Missive à François Tatou, mon père (3) : Numérique et ubiquité 

Texte de Léonie Gisèle Tatou Metangmo, professeure de linguistique à l’Université de Ngaoundéré, Cameroun et invitée de Florence Piron.

Les autres billets de la série : http://reflexivites.hypotheses.org/8616 et http://reflexivites.hypotheses.org/8588

***

L’esquif léger attend au port

Allons rêver bien loin du bord

Tous, nous nous rappelons avec contentement cet agréable refrain que tu fredonnais. En amoureux des Belles Lettres, tu goûtais visiblement les sonorités rares et poétiques de cet « esquif » tout à fait étrange, pourtant, à nos oreilles d’enfants. En effet, pendant bien longtemps, les miennes ont entendu « les skis flégés attentent au port ». Devenue adolescente, j’ai interrogé, perplexe, mon Larousse. Mais rien à faire, il demeurait rétif ! Il refusait obstinément de reconnaître l’adjectif flégé*. J’ai essayé d’autres dictionnaires, mais ils ne se sont pas montrés plus coopératifs… De guerre lasse, pragmatique, j’ai réinterprété ce vers en « les skis légers attendent au port », sans percevoir le moins du monde l’incongruité d’une telle situation : que pouvaient bien attendre des skis, même légers, dans un port ?

Mais puisque cela venait de toi…

Récemment, nous avons découvert, grâce à internet, que ce cher refrain était celui d’une barcarolle[1] de Mozart. Il se trouve qu’un internaute du forum « Club des amateurs de Mozart », connecté sous le pseudonyme van43, recherchait lui-même depuis un moment des informations relatives à cette pièce de musique dont il n’avait que les premières paroles. Quelle était l’origine du morceau ? Qui pouvait lui en fournir le texte ou la partition ? Au terme de quelques échanges, un des internautes de ce forum de mélomanes, van43, put mettre à sa disposition le texte complet de la barcarolle. Un autre lui communiqua une adresse internet, https://www.youtube.com/watch?v=rjMEEoo1oKw, à laquelle nous avons pu, van43 et nous-mêmes, par la même occasion, en écouter l’exécution par un chœur de femmes.

 

Au fond, un forum de discussion demeure, comme avant l’ère du numérique, un espace public d’échanges où se retrouvent les membres d’un groupe liés par des types de relations variées, professionnelles notamment, ou encore, comme c’est le cas ici pour ce club d’amateurs de Mozart, par une même passion. Aujourd’hui, le caractère virtuel du forum démultiplie les potentialités, accélère les échanges et le rayonnement de l’information. La recherche scientifique s’est emparée de ces nouvelles pratiques communicationnelles : nouveaux supports, nouvelles stratégies langagières, signes graphiques inédits, contenus spécifiques… Les familiers des forums seraient bien étonnés d’apprendre que le label « ADN » correspond désormais à Analyse du discours numérique, chez les spécialistes des sciences du langage tout du moins! Eh oui! Ces productions n’échappent pas au questionnement des sciences du langage.

Lorsqu’il y a peu, je faisais mes premiers pas en ce type de lieux, les forums, je fus particulièrement frappée par les efforts déployés par les membres de tel groupe pour maintenir une certaine cohérence thématique : la musique de Mozart, les musiques urbaines, la santé publique, les nouvelles familiales ou que sais-je encore… Cohérence aussi sur le plan de la tonalité d’ensemble. Jusqu’où ira la liberté de ton ? Quelles langues utiliser dans la palette des langues disponibles à l’écrit[2] ? En cas de couac manifeste, selon la taille de la « bévue » et surtout selon l’autorité du contrevenant, passionnément, implacablement, habilement, avec mansuétude ou un petit zeste d’humour, les membres du forum feront bloc pour censurer, réorienter, rassurer. Ou passer sous silence… L’enjeu ? Le maintien du cap choisi explicitement ou tacitement. Et la survie du groupe!

Il faut reconnaître qu’en ces temps marqués par le développement exponentiel, et souvent bien involontaire, des diasporas africaines, nos forums contribuent à relever le défi de la dispersion, justement, et pallient tant bien que mal l’émiettement douloureux des familles. Les forums contribuent à reconstituer le lien affectif et culturel. Autour de moi, les personnes membres d’une petite dizaine de forums ne sont pas rares, crois-moi. Trois ou quatre déjà si l’on compte les cercles familiaux plus ou moins larges — nucléaire et autres. Deux ou trois cercles d’amis. Deux ou trois forums professionnels (pour l’instant, je me limite à celui de ma Faculté). Travaillons seulement à ne pas nous laisser rattraper par l’addiction…

Garoua, 1996, l’Atelier Informatique de l’AFRAPEG. Au premier plan, Fadimatou. Nous sommes fiers de la savoir aujourd’hui cadre dans une société parisienne de services informatiques. Simple coïncidence ?

Je reste impressionnée par le rythme effarant  selon lequel elles se renouvellent, ces technologies, la rapidité ainsi que le degré de sophistication auquel parvient l’humain. J’étais invitée hier à une visioconférence avec un panel tout à fait révolutionnaire : des membres disséminés sur trois sites : Port-au-Prince, Montréal et Québec ! Certains, dont je suis, perdent quelque peu leur latin au milieu de ces prouesses technologiques. Dans le cas d’espèce, ces prouesses avaient, si je puis dire, la chance inouïe d’accompagner de vraies avancées sur le plan de la réflexion éthique : « Plus que le savoir en soi, c’est la latitude de déterminer les frontières du savoir qui confère le pouvoir ». Mais ne déflorons pas des textes qui seront publiés… Il s’agit, dans la quête du développement durable, de se former et de s’arrimer à ces technologies, de les investir de son génie propre, tant elles sont attractives, stimulantes et potentiellement salvatrices… Que citerais-je ? Les initiatives d’édition dématérialisée? La facilitation des échanges scientifiques et la publicisation des résultats[3] ? La visibilisation et l’archivage rapide des savoirs méconnus et menacés? Heureuse coïncidence que cette visioconférence se soit tenue un 10 novembre, journée mondiale de la science au service du développement et de la paix.

L’exposition à ces formes et canaux récents de communication est de plus en plus précoce. Cela commence avec le téléphone, devenu portable, « intelligents » et permettant, au-delà de l’échange oral, comme jadis, l’échange écrit. Il n’aura bientôt plus aucun secret pour nos petits-enfants ! Citons aussi l’email, ou courriel, avatar électronique relativement récent du bon vieux courrier postal. Naguère, lorsque vous receviez une correspondance, elle avait souvent été rédigée et expédiée plusieurs jours, voire plusieurs semaines auparavant. Pourtant, nous n’avons pas complètement rompu avec la communication asynchrone ; elle s’est simplement drastiquement raréfiée. Nous vivons désormais à l’ère de l’instantanéité, du nomadisme virtuel voire de l’ubiquité. Une revue scientifique française (celle de l’Agence nationale de la recherche) n’a-t-elle pas publié, il y a quelque temps, son premier numéro sous le titre hautement suggestif de « Mobilité et ubiquité » ?

Je l’ai dit, l’édition n’échappe pas à la révolution numérique.

« Quand on le tient dans sa main, on ne tient que du papier : le livre est ailleurs. Pourtant, il est aussi dans les pages, et la pensée seule sans l’appui des mots imprimés ne saurait constituer un livre ». Ainsi parlait Robert Escarpit dans La Révolution du livre (Édition de l’UNESCO), un ouvrage paru en 1972 (et que tu aurais pu lire). Si l’on considère la phase actuelle de sa longue aventure, on peut affirmer, aujourd’hui plus que jamais, que le « livre est ailleurs » que dans les pages ! Je dois t’avouer que jusqu’à date récente, j’étais tellement attachée au livre en tant qu’objet matériel doté d’une couleur, d’un volume, d’une odeur que j’éprouvais une certaine difficulté à prendre en considération ses avatars « dématérialisés ». Mais je dois dire que je perçois en moi depuis quelque temps une évolution radicale. Et j’en suis ravie, car le livre numérique est un formidable outil de démocratisation cognitive : il démultiplie considérablement les possibilités de faire un livre, d’accéder aux savoirs en circulation. Pour peu que le public soit suffisamment outillé pour y accéder et que les dispositifs technologiques le permettent…

Mais c’est bien le livre physique que j’avais dans les mains ce jour-là, assise devant mon boukarou. J’étais restée trop longtemps détachée des traces palpables de ce que tu avais été, de ce que tu avais vécu, de ce que tu avais pu ressentir. J’étais tout simplement heureuse de me plonger dans la plénitude de ta vie. Un bonheur plein et sans partage. Un fragment d’éternité, comme dirait mon fils Bilal.

Plusieurs jours de suite, je me suis abandonnée à la contemplation des précieux documents. Je me suis plongée avec délectation dans la lecture de ces reliques, guettant fiévreusement tes annotations, soulignements et interrogations, à l’affut des vestiges admirables d’une émotion, d’un dialogue, d’une polyphonie dont l’écho, soudain, traversait le temps de sa fulgurance.

Sans grande surprise, je découvris dans tes malles un grand nombre de livres. Je ne pus y retrouver l’importante collection de Que-Sais-Je ? qui m’enchantait tant lorsque j’étais enfant. J’éprouvais une attirance particulière pour ces charmants petits ouvrages qui rappelaient, par leurs jaquettes colorées, la littérature enfantine qui m’était familière. Certains comportaient même des croquis… Le titre de la collection, Que-Sais-Je?, résonnait dans mon esprit comme une interpellation, comme une invite pressante à résoudre une énigme. Dans le même temps, j’avais du mal à comprendre une formule qui semblait tout avoir d’un déni. Quelle était donc cette plaisanterie ? Comment pouvait-on badiner avec des sujets aussi graves que le livre ? Pourquoi écrire un livre pour dire que l’on ne savait pas ? Je ne pense pas t’avoir fait part de ma perplexité devant une telle aberration. Tu aurais éclaté d’un de tes rires si toniques et si rassurants. Tu m’aurais enveloppée de ton regard chaleureux, tu aurais marqué un temps d’arrêt et m’aurais expliqué, avec les mots qu’il fallait, que cette collection visait une sorte de vulgarisation de haut niveau sur des sujets divers. Que dans chacun de ces petits livres, un éminent spécialiste présentait une synthèse des connaissances de son domaine d’expertise à une date précise[4]. Pédagogue, tu m’aurais patiemment éclairée comme tu savais si bien le faire lorsque nous avions besoin de tes lumières. C’est ainsi que, lorsque je m’étais découvert la vocation d’«écrire des dictées quand je serai grande », tu m’avais patiemment expliqué que ces dictées qui me ravissaient n’étaient que des extraits de textes plus longs, des extraits de livres, en réalité. Cette révélation m’avait laissée perplexe et quelque peu confuse. Toutefois, puisque cela venait de toi, je ne pouvais en douter. J’appartenais tout simplement à ces générations d’enfants qui n’avaient pas appris à faire le lien entre le livre et les textes (quelque peu décontextualisés) utilisés en classe à des fins pédagogiques. En vérité, l’école n’avait pas encore mis en route cette révolution à la faveur de laquelle les élèves allaient enfin avoir entre les mains non seulement des manuels, mais également des œuvres complètes d’auteurs.

Au bout du compte, malgré l’énigme non résolue, les jaquettes vives de ces fins ouvrages avaient conquis mon âme d’enfant. Il y en avait des jaunes, des vertes, des bleues, des violettes… et je prenais plaisir à inspecter régulièrement ta collection, guettant fébrilement l’apparition d’un coloris nouveau, d’une nuance inédite. Avais-tu jamais soupçonné la fascination que tout cela exerçait sur moi?

Tu développais une véritable passion pour le livre et le document écrit en général. J’ai trouvé de tout, dans ces malles. J’ai pu feuilleter, inconfortablement installée au seuil de mon boukarou (un visiteur m’en fit la remarque, mais je n’en avais cure), toutes sortes de documents. Toutes sortes de formats : des opuscules, des brochures, des plaquettes, des coupures de journaux, des dictionnaires, des notes de cours manuscrites, des polycopiés. Mais aussi quelques  transcriptions d’éléments de notre littérature orale… tout cela religieusement conservé. Grâce à notre mère.

L’éclectisme absolu de tes centres d’intérêt ne m’a pas autrement surprise : missels, ouvrages de sociologie, d’histoire, d’économie politique, œuvres littéraires… Bien entendu, dans tes malles, les ouvrages liés à ton principal domaine d’expertise étaient les plus nombreux : guide de l’administrateur, précis de législation du travail, traités de littérature administrative, ouvrages sur la prévoyance sociale, le syndicalisme, les maladies du travail… Tu incarnais, je m’en suis rendu compte plus tard, l’idéal classique de l’honnête homme : courtois, sans obséquiosité, érudit, mais sans forfanterie ni ostentation[5]. Mon cher papa… ami des Arts et des Sciences ! C’est pour cela que je me sens libre d’évoquer avec toi absolument tous les sujets, sachant que bien avant nous, et nous ouvrant la route, tu t’y es intéressé… De fait, papa Nanfack Thomas[6] me confia lors d’un de ses séjours à Garoua qu’entre eux, tes compagnons te nommaient, non sans une certaine admiration, « François Tatou l’Intellectuel ».

Des documents appartenant plutôt à notre mère venaient se glisser ici ou là… Une somme généreusement illustrée de l’histoire du costume, que nous avions feuilletée tant et tant de fois. Un manuel de technologie des tissus qui jadis déroulèrent sous nos regards stupéfaits des échantillons de fibres d’origine animale, végétale… et même minérale !

Ta main affectueuse avait inscrit en page de garde ces simples mots : Marie Tatou…

[1] J’ignorais jusqu’à l’existence de ce vocable… Le Trésor de la Langue française informatisé nous apprend que « barcarolle » a d’abord désigné un air chanté par les gondoliers vénitiens, puis, par extension, un air de musique instrumentale ou vocale fondé sur un rythme ternaire, très en vogue à l’époque romantique.

[2] Les langues africaines ont été longtemps subalternisées. D’où le peu d’efforts consentis en vue de leur développement écrit, ainsi que de leur apprentissage. Fort heureusement, la situation évolue favorablement.

[3]Je me suis essayée avec mes étudiants : nous avons produit une vidéo (il s’agit encore d’un draft) de près de 6 minutes sur l’urgence de préserver les langues humaines en général et les langues africaines en particulier!

[4] Mon engagement pour la formation et la vulgarisation[4] des connaissances (condition sine qua non du développement) est-il un pur hasard?

[5] Tes fils tiennent bien de toi… et leur tranquille érudition nous a maintes fois sauvé la mise.

[6] Il hérita de son propre père du titre de Fô Tsop. Mais sa petite-fille Diana, l’amie d’enfance de notre Muriel, ingénument prononçait Fô stop … Eh oui! Que veux-tu ? Elle avait du mal, la pauvrette, à intégrer la séquence –ts– dans son système de sons utiles. Les tsars et les tsé-tsé n’étaient pas au centre de ses conversations courantes ! Par contre, la séquence inverse –st – apparaissait dans son vocabulaire ordinaire avec des mots comme stop, justement, mais aussi stylo, steak, star, station...


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *