[Lecture] – Les non-dits de l’anthropologie

« La pensée ne peut s’élaborer que dans un éternel retour. »

J’ai lu hier un ouvrage que j’ai… dévoré, avouons-le ! Je pourrais vous en faire un résumé mais j’aurais peur d’en dénaturer le contenu. D’autant que l’auteur (Sophie Caratini – Directeur de recherches, CNRS) nous raconte quelques expériences de terrain très personnelles que j’ai adoré. Voilà ce que je voudrais lire et entendre de la part des anthropologues : la part manquante dans leurs propos, celle de l’émotion qui rapproche. Mais pour vous mettre en appétit, je vous propose quelques morceaux choisis, issus de ce livre.

L’approche réflexive proposée voudrait montrer qu’on n’est pas anthropologue par accident, et que cette quête de l’altérité, qui est aussi une quête d’identité, est d’abord individuelle, profondément ancrée dans une problématique personnelle qui conditionne toutes les phases de la démarche et dont l’archéologie est à chercher bien en deça de la première expérience de terrain. […] on ne saurait dénier le fait que cet enseignement, comme cette littérature, témoignent, en anthropologie plus qu’ailleurs, de points de vue toujours uniques parce que toujours issus d’un parcours original. (Caratini, 2004, p.9)

Rares sont les professeurs qui abordent la véritable question du terrain, celle du choc des cultures, car comment parler d’une expérience sans la raconter ? sans dire ce qu’on a vécu ? Et comment proposer une méthode d’enquête à partir d’une aventure personnelle ? On se tait, donc, sur sa propre pratique, et on fait de l’apprentissage de la méthode une question technique. (Ibid., p.15)

[…] ils (ces ouvrages) ne proposent aucune analyse réflexive sur les conditions dans lesquelles le processus de connaissance se développe sur le terrain : celui de l’interaction entre un être vivant et un environnement étranger dans lequel il vient délibérément s’inscrire, et entre l’homme social qu’il est et les hommes qu’il rencontre. (Ibid., p.18)

La singularité de son histoire, ce capital d’expériences sensitives, émotionnelles et spirituelles que sa mémoire contient, tout en lui (l’anthropologue) est heurté de plein fouet. Le choc peut être violent, et, bien souvent, il doit se faire violence : c’est un échange. (Ibid., p.22-23)

Il n’a plus personne pour le rassurer, le conforter ou le réconforter ; il ne peut plus voir, dans le miroir, son double, celui qui aurait pu lui confirmer que cet émoi qui l’étreint ou cette mauvaise pensée qui l’assaille ou le hante sont « normales ». Il n’a plus d’autre norme que lui-même, cet inconnu. Et le miroir, impitoyable, ne lui renvoie plus passivement son image : il le regarde. Il a des pouvoirs magiques, il fait peur. « Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? » L’Autre se tait ou même sourit, tandis que l’anthropologue sent monter en lui le doute vertigineux de le science victorieuse. Tout d’abord, il l’écarte : non, pas ça, ce n’est pas possible, ce n’est pas la science, c’est moi. Alors il doute de son savoir, puis de ses capacités, et le voyage tourne à l’errance. Parce qu’on ne lui avait jamais rien dit sur cette errance, il n’osera jamais rien en dire. (Ibid., p.24)

[…] ce « trou » par lequel quelque chose peut advenir : un éclair de génie, une intuition, un regard inédit, une « révélation », un Ça-voir. (Ibid., p.26)

C’est une expérience unique que de pouvoir « retomber en enfance », qui, si elle a été profondément vécue, peut élargir considérablement le champ de la connaissance. (Ibid., p.31-32)

Comment être dans le même temps « dedans » et « dehors », être et ne pas être l’Autre pour être ou ne pas être … un savant ? (Ibid., p.102)

C’est de la résolution du conflit interne, vécu, entre les deux logiques, du fait de leur relative incompatibilité que va naître l’écriture. Tant que persiste ce conflit interne, inhérent à tous les dédoublements qu’il a dû opérer, le chercheur ne peut rien dire. (Ibid., p.105)

[…] l’attitude qui accompagne pourtant toute véritable quête : l’errance. (Ibid., p.118)

La connaissance s’élabore sur une déambulation paradoxale dont l’ignorance est une des conditions. (Ibid., p.119)

[…] le chercheur est sommé de faire abstraction de lui-même, de ses émotions, de son parcours personnel. Or, en anthropologie, c’est impossible, la question de l’objectivité et de la subjectivité est posée par l’absurde puisque le savoir se développe dans une interaction entre sujets, c’est-à-dire dans une histoire. […] le savoir, en anthropologie, impose au contraire à chacun d’assumer et surtout de re-connaître, c’est-a-dire d’inclure dans son interrogation, la part de subjectivité sur laquelle son expérience s’est développée. (Ibid., p.121)

Seraient ainsi dévoilés sans plus d’ambages la valeur heuristique du traumatisme du « terrain » et le rapport thérapeutique que la sublimation par l’écriture entretient non seulement avec ce moment vécu, mais avec l’ensemble de l’itinéraire qui l’a précédé et dont il participe. Elaborer cette nouvelle histoire de la discipline éclairerait sans nul doute l’analogie étroite de l’anthropologie et de la littérature, phénomène régulièrement évoqué mais jamais analysé, et qui dépasse de très loin la question du registre de l’écriture. (Ibid., p.122-123)

[…] la fécondité de sa démarche provient de ce qu’elle est avant tout une aventure et une création. (Ibid., p.123)

Caratini S. (2004). Les non-dits de l’anthropologie. Vendôme, France : Presses Universitaires de France.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Isabelle dit :

    Je découvre avec plaisir ce qui est dit de Sophie Caratini. Etant de l’équipe des éditions Thierry Marchaisse, je peux confirmer que son livre va être republié (le 31 oct 2012, et non en mars). Elle l’a remanié, actualisé, augmenté, et il s’y ajoute, outre une préface, un dialogue inédit passionnant avec Maurice Godelier sur leurs expériences de terrain et leurs approches réflexives.
    Ci-dessous, je laisse en avant première, un petit extrait du dialogue avec M.Godelier; d’autres se trouvent sur le site http://www.editions-marchaisse.fr.
    A ce propos, je ne peux résister à déposer une autre info : Sophie Caratini, entre temps, a aussi écrit le récit qu’une femme nomade mauritanienne lui a confié, Mariem, et dont l’histoire est incroyable. C’est un très beau livre, intitulé : La fille du chasseur.

    Extraits de  » Les non-dits de l’anthropologie, suivi de Dialogue avec Maurice Godelier  » :

    S.Caratini – À partir d’un certain moment, on a un déclic, l’intuition que c’est ça qu’il faut croiser. Mais cette intuition vient de quelque chose qui peut être difficile à expliquer. Pourquoi s’est-on focalisé là-dessus ? On ne sait pas soi-même exactement. Ça ne veut pas dire que ce soit une fiction, ni une hypothèse gratuite, c’est bien une réalité du terrain, mais l’importance particulière qu’on lui donne vient aussi de la manière dont on l’a découverte, vécue, de ce qu’elle a réveillé, ou mis en résonnance en nous.
    M.Godelier – Oui, c’est une intuition ; c’est comme les mathématiciens, à un moment, toc ! L’idée jaillit, quelque chose se cristallise. Mais en anthropologie, pour que ça arrive, il faut être vraiment imbibé par la culture de l’Autre, et ça, ça demande du temps. (…)
    S.Caratini – Il y a aussi la question de ce qu’on nous a mis dans la tête à l’université. Il est important de comprendre comment les intuitions nées de notre confrontation personnelle avec les réalités du terrain peuvent nous conduire à rompre ensuite avec les catégories reçues.
    M.Godelier – S’il y a une forme quelconque de progrès en anthropologie, il passe nécessairement par là. De mon côté, je dois aux Baruya d’avoir rendu complètement obsolètes deux idées qui traînent dans tous les manuels et dans la tête des anthropologues.(…)

  2. Je viens de me rendre compte en envoyant le précédent billet d’une faute d’orthographe peu pardonnable pour une doctorante en sciences sociales : l’ouvrage en question EST à nouveau disponible…

    Merci en tout cas pour votre carnet, qui traite de sujets encore trop peu abordés dans l’enseignement et la pratique de nos disciplines. Bonne continuation!

  3. Information plus récente : cet ouvrage a été réédité en mars dernier, aux éditions Marchaisse Thierry, et ait du coup à nouveau disponible dans toutes les bonnes librairies…

  4. Stéphanie Messal dit :

    Je viens de découvrir un très bon billet à propos de ce livre sur EspacesTemps.net :
    http://www.espacestemps.net/document2056.html

    D’autre part et pour faire suite aux échanges sur twitter avec Mélodie (aka infusoir), il est effectivement difficile de pouvoir se procurer cet ouvrage. Il est indisponible à la vente sur bien des sites. Quelques solutions : consulter régulièrement ebay et autres sites de livres d’occasion et/ou arpenter les rayons des MSH (Maison des Sciences de l’Homme). Pour info, sachez qu’il est disponible à la MMSH d’Aix-en-Provence.

  1. 17/01/2013

    […] dans la pensée intime de l’auteur qui se livre. Comme pour l’ouvrage de Sophie Caratini, Les non-dits de l’anthropologie, je découvre l’homme au-délà de l’ethnologue, je découvre toute l’humanité […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *