés comme étant des modèles. Il permet, ce préambule, de peser la force de l’évidence patrimoniale de la masculinité (l’analyse pourrait bien sûr, et tout autant, porter sur la féminité) dans la construction des identités, aux plans individuel et socio-historique.

L’idée consiste à penser la transmission patrimoniale à partir de trois espaces de pratique : les pratiques sexuelles, les pratiques sportives, le rock. Pourquoi ce choix ?

Les pratiques sexuelles parce qu’elles possèdent sans doute l’efficacité la plus insidieuse dans la transmission du patrimoine masculin. En avoir ou pas, enchaîner les prestations durables (avec les femmes, cela va sans dire mais on peut le dire tout de même avec une pointe d’ironie) constituent autant d’éléments non explicitement posés qui alimentent une injonction proche de celle d’Eddy Bellegueule : « Aujourd’hui, je serai long et dur ». Les pratiques sexuelles et leurs représentations participent de ce patrimoine masculin qui se constitue de manière complémentariste dans l’interaction charnelle ou fantasmée avec les femmes. C’est dommage qu’on peut pas faire la même chose que les acteurs du film dit d’ailleurs (p.150) le cousin d’Eddy après avoir visionné un film pornographique qui fixe l’étalon comme horizon de la masculinité et la salope comme figure de la féminité. Des figures de la masculinité pornographique hétérosexuelle peuvent d’ailleurs être interrogées pour leur impact, de John Holmes à Rocco Sifredi. Les activités sexuelles sont des techniques du corps (presque) comme les autres en ce sens qu’elles se transmettent et sont chargées de significations et de valeurs, mais leur transmission se fait en dehors des lieux ordinaires de l’enseignement des techniques du corps. En tant qu’activités physiques, elles méritent d’être étudiées pour ce qu’elles génèrent de normalisation des comportements et d’injonctions identitaires implicites mais durables.

Le rock ? pourquoi le rock ?
D’abord parce qu’avec Luc Robène, de l’Université de Bordeaux, nous pilotons un numéro de la revue Corps dont le dossier sera « Le Corps du rock » et que ça fiat quelque temps qu’on y réflechit. Parce que le rock a également généré des modèles de comportement masculins et participe aujourd’hui à une culture virile idéalisée. Pratique musicale, il a généré des manières de danser seul  ou en couple, selon une distribution allant du rock’n’roll classique au pogo que vont inventer les Punks à la fin des années 1970. Pratique musicale, pratique de danse le rock est aussi un style de vie (au sens de Dick Hebdige, Sous-culture, Le Sens du style). La patrimonialisation du masculin s’est jouée historiquement à travers des figures iconiques, Elvis pelvis (dont les mouvements de hanche déclenchaient des émeutes), les Beatles puis les Rolling Stones (notamment avec la tension entre Mick Jagger mettant en scène une forme d’androgynie et Keith Richard, dont la masculinité s’exprimait dans l’usage d’héroïne). Ce patrimoine masculin légué par le rock est d’ailleurs à interroger du point de vue des vulnérabilités valorisées dans l’exposition à la drogue (Keith Richards, mais aussi Jimmy Hendrix, Lou Reed, Iggy Pop, Sid Vicious, Daniel Darc… la liste est longue) ou à l’alcool (de Bon Scott, le premier chanteur d’AC/DC à John Bonham, batteur de Led Zeppelin, jusqu’à Emmy le leader de Motörhead en passant par Jim Morrison des Doors). A travers ces figures vulnérables comme à travers les processus de féminisation/re-virilisation (Mick Jagger, David Bowie…), mais aussi à partir de la valorisation du sexe et d’un rapport de consommation aux femmes, le rock fournit un volet de pratiques culturelles particulièrement fécondes pour penser la patrimonialisation de la masculinité.

Enfin, le sport, je ne développerai pasici, même si c’est une des manières modernes de « faire des durs » et de montrer qu’« on en a », raison pour laquelle « Mon père pensait que le football m’endurcirait » confie Eddy Bellegueule (p.30). J’y reviendrai plus tard dans de prochaines notes, ou ailleurs.

Cette patrimonialisation de la masculinité par des pratiques en apparence anodines qui engagent concrètement le corps est à interroger pour comprendre les tensions actuelles autour des débats sur le genre. Parce que ces débats contiennent tous, que cela soit dit ou pas, une interrogation concernant les modèles traditionnels de masculinité, ceux, précisément, qui s’érigent en patrimoine, rappelant également que les patrimoines ne sont jamais définitivement constitués, mais qu’ils sont également lieux de débats intenses et de controverses pouvant aller jusqu’à la violence.

* en tapant « petit travailleur de l’ombre infatigable », j’ai fait un faute de frappe, tapant l’iombre. Mot hybride, mi l’ombre mi Limbres: Et c’est alors Simon Limbres, le jeune surfer qui perd la vie dans le très beau Réparer les vivants de Maylis de Kerangal (Verticales, 2014) qui se convoque dans un billet sur la masculinité et le sport. La force du tapsus, ce lapsus qui vient des doigts qui tapent sur le clavier, à peine à côté de là où il devraient taper (merci à Chriss Lag qui m’a signalé cette faute de frappe féconde)

note 11: sur John Bonham j’invite à lire les pages magnifiques que lui a consacrées François Bon dans son Rock’n roll un portrait de Led Zeppelin, le chapitre 2 « Horloge: John Bonham, 25 septembre 1980 » où comment la patrimonialisation de la masculinité érige des drames en modèles de comportement et, en l’occurrrence en mort glorieuse, faisant de John Bonham « un artiste unique, un immense artiste, étouffé dans son vomi« . La mort par surdose d’alcool le situe (avec Bon Scott et d’autres) parmi ces héros du rock, ces gars parmi qui auraient pu dire un peu avant de mourir: « Aujourd’hui, j’ai bu comme un dur« .

john_bonzo_bonham-le-cogneur

John « Bonzo » Bonham
un physique de déménageur
un façon de maltraiter les futs
une mort dans l’alcool:
« inscrit au patrimoine de la masculinité »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *