Boutique des Sciences et posture épistémologique : Une approche à partir du cas de la parcelle SICOR à Grand-Lahou, Côte d’Ivoire

A l’entame de ma recherche doctorale, deux aspirations motivaient mon engagement : mon accession au statut de docteur et la possibilité qui s’offrira à moi de pouvoir décrocher un emploi à la hauteur de ce statut.

Après échange avec mon directeur de thèse, je décide de consacrer ma thèse aux perceptions et réponses sociales des paysans Avikam de Grand-Lahou face à la pathologie végétale du JMC (Jaunissement Mortel du Cocotier).

Suite à la première étape de mes réflexions marquées par une étude exploratoire visant à cerner les contours de mon thème, j’aboutis au constat de recherche suivant :

La résistance des paysans Avikam de Grand-Lahou face aux pratiques agricoles innovantes de conservation de la biodiversité de leurs espaces agricoles nonobstant la prolifération du JMC sur ces espaces.

La deuxième étape caractérisée par la poursuite de la recherche inductive dans l’un des villages impactés par la pathologie me permit de construire l’hypothèse empirique suivante : La résistance des paysans Avikam de Grand-Lahou face aux pratiques agricoles innovantes est liée à une stratégie de sécurisation foncière.

Me référant donc à cette hypothèse empirique, la troisième étape de mes recherches consistait à identifier ou à construire, à partir d’un cadre théorique préexistant, une hypothèse théorique qui devait être par la suite renforcée ou pas sur le terrain de recherche. J’avoue que cette opération a été très déstabilisante pour moi dans la mesure où je me suis butté à un mur énorme caractérisé par ma difficulté à trouver ou construire à partir d’un cadre théorique préexistant cette hypothèse théorique.

C’est donc à ce niveau de ma recherche marqué par le stress et le découragement que s’effectue ma découverte de la BDS (boutique des sciences).

A ce stade de mon propos, il est important de souligner que l’intérêt social de mon étude était entre autre de contribuer à la compréhension des facteurs sociaux générateurs de la prolifération de la pathologie végétale du JMC à Grand-Lahou et par ricochet d’identifier des pistes de solution pouvant favoriser l’endiguement de cette pathologie végétale.

Cependant, face à ma difficulté d’identifier et de construire une hypothèse théorique fondée sur un cadre théorique préexistant et pouvant me permettre de rendre compte de la complexité du phénomène je décide de ré-adopter ma posture inductive de départ. Cette posture s’est donc traduite par mon contact prolongé avec les paysans.

Le retour à cette posture de départ me permit de me rendre compte de la divergence existant entre l’intérêt social de mon étude et les aspirations telles qu’exprimées par les paysans Avikam de Grand-Lahou. En effet, les paysans semblaient être peu préoccupés par la prolifération du JMC et donc désintéressés par toutes initiatives visant son endiguement. La logique centrale qui orientait leurs comportements était plutôt la réappropriation de leur espace agricole qui a été attribué par l’Etat de Côte d’Ivoire à la SICOR (Société Ivoirienne de Coco Râpé) qu’importe que le JMC détruise toutes leurs cocoteraies.

A cette étape de ma recherche où l’intérêt social de mon étude et les logiques sociales de ma population cible semblaient antinomiques, la BDS me permit d’intégrer les logiques des paysans dans la conduite de ma recherche. Cette exigence m’imposa la mise en œuvre de deux activités majeures : la redéfinition de ma posture épistémologique et la co-construction de mon problème de recherche avec les paysans. Ainsi, j’abandonne d’une part la posture « abductive » qui m’impose la formulation d’une hypothèse endossée à un cadre théorique préexistant et d’autre part l’option qui vise l’identification des facteurs favorisant l’adoption des mesures prophylactiques ayant pour finalité l’endiguement de la pathologie végétale du JMC.

Le nouveau problème de recherche qui découle de cette double activité et qui me semble plus en phase avec les réalités et besoins tels que traduits par les paysans Avikam de Grand-Lahou est donc celui porté sur la transposition de leur représentation sociale du foncier rural comme un bien commun dans un cadre normatif innovant prohibé (le Planter-Partager) au regard de la nature juridique exclusive de la parcelle SICOR. Ce point d’entrée de la recherche me permettra en effet de mettre en relief les savoirs des paysans en lien avec leurs pratiques de gouvernance du foncier qui semble être occultés par les recommandations technicistes et administratives des organes institutionnels de l’Etat.

En définitive, je retiens que la BDS s’offre à moi comme un dispositif qui me permet de m’impliquer dans le développement local des communautés en proie à des difficultés sur lesquelles je peux porter des analyses, le tout dans un esprit de non hiérarchisation des savoirs et de prise en compte de leurs aspirations.

IRIÉ Bi Vagbé Gethème

  • Doctorant en sociologie rurale (activités liées à l’environnement et à l’économie agricole)

IRIÉ Bi Vagbé Gethème

IRIÉ Bi Vagbé Gethème est doctorant en sociologie rurale, spécialiste des activités liées à l’environnement et à l’économie agricole à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Côte d’Ivoire. Il est membre du LAASSE (Laboratoire de Sociologie Economique et d’Anthropologie des Appartenances Symboliques) et du LIRAJ (Laboratoire International de Recherche-Action sur la Justice cognitive, la science ouverte et les communs).

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Marc Aurel dit :

    Agréable découverte lorsqu’on decide de côtoyer les paysans de discuter franchement avec eux pour comprendre leur fonctionnement et leur comportement. Les paysans ont leurs stratégies, ils pensent sur la meilleure façon d’atteindre leur objectif . Saisir la finalité de l’action et de la stratégie paysanne demande beaucoup d’humilité. Good job Irié

  2. Adoman dit :

    Belle articulation et démonstration des arguments. L’appropriation empirique de l’hypothèse à l’aune de l’impertinence de la théorie existante désigne la mise au central des acteurs dans la production des connaissances.
    Chapeau

  3. iKoanga Lompo dit :

    Super, ce billet m’ouvre les yeux sur les relations entre la sociologie et les systèmes de production agricoles. Quand tu me disais que ta recherche était orientée vers le monde rural, je ne percevais pas très bien comment cela pouvait se passer dans la pratique. Mais après lecture, je réalise que les comportements sociaux sont communs aux humains. nous adoptons tous un comportement particulier à un moment de la vie, face à un phénomène qui menace nos intérêts.
    Aussi, j’ai apprécié la deconstruction du cadre theorique et la coconstruction avec les paysans du cadre réel (je parlerais de cadre empirique ou cadre pratique ou encore de cadre endogène). Je ne doute pas non plus que les résultats seront également votre produit commun. Cette solution sera déjà intégrée, adoptée et adaptée aux désirs de ces paysans sans porter préjudice à la règlementation en vigueur.
    Du courage

Répondre à IRIÉ Bi Vagbé Gethème Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.