Étiqueté : réflexivité

1

La responsabilité littéraire des ethnographes

En anthropologie, il semblerait que littérature et science ne fasse qu’un. L’ethnographe est de plus en plus reconnu comme un auteur qui, en élaborant un discours sur autrui, s’attache à reconstituer des phénomènes sociaux. Par une mise en mots, en phrases et paragraphes, c’est dans un processus créatif qu’il va développer et inhiber certaines dimensions et compréhensions propres à la réalité observée sur le terrain.

3

Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée

J’ai précédemment développé l’idée que l’activité d’écriture privée dans le cadre de l’écrit de travail avait ceci de paradoxal qu’elle était amputé de toute forme de communication vers autrui. Ceci n’est à vrai dire qu’à moitié vrai, on peut tout à fait avancer l’argument que le soi-lecteur puisse être en certaines circonstances étranger au soi-auteur, ainsi que l’expose Baudouin Jurdant.

2

Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement « d’investigations« , « instrumentaux« , ou « de travail » ; d’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs.