III) Expérience du confinement, expérience du temps (1/3)

Le temps du manque (1ère partie)

Préliminaires à toute temporalité

Depuis quelques temps, j’ai dans les tuyaux un projet d’article, quelque chose qui devrait ressembler à « Critique de « l’instant présent » dans l’expérience subjective du temps ». Si le fameux « projet d’article dans les tuyaux » est un lieu commun pour nombreux.ses chercheur.euses, il est également le lieu privilégié de réflexions imaginatives, souvent imaginaires, parfois imaginales.1

Ce que je souhaitais travailler en abordant ce thème, ce sont les injonctions intériorisées au bien-être (notamment via l’essor marchand des ouvrages et applications de développement personnel) dans leur rapport aux définitions physique et philosophique du temps, puisque celui-ci constitue la clé de voûte des systèmes néolibéraux contemporains. Sur ce point, j’avais donc de longues interrogations en perspective, et le passage obligé par la querelle du temps entre Einstein et Bergson, s’il est nouveau et technique pour moi, n’en reste pas moins fondamental, passionnant et d’une richesse abreuvante. Mais, du temps, il m’en faudra davantage, car de l’imposteure je n’ai pas que le syndrome, et, tenez-le vous pour dit, les domaines de la physique et de la philosophie des sciences me sont autant inconnus qu’hermétiques.

Ce que je voulais exprimer via ces dédales contextuels, c’est que la thématique du temps a fait une entrée fracassante dans mes axes de recherche de cette dernière année ; que je souhaiterais la saisir, l’approfondir, la retourner, la calquer, puis la décalquer afin de la superposer à toutes mes réflexions en cours et à venir. Je voulais écrire ce papier donc, mais mon sac à billes conceptuelles est encore trop léger. En revanche, les temps que nous vivons, le temps mondial du confinement pour le nommer ainsi, cristallise en son existence propre les pensées résiduelles d’un article en friche, entrées en collision violente avec la réalité palpable. Pour le dire autrement, je ne vais pas pouvoir ne pas parler du temps, mais je ne saurais encore en parler scientifiquement, je vais donc simplement partager des constats, des ressentis, des intuitions. Si vous souhaitiez une analyse métaphysique, que les choses soient claires, passez alors votre chemin, le moment présent n’est pas encore, au temps.

 

 

Manque de temps et manque de soi

La plupart des personnes que je fréquente au quotidien font part de leur frustration relative au manque de temps dans leur vie. Quand est énoncé un « manque de temps », ce qui est le plus souvent désigné c’est le manque d’un temps qui serait dévolu à des activités agréables, reposantes, régénérantes. On manque de temps pour cuisiner, appeler cet.te ami.e. qu’on devait rappeler il y a des semaines, prendre un moment avec sa famille, son ou ses amoureux.ses, faire une grasse mat’, une promenade, écrire, lire, ne rien faire. On manque de temps parfois pour les autres, mais surtout pour soi. On manque de soi, et on finit, immanquablement, à se manquer, soi. Le burn out, -désormais reconnu comme maladie professionnelle-, fait office de symbole symptômal contemporain, en ce qu’il caractérise la difficulté voire l’incapacité d’un individu à s’extraire de ses obligations de travail et des pensées incessantes qui y sont associées. Il reconfigure en cela complètement le rapport au temps puisque ce dernier n’a plus alors qu’une seule fonction : matérialiser l’échéance. Échéances trop souvent intenables, insoutenables, qui ont pour seuls effets humains l’atomisation des subjectivités, via la désagrégation minutieuse des temporalités personnelles2. L’un des premiers pas vers le rétablissement, c’est de reconnecter avec ses temporalités perdues, prendre le temps comme il est coutume de dire, lui laisser l’espace de se déployer, et être en mesure d’habiter et nourrir cette vacuole d’espace-temps que l’on a créee, pour soi, avec soi.

En l’état, si le syndrome d’épuisement mène le surmenage jusqu’à son point de non-retour, la fatigue chronique et le manque de temps (ou le sentiment d’en manquer) n’en restent pas moins des éléments constitutifs de nos existences contemporaines. Pour tout un tas de raisons, éminemment économico-politiques, et évidemment corrélées au déploiement extensif d’un capitalisme néolibéral, technocratique, ontopolitique. Pour toutes ces questions je vous renvoie notamment à l’ouvrage « Accélération et aliénation » du sociologue et philosophe Hartmut Rosa, qui décrit remarquablement les intrications et paradoxes de l’accélération de la croissance, celle de la technique, notre sensation de manquer de temps libre et notre intolérance à la lenteur. En définitive, le manque de temps, le manque à soi, est devenu un allant de soi, presque un poncif. Les régimes successifs de recherche d’opulence, de maximisation du profit et d’extraction illimitée de toutes les ressources biologiques ont entériné ce manque, comme plaie béante et constitutive de la mutilation de nos existences. Puis, par reproduction mimétique intériorisée des rapports structurels de domination, la crise de manque et son alimentation deviennent facteurs de développement endogène, produits par nous-même, reproduits en nous-même, sans plus aucune nécessité d’apport extérieur.

S’il n’y a plus rien a combler, à optimiser, alors on manque du manque3, on manque de ce vide qui nous permet de nous remplir, de continuer à nous gaver, de huiler les rouages de notre subjectivité. Mais en nourrissant frénétiquement un moi boulimique originé sur l’angoisse du vide, on passe à côté d’un soi sevré, de l’organicité du néant et de la naturalité de l’absolu. Alors, manquer de temps ne renvoie plus à un calcul arithmétique qui désignerait le nombre d’heures exactes non-dévolues à un temps libre et régénérateur ; mais bien à la nécessité anti-capitaliste, animiste, et vitale d’embrasser le manque en soi, en somme, de céder une fois pour toute à l’angoisse viscérale de notre existence propre.

 

 

1) Notion empruntée au philosophe Henry Corbin, lui-même inspiré notamment par les réflexions d’Avicenne, et qui désigne la puissance créatrice de l’imagination comme exaltation philosophique de l’Image, lui conférant la possibilité de nous ouvrir à un monde suprasensible, entre le monde sensible et le monde intelligible (= monde imaginal).

2) La reconnaissance du Burn out, si elle me semble plutôt être une bonne chose pour les personnes concernées, pose néanmoins plusieurs problèmes. Tout d’abord, ne l’intégrer qu’à la sphère professionnelle (reconnue) signifie qu’un surmenage intense et continu ne pourrait se vivre que connecté à une situation salariale, et réduit donc l’épuisement à sa seule dimension économique. Ensuite – et surtout-, sa pathologisation renforce l’idée d’un problème individuel et dépolitise complètement son émergence et ses conséquences, en invisibilisant les mécanismes systémiques qui le travaille. Si le Burn out symbolise bien quelque chose, c’est le potentiel destructeur du néolibéralisme contemporain.

3) Jacques Lacan emploie cette expression dans ses Séminaires. Il attribue une fonction au manque dans la structuration du sujet infantile, au sein des relations infra-familiales. Je mentionne l’usage de cette dénomination dans le vocabulaire lacanien mais ne la convoque pas ici pour ce qu’elle recouvre psychanalytiquement, ou particulièrement, chez Lacan.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.