A propos de l’hégémonie 2/2

Penser les rapports de force : néolibéralisme et antagonismes vitaux

Je boucle ici les détours notionnels et conceptuels que je pensais intéressants à déployer avant de reprendre une plume plus light afin de rejoindre la route des savoirs situés que j’ai quittée momentanément. Ce que je tiens à préciser, c’est que toutes ces notions sont filigranaires à mes réflexions. J’aurais pu trouver un moyen plus fun de le faire, – dans la mise en page ou autre (à réfléchir)- mais l’idée était d’avoir un petit lexique, parce que j’ai intériorisé beaucoup de jargon académique, et que bien trop souvent, maintenant, je baragouine. Un grand classique : à vouloir en être, on devient pire….

Je repars donc du billet précédent, je fais le lien avec le capitalisme néolibéral contemporain, je boucle la boucle machiavelo-gramscienne, et à partir de cela je réfléchirai, confinée, au confinement. Bien que celui-ci soit nommé de multiples façons, je garderai ici l’appellation de « capitalisme néolibéral ». Il convient néanmoins, de revenir succinctement sur l’ambivalence du terme néolibéralisme, comme notion s’employant indistinctement comme point de jonction entre deux réalités.

L’une économique, désigne le stade actuel du capitalisme le plus avancé, caractérisé principalement par la destruction de l’État social et la financiarisation de l’économie, la montée des inégalités, l’augmentation de l’exploitation et la pression sur les salaires ; l’autre, que je qualifie d’ ontopolitique1, connectée à la première, rend compte de la réification2 totale du social, intégrant l’ensemble des représentations socio-culturelles et des comportements inter et infra-personnels à la seule logique capitaliste, entendue comme mode de production global des âmes et des corps. Le vocable de néolibéralisme, en vient alors à désigner une forme capitalistique, ainsi que le discours qui l’accompagne, les critiques qui en émanent – immanentes au discours lui-même- sans en saisir la genèse propre ou ses articulations souterraines. C’est un « fait social total3 », dont les ramifications nous sont floues, mais dont les extensions nous dépassent, nous enveloppent, et nous pénètrent.

Je souligne ici sans m’étendre que le terme d’ultralibéralisme désigne encore une autre forme, qui ne caractérise pas une extension néolibérale comme on l’entend parfois, mais la contrecarre au contraire en plusieurs points. Très schématiquement, l’ultralibéralisme est entendu comme un libéralisme économique radical, laissant libre cours à un « marché naturel », et s’opposant à toute intervention de l’État. Là ou le processus néolibéral transforme progressivement les structures étatiques (et toutes les autres) en sphères marchandes, le libéralisme économique – plus encore s’il est radical- entend se passer de la régulation de l’État en l’excluant simplement.4

Alors, pour relier avec et clore mes détours sur l’hégémonie, nous pouvons dire que si le pouvoir a une double nature, s’il est définit par une double perspective, celui-ci jouit aujourd’hui d’une force supplémentaire qui est d’avoir pénétré les individus eux-même. Conformément aux résonnements de Machiavel et Gramsci, l’exercice du pouvoir politique, donc l’unité dialectique du consentement et de la coercition, est nécessairement inscrite au sein d’une relation « alliés-ennemis » entre groupes sociaux. La vie politique ne pourrait se jouer sans antagonisme. Antagonisme qui, s’il renvoie désormais à l’opposition de deux forces en politique, désigne préalablement la réaction d’un organisme vivant qui interférerait avec la croissance normale et l’activité d’un agent pathogène des plantes, voire le supprimerait. A l’instar d’un ordre biologique, un ordre social qui reposerait uniquement sur l’organisation d’une hégémonie serait totalement utopique, sans consistance et sans précédent historique. En revanche, puisque la formation d’une alliance autour d’un groupe social dominant s’effectue toujours dans un rapport d’opposition avec d’autres groupes subalternes, les technologies du pouvoir ontopolitique constituent une arme redoutable dans le maintien et la conservation du pouvoir.

Il n’existe pas de pouvoir politique sans relations alliés-ennemis, c’est-à-dire sans antagonisme. Machiavel parlait des armées, Gramsci des opposants au régime ; aujourd’hui, dans la société qui est la nôtre, partant de l’exemple qui est le nôtre, la question est la suivante : qui l’ontopolitique néolibérale a t’elle pour ennemis ?

Ce que nous apporté la métaphore machiavélienne du Centaure, en première instance, c’est l’appréhension dialectique du consentement et de la coercition, qui nous invite à réfléchir à la fonction de domination dans l’exercice du pouvoir politique. La coercition n’étant pas aussi manifeste dans un régime supposément démocratique, que dans un régime autoritaire, l’interrogation sus-citée semble pertinente dès lors que l’idéologie néolibérale constitue désormais l’unique norme.

Penser politiquement la contrainte exige d’intégrer à notre réflexion l’analyse super-structurelle des rapports de force qui structurent nos sociétés, d’interroger les antagonismes en présence, en clair : d’identifier précisément qui constitue le groupe social hégémonique, qui sont leurs ennemis, et quels sont les moyens de domination mis en œuvre afin d’asseoir et conserver leur pouvoir.

 

1) Léna Dormeau « Histoire d’émotions néolibérales : Pédagogie d’une émancipation individuelle, dialectique d’une aliénation collective », Les Cahiers d’Histoire, Hiver 2019.

2) J’entends ici « réification » en suivant la définition donnée par Georg Luckàcs dans « Histoire et conscience de classe ».

3) Expression empruntée à Marcel Mauss dans son « Essai sur le don », dans lequel il démontre longuement que les phénomènes économiques ne sont pas dissociables des autres aspects de la vie et ne peuvent se réduire à l’économie seule. Le fait social, est , pour Mauss, « toute manière de faire, fixée ou non, qui exerce sur l’individu une contrainte extérieure ».

4) Sur ce point, se référer aux ouvrages de Pierre Dardot, Christian Laval, Barbara Stiegler ou Wendy Brown (entre autres).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.