Catégorie : 2017

0

Missive à François Tatou, mon père (4) : Garoua la belle

Texte de Léonie Gisèle Tatou Metangmo, professeure de linguistique à l’Université de Ngaoundéré, Cameroun et invitée de Florence Piron. Les autres billets de la série : http://reflexivites.hypotheses.org/8616, http://reflexivites.hypotheses.org/8588 et https://reflexivites.hypotheses.org/8625 *** Un certain jour de l’année...

1

Missive à François Tatou, mon père (3) : Numérique et ubiquité 

Texte de Léonie Gisèle Tatou Metangmo, professeure de linguistique à l’Université de Ngaoundéré, Cameroun et invitée de Florence Piron. Les autres billets de la série : http://reflexivites.hypotheses.org/8616 et http://reflexivites.hypotheses.org/8588 *** L’esquif léger attend au port Allons...

0

Ouvrir en grand les volets : la Villa revit

À Louise Merzeau « Et de même qu’on n’habite pas, qu’on ne transforme pas en son logis, un appartement du seul fait qu’on s’en sert – pour dormir, manger, travailler-, mais parce qu’on y séjourne, de...