de la complémentarité biologique des sexes à la fabrique complémentariste des identités

Note8: Biologiquement, les mâles et les femelles sont complémentaires. La rencontre de leurs gamètes suite à un accouplement peut générer la vie, après une période de gestation, d’un petit de l’espèce considérée… C’est la fonction biologique de reproduction à laquelle aucune espèce de mammifères ne pouvait échapper jadis…

Seulement, depuis les progrès des bio-techno-sciences, même les moutons peuvent se reproduire sans accouplement. Les humains, eux, utilisent des techniques leur permettant d’assouvir leur désir de parentalité. Il est désormais possible de devenir père ou mère alors que « naturellement » cela était impossible pour des raisons d’infertilité par exemple. Dès lors, les conditions de la parentalité sont redistribuées parce que la société possède une qualité rare qui consiste à se transformer en se reproduisant, ou à se reproduire en se transformant.Brave_New_World-Huxley-1931

Si l’on se place au plan sexuel, se reproduire sans s’accoupler offre à l’humanité une potentialité impensable naguère encore: faire du sexe une activité essentiellement ludique. Aldous Huxley l’avait pourtant imaginé dans Le Meilleur des mondes: Le sexe n’y est plus qu’une pratique de plaisir totalement décomplexée, parce que coupée de la finalité de reproduction, des enjeux de la filiation, de l’éducation et donc de la morale.

Dans notre monde d’humains, une autre logique complémentariste est à l’œuvre: celle de la fabrication (et donc de la reproduction et de la diffusion) des femmes et des hommes. J’utilise « complémentariste » au sens que donne Georges Devereux à ce terme tout en le désaxant. Pour Devereux, dans le recueil d’article intitulé Ethnopsychanalyste complémentariste (Flammarion, 1972), il s’agissait de produire des connaissances complémentaires entre les sciences sociales et les sciences humaines de manière à franchir le cloisonnement disciplinaire. L’usage que j’en fais là s’inscrit dans la même logique mais ne s’applique pas aux mêmes objets, même si, en l’occurrence, la complémentarité des approches reste nécessaire.

La fabrique des filles et des garçons est une fabrique complémentariste dans la mesure où les filles et les garçons sont fabriqués complémentairement ou plutôt dans une interaction constante mais non nécessairement toujours consciente. Que l’analyse provienne des sciences humaines ou des sciences sociales, il s’agit de penser la construction de la masculinité complémentairement à celle de la féminité, et réciproquement. Cela ne signifie pas que les femmes et les hommes « sont » ou « doivent » être complémentaires mais que la masculinité et la féminité s’élaborent et ne peuvent se comprendre qu’en vis-à-vis. Bref, comme le disait Devereux à propos des sciences, nous ne pouvons ni cloisonner ni figer la masculinité et la féminité (qu’il est en outre possible de décliner sur une palette large).

En revanche, les fins traditionnelles de l’éducation pour les individus des deux sexes résident dans cette perspective: constituer un couple au sein duquel la sexualité devient légitime et accéder aux statuts non seulement d’époux mais aussi de parents. Cela ne veut pas dire que les hommes et les femmes sont « complémentaires », mais qu’ils apprennent qu’ils doivent l’être, le couple constituant le pivot d’une économie sentimentale de la sexualité. C’est donc bien l’éducation, par le patrimoine culturel et identitaire qu’elle vise à transmettre, qui induit l’idée de la complémentarité sociale des sexes, alors que cette complémentarité n’est que biologique.

Pas sûr que ces quelques lignes soient très claires. Mais la la #Villa_Réflexive est là pour que soient émises des hypothèses et qu’on y revienne dessus…

Nous y reviendrons donc.

Note9: L’identité sexuelle se construit. Elle s’apprend, s’incorpore jusqu’à devenir « naturelle », « normale » aux yeux (et aux tripes) de celles et ceux qui l’ont apprise, qui ont oublié non seulement comment ils l’ont apprise mais plus simplement qu’ils l’ont apprise.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.