Sociologie littéraire de l’identité et de la sexualité…

note 5: Traiter un mec de pédé et lui casser les dents parce qu’il est différent, c’est pas naturel. Le traiter de pédale c’est pas hormonal.
L’insulte, la violence gratuite sont des9782021117707 traits culturels et des marqueurs sociaux.

« Dans le couloir ils m’ont demandé qui j’étais, si c’était bien moi Bellegueule, celui dont tout le monde parlait. Ils m’ont posé cette question que je me suis répétée ensuite, inlassablement, des mois, des années,
C’est toi le pédé?
En la prononçant, ils l’avaient inscrite en moi pour toujours tel un stigmate, ces marques que les Grecs gravaient au fer rouge ou au couteau sur le corps des individus déviants, dangereux pour la communauté. L’impossibilité de m’en défaire. C’est la surprise qui m’a traversé, quand bien même ce n’était pas la première fois que l’on me disait une chose pareille. On ne s’habitue jamais à l’injure […]
Les injures se succédaient avec les coups, et mon silence, toujours. Pédale, pédé, tantouse, enculé, tarlouze, pédale douce, baltringue, tapette (tapette à mouches), fiotte, tafiole, tanche, folasse, grosse tante, tata ou l’homosexule, le gay. »
Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule, Paris, Seuil, 2014

Dans son roman, Edouard Louis illustre la manière dont l’éducation – faite de tout un tas de détails qui ont leur importance – produit ce qui est « dans la nature des choses ». L’homophobie, paraît naturelle dans l’environnement d’Eddy, le narrateur, précisément parce qu’éducation et socialisation se combinent pour poser l’ordinaire du sexe orthodoxe. Devoir aimer les femmes et se comporter comme un homme, un vrai, tel est le destin d’Eddy qui n’y parvient pas.
La parution de cet ouvrage illustre comment la littérature s’approprie le genre, non pas comme une idéologie, mais comme un processus, une élaboration sociale insidieuse, continue, profonde. Après la parution l’an dernier d’Annabel, de Kathleen Winter, c’est le second roman qui, en quelques mois rapporte les enjeux éducatifs de la construction du masculin. L’un comme l’autre montrent qu’il ne s’agit pas de déclamer « Tu seras un homme mon fils », comme le fit Rudyard Kipling en 1910. Pour cela, c’est un travail au quotidien, un travail de sape au corps et par les mots qui s’impose pour espérer (comme l’espèrent les pères et à un degré moindre les mères) que les garçons deviennent des hommes, des vrais.

annabel-kathleen-winter-L-E92TpD

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/07/2014

    […] note 5: Traiter un mec de pédé et lui casser les dents parce qu'il est différent, c'est pas naturel. Le traiter de pé…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.