L’évaluation est-elle un opérateur de réflexivité ?

Je pose la question parce que, dans un dialogue qui m’impliquait, il y a quelques années, en tant que critique radical du principe même de l’évaluation, la personne qui s’opposait à cette critique, prétendait, en toute bonne foi, que, sans évaluation, on ne pouvait pas progresser, autrement dit, que l’évaluation était indispensable à cet exercice de réflexivité qui nous aide à nous améliorer, à penser mieux. Il prétendait qu’il s’agissait même – allons-y tant qu’on y est – d’une exigence de feed back ! Sans feed back, nous serions condamnés à l’errance, et de l’errance à l’erreur.

Je voudrais revenir sur ce problème au nom même de cette vague déferlante d’évaluations, ce véritable tsunami inamical qui, venu d’ébranlements sous-marins, fort lointains et vraisemblablement politiques, envahit les surfaces de nos constructions mentales et de nos fragiles performances.

Plus j’avance dans mes réflexions sur l’évaluation, sous cette forme explicite qui nourrit (et pourrit) la bonne conscience de nos institutions – à commencer par l’école – plus je suis persuadé qu’elle ne sert jamais à rien. Car il s’agit toujours de juger. Or le jugement, dès qu’il est explicite (qu’il soit positif ou négatif) me semble être toujours trompeur. Il nous enferme dans un pan de nous-mêmes, ce pan qui ne s’ouvre, selon les critères, qu’à telle ou telle issue qui ne peut jamais être autre chose qu’une issue de secours. Il érige le secours et son urgence supposée en méthode d’éducation.

Ne pas juger, quoiqu’il arrive. Le jugement n’est même pas assimilable à une contrainte qui pourrait, une fois intériorisée, être à l’origine d’un nouvel élan vers l’authenticité. Le jugement définit une extériorité orientée, arbitraire et généralement malveillante. Il bloque le développement de l’être, introduit une dissonance dans son harmonie propre.
Cela ne veut pas dire qu’il faut éviter les contraintes liées aux interdits de la loi et au respect des règles. Les contraintes nous servent de guides dans les obscurités de notre solitude. Mais l’évaluation n’a rien à voir avec ces contraintes. Elle est totalement inutile. Elle est futile.

Il n’y a rien de pire que de se sentir évalué, jaugé et jugé, même quand les évaluateurs font tout ce qu’ils peuvent pour ne pas faire naître ce sentiment, voire pour tricher avec lui au moment où cela se passe, – car ça se passe toujours bien, n’est-ce pas ? En réalité, évaluateurs et évalués sont obligés de se faire complices d’une mascarade finalement très vulgaire pour qu’elle se passe bien justement.

Photo : Maxime Faury / © Tous droits réservés

Cela ne veut pas dire non plus qu’il faut bannir toute évaluation. Le fait de vivre en société implique que nous soyons constamment évalués par nos entourages. Mais cette évaluation quotidienne est généralement implicite. Elle est à l’origine de notre cercle d’amis et de notre réseau d’ennemis. Elle est constitutive de nos liens sociaux. Faire de l’évaluation un processus explicite de sélection et d’exclusion, c’est généraliser la méfiance et injecter le virus de la paranoïa dans le corps social. Indignons-nous de cette indignité qui fait injure à notre souci de vivre en bonne intelligence.

Baudouin Jurdant

Pour citer ce billet :
Jurdant, Baudouin (16 février 2012) “L’évaluation est-elle un opérateur de réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/888


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Baudouin Jurdant dit :

    Je suis bien d’accord avec ce commentaire qui appelle à une résistance contre cette vague d’évaluations qui nous font perdre beaucoup d’argent public et de temps. Je suis bien d’accord avec l’idée que nul n’est à l’abri du jugement des autres. Et qu’il est bien difficile de ne pas juger soi-même. Je crois que l’exercice en vaut la peine. Cela transforme notre rapport au monde et aux autres d’une manière très positive.

  2. Christophe TUFFERY dit :

    Bonjour et merci pour ce billet qui invite à une réflexion, qui je pense est d’actualité dans de nombreux esprits, sur la mesure de l’activité scientifique, ou plutôt de la production scientifique,… ce qui est déjà en soit un biais de mesure.
    Il est manifeste que ne mesurer que le produit sortant de l’activité scientifique sans mesurer l’activité dans son ensemble, est une mesure de production qui, rapportée au temps passé, peut aisément et de façon caricaturale, être assimilée à une mesure de productivité et d’efficience de l’activité scientifique.
    Je sais que nous sommes envahis d’indicateurs « d’objectifs et de performance ». Mais lorsqu’on se penche un peu sur la définition et les modalités de calculs de certains de ces indicateurs, on ne peut qu’être saisi par le scepticisme… à tout le moins.
    Léo Ferré a écrit « L’art n’est pas un bureau d’anthropométrie » (« Poète… vos papiers! », 1956).
    En le plagiant bien modestement, on pourrait se permettre de dire que la science semble devenir un bureau de chercheurométrie » (pardonnez-moi ce néologisme), où des contrôleurs et des inspecteurs patentés ont poure mission de mesurer les chercheurs par leurs productions, parfois réduites au fameux « indice H ».
    Face à ce déluge d’indicateurs qui tombent sur les chercheurs comme des « orgues de Stalines », que faire et que penser ?
    A chacun de se faire sa propre opinion, de « choisir son camp », celui d’un conformisme croissant au « cycle de la crédibilité scientifique » (B. Latour) ou d’une opposition passive ou active à cette lame de fond, cette « vague déferlante d’évaluations », « ce véritable tsunami inamical » qui « envahit les surfaces de nos constructions mentales et de nos fragiles performances ».
    Dans cce scénarion d’un drame annoncé, il me semble, à bien y regarder, qu’aucune position ni aucune posture n’est condamnable, car toutes le sont. Nul n’est innocent, pas plus que nul n’est coupable. C’est histoire de morale personnelle, de conviction, de valeurs avant d’être un sujet de débat et d’agissements.
    Aucun d’entre nous ne peut se prétendre à l’abri du jugement et de l’évaluation des autres. Mais nul d’entre nous ne peut prétendre de ne jamais avoir été en situation d’être le juge d’un autre ni de s’être cru, un instant ou de façon plus durable, investi du pouvoir d’évaluer, d’exprimer un avis sonnant comme une sentence, voire une condamnation de certains de ses collègues.
    Nous sommes tous, comme êtres humains autant que comme chercheurs, le résultat des jugements que nous portons sur nous-mêmes comme sur les autres, autant que nous sommes faits des jugements que les autres portent sur nous.
    Comment ici ne pas penser à Jean-Baptiste Clamence, le juge-pénitent de « La chute d’Albert Camus ».
    Pour l’avoir vu, entendu, vécu à de multiples occasions, les laboratoires, comme d’autres lieux de vie professionnelle, sont des lieux de socialisation, qui se transforment parfois en tribunaux mais peuvent aussi servir de salles d’attente ou de lieux de repos.
    La mesure croissante en cours de l’activité du chercheur n’est peut-être finalement qu’une couche supplémentaire dans cet arsenal de l’évaluation réciproque permanente dont la plupart des actes et témoins nous sont inconscients, tant ils sont déjà anciens et intériorisés.
    En cela et pour revenir à votre billet celui-ci a le mérite de s’interroger (et de nous interroger) sur ce qui peut nous apparaître nouveau et qui, peut-être, n’est qu’un nouvel épisode d’un processus engagé depuis bien longtemps et dont nul d’entre nous n’est exclu comme acteur autant que comme objet. Au plus, l' »épisode » en cours semble s’inscrire dans un contexte fortement investi d’arrière-pensées idéologiques dans celle d’une « économie des savoirs »…et donc d’une économétrie des savoirs.
    Face à cette vision de la vie du chercheur, on peut d’abord emprunter la voix/voie du désespoir et du nihilisme en s’avouant vaincu d’emblée et en baissant les bras sur le mode du « à quoi bon » ou du « tant qu’à faire », voire en battant notre coulpe à coût d’indice H pour le reste de notre carrière, tel l’ancien juge de Camus devenu pénitent après avoir pris conscience de ses « fautes ».
    L’autre issue possible, plus proche de celle de Camus dans sa vie et son oeuvre, est celle d’une révolte. Il ne s’agit pas, à mon sens, de prendre et d’afficher une simple posture d’opposant, mais plutôt de traduire dans la pensée et dans les actes sa conviction d’une nécessité de révolte, en se faisant d’abord le porte-parole le moins infidèle possible de ses propres révoltes. On peut ensuite devenir l’un des porte-paroles ou l’un des « traducteurs » (au sens de Latour et Callon) lorsque ses propres révoltes convergent avec celles d’autres. Si l’on a le temps, le courage et l’envie, on peut ensuite tenter de donner de la voix à des « révoltes collectives », qui peuvent se transformer en une véritable résistance organisée face au dispositif d’évaluation lorsque celui-ci est imposé par un pouvoir politique quelqu’il soit et devient alors un dispositif de contrôle. Mais n’oublions pas que comme dans beaucoup d’histoire, l’histoire de cette résistance a besoin d’acteurs ou plutôt d’actants (A. J. Greimas) et des relations qui les unit et les fait agir, que ce soit comme aidant ou comme opposant. Lorsque l’un d’entre eux n’existe pas, il devient difficile de pouvoir un jour faire le récit de cette résistance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *