I) Détour historique

1/1 >L’unité dialectique de la coercition et du consentement

 

Il faut donc savoir qu’il y a deux manières de combattre, l’une par les lois, l’autre par la force : la première est propre aux hommes, la seconde aux bêtes ; mais comme la première bien souvent ne suffit pas, il faut recourir à la seconde. Ce pourquoi il est nécessaire au prince de savoir bien pratiquer et la bête et l’homme. Cette règle fut enseignée aux princes en paroles voilées par les anciens auteurs qui disent que l’on confia Achille et plusieurs autres de ces grands seigneurs du temps passé au centaure Chiron pour qu’il les élève sous sa discipline. Ce qui ne signifie autre chose, d’avoir ainsi pour gouverner une demi-bête et un demi-homme, sinon qu’il faut qu’un prince sache user de l’une ou de l’autre nature, et que l’une sans l’autre n’est pas durable.1 

 

Dans Le prince, Machiavel entend rendre compte des diverses modalités par lesquelles les souverains des principautés peuvent combattre leurs ennemis, afin de conquérir puis conserver leur pouvoir politique. Mais ce qui va m’intéresser particulièrement ici, c’est l’affirmation d’une double nature du pouvoir politique présente dans cette métaphore. Car ce que Machiavel nous dit, c’est que le pouvoir -et donc sa conservationrepose simultanément sur la loi et sur la force. En suivant son raisonnement jusqu’au bout, nous pouvons dire alors qu’aucun pouvoir politique ne saurait s’exercer sans cette combinaison bancale de pratiques légales et coercitives. Il est à noter par ailleurs que ce passage a été objet de nombreuses controverses en raison de son caractère supposément immoral, controverses qu’il convient également d’interroger. Qui l’a jugé immoral, en vertu de quels principes, et surtout au nom de quelle morale ?

Dans ses cahiers de prison, le philosophe sarde Antonio Gramsci formulera une théorie, qu’il nommera de « la double perspective2 », dans laquelle il intégrera la métaphore du Centaure tout en la déclinant dans ses termes propres, afin de décrire plus précisément ce qui caractérise son époque3. Il le formule comme suit :

Un autre point à établir et à développer, c’est celui de la « double perspective » dans l’action politique et dans la vie de l’État. Il existe différents degrés sous lesquels la double perspective peut se présenter, des plus élémentaires aux plus complexes, mais on peut les réduire théoriquement à deux degrés fondamentaux, qui correspondent à la double nature, bestiale et humaine, du Centaure machiavelien : la force et le consensus, la domination et l’hégémonie, la violence et la civilisation […] : autrement dit, les choses peuvent se passer comme dans la vie humaine, où plus un individu est contraint de défendre son existence physique immédiate, et plus il soutien et se place au point de vue de toutes les valeurs les plus complexes et les plus élevées de la civilisation et de l’humanité 4.

S’il ploie ici les termes de force, domination et violence, c’est bien sous la terminologie de coercition qu’il les englobera de façon plus générale au cours de ses textes. En outre, la coercition n’est donc plus seulement envisagée en relation avec le consentement seul, mais également dans son rapport à la loi. Dans la théorie gramscienne, coercition et consentement ne sont plus des modalités séparées de l’exercice du pouvoir politique, leur relation n’est ni oppositive ni disjonctive, mais relève bien d’une unité dialectique. Par conséquent, lorsqu’il s’agit de l’exercice du pouvoir politique, le consentement ne peut exister sans coercition, et réciproquement.

Il me semble que les raisons de mon souhait de convoquer Gramsci afin de réfléchir à notre situation politique contemporaine -et plus encore ces derniers jours – s’éclaircit davantage. (mais aussi parce que je convoque souvent Gramsci. Très très souvent c’est vrai).

Ce qui n’a de cesse de m’interroger depuis quelque temps vous l’aurez saisi, c’est la question des rapports de domination, de leur intériorisation, la façon dont on les reproduit en nous-même, réactivant et pérennisant un cercle vertueux de rapports de forces. Dans le même temps, il est nécessaire de réfléchir à la structuration possible d’un dispositif d’émancipation pour sortir de ce cercle en en déplaçant le centre.

Avec mon amie et collègue philosophe Coline Fournout, nous venons de rédiger un article qui se veut une enquête exploratoire sur ce que nous nommons la subjectivité sanitaire. Nous avons réfléchi à l’articulation complexe de la contrainte et du consentement dans le soin psychiatrique, la façon dont ces derniers (contrainte & consentement) sont légalement déterminés, et leur emploi en contexte5. Ce qui nous a interrogé précisément dans le cadre de la psychiatrie contemporaine nous a permis une réflexion plus large, étendue au fonctionnement étatique.

La question est donc de penser la façon dont un non-consentement peut être traduit en refus, en opposition, engendrant de fait une pratique coercitive, au nom de la sécurité de toute ou une partie de la population. Il y a en premier lieu le postulat d’une autonomie de choix par défaut de l’individu qui, s’il se refuse à satisfaire au choix qui lui est proposé, lui sera finalement retirée. Dans ce cas de figure, aux exigences de qui le choix formulé doit satisfaire ? Quelle direction politique6, cristallisée dans l’application de lois représentatives du pouvoir en place, est à l’œuvre ?

L’unité dialectique du consentement et de la coercition fait alors émerger un autre concept, plus central encore, me permettant de penser plus précisément ce qui me préoccupe : l’hégémonie, qui correspond chez Gramsci à cette direction politique.

On en parle dans le billet suivant…

Je précise qu’il n’est nullement affaire de jugement moral ici, j’interroge philosophiquement ce fonctionnement et les choix émanant des États en général. Pour le cas spécifique de la pandémie actuelle, les équipes soignantes ont très tôt désigné le confinement comme le moyen d’action de la population le plus efficace pour la non-propagation du virus. Il ne m’a jamais paru pertinent d’en douter ni d’en discuter. En outre, les mesures gouvernementales -contradictoires et floues, parfois insensées – n’ont à mon sens pas permis une réception compréhensive des enjeux vitaux liés à la nécessité de rester chez soi. On ne le répétera pas assez, restez chez vous au maximum, pour le bien de tou.te.s.

Merci aux équipes soignantes pour ce que vous êtes en train de faire, aux pharmacien.ne.s, assistant.e.s maternelle (notamment garde des enfants de soignant.e.s), caissier.e.s, boulanger.e.s, à toutes celles et ceux qui travaillent toujours pour soutenir nos premières nécessités, et donc nous maintenir en vie.

 

1) Nicolas Machiavel , Le prince et autres textes, Paris : Gallimard, coll. Folio, 1980, p.107

2) Principalement dans les Cahiers 8, §86 et 13, §14  

3) A. Gramsci, membre fondateur du Parti Communiste Italien, sera emprisonné de 1929 à 1935 pour ses actions politiques, par le régime fasciste alors en place.

4) Cahier 8, §86

5) Léna Dormeau, Coline Fournout, Subjectivité sanitaire : enquête sur le soin et le consentement, Le cahier d’enquête, STASIS, groupe d’enquête sur le contemporain, Montréal, à paraître en juin 2020.

6) Gramsci emploie indistinctement de façon synonyme les termes de direction politique et hégémonie.

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search