Coercition, consentement et confinement

Je viens d’effacer et réécrire 15 fois cette première phrase, parce que je ne sais pas comment commencer. Alors je vais commencer comme cela, de façon transparente : je ne sais pas comment commencer. Parce que je ne sais pas vraiment quoi dire, ni de quelle façon dire ce que je ne sais penser. J’aurais voulu continuer à filer la métaphore ; moi, seule dans ma villa perchée dans les montagnes, en résidence épistémologique, face à moi-même, à interroger mes lieux d’énonciation et me demander de quel(s) corps se nourrissent mes écrits.

Deux mois, confinée, à questionner ce que mes productions ont d’hégémonique, de limbique, d’éducationnel, de biliaire, de déterministe, de sanguin, d’académique, de pulsionnel, de classiste, de névrotique ou de consensuel. Confinée. C’est le choix naratologique que j’ai fait, le cœur de la fabulation collective des passagers de la Villa. C’est le fonctionnement même des résidences d’auteur.e.s, d’artistes,,de chercheur.e.s. On s’enferme pour réfléchir, produire, créer, et le reste attendra. Parce que l’urgence c’est ce désir, ce besoin-là, ce manque du temps et de la solitude nécessaires à la fertilisation des idées en germe.

L’histoire de mon personnage est donc celle du confinement consenti, ressenti comme vital et potentiellement créateur. Mon histoire en train d’écrire l’histoire de ce personnage est la nôtre, désormais mondialement partagée, celle du confinement coercitif, pragmatiquement vital, éminemment liminal.

Du haut de ces privilèges (j’ai un logement, de la nourriture dans mes placards, pas d’enfant(s) à charge, des proches -jusque là- en bonne santé, je suis physiquement valide -mes traitements sont stabilisés- par nature j’apprécie particulièrement la solitude et rester enfermée chez moi n’est pas source d’angoisse, j’ai internet…), je voudrais prendre le temps d’interroger un certain nombre de points, émergents du contexte actuel, interreliés et inextricables.

Nombreuses situations sont entrées en résonance ces derniers jours, et je voudrais voir si les frapper fort sur les touches de mon clavier permettrait d’en faire surgir une compréhension, des lectures transdisciplinaires, des échanges collectifs. Le programme des semaines à venir sera donc à peu près celui-ci :

I) Détour historique

L’unité dialectique de la coercition et du consentement : Machiavel et Gramsci

II) A propos de l’hégémonie

La contrainte comme direction politique

Penser les rapports de force : Néolibéralisme et antagonismes vitaux

III) Expérience du confinement, expérience du temps

Le temps du manque

Esthétique de la résistance et fictions émancipatrices

État d’urgence et développement personnel

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search