Missive à François Tatou, mon père (2) : Identité(s) et résilience

Texte de Léonie Gisèle Tatou Metangmo, professeure de linguistique à l’Université de Ngaoudéré, Cameroun et invitée de Florence Piron.

***

Sans aucun doute, les anthroponymes africains (mais pas seulement !) écrivent l’Histoire – celle d’hier, mais également celle qui se construit sous nos yeux. Je verrais bien dans les divisions du temps une autre puissante clef de décryptage des spécificités des sociétés humaines. J’y réfléchissais en compulsant tes agendas avec une ferveur filiale légitime. Les uns sont gainés d’un cuir souple et odorant, les autres, dorés sur tranche, à peine ternis par les ans, d’autres encore d’une grande sobriété. Tous fleurent bon les heures passées – la promesse des heures à venir, et toutes ces choses devant être faites comme le suggère l’étymologie de ce mot. Et toi, tu y apparais d’une précision de chirurgien paradoxalement doublée d’une extraordinaire discrétion. Quelques mentions, dans tes agendas, demeurent obstinément laconiques : rien ne permet de dire dans la formule « Félicitations Mbonjo » qui, de ce monsieur ou de toi, fut le récipiendaire, un 24 juin 1958, desdites félicitations… ni le motif d’icelles…

J’ai trouvé dans ces précieux documents, tes agendas, des traces de la « semaine de huit jours» (pourquoi pas de la huitaine?) qui prévalait dans la culture bamiléké avant le contact avec l’Occident, et qui demeure vivace jusqu’aujourd’hui[1]. Manifestement, la rencontre bien souvent brutale de l’altérité n’a pas réussi à détruire un calendrier trop intimement lié aux réalités de la communauté qui le généra ! Car qu’est-ce qu’un calendrier ? Le Larousse nous éclaire : « système de division du temps en périodes adaptées aux besoins de la vie sociale ». C’est toi qui nous inculquas l’humble réflexe de la référence au dictionnaire. Laisse-moi donc souligner, dans la glose proposée, le passage en périodes adaptées aux besoins de la vie sociale. Fidèle à sa vocation de dictionnaire encyclopédique, le Larousse met en exergue l’intime correspondance entre l’organisation des activités d’une société donnée (échanges commerciaux, démarches matrimoniales, activités culturales, cérémonies funéraires, etc.) d’une part, et d’autre part l’institution des divisions du temps. Le calendrier devient dès lors, incontestablement, une écriture spécifique des choix sociétaux, une inscription de ces choix dans le matériau linguistique.

La langue ne se contente pas de garder scrupuleusement la trace des choix que nous faisons en tant que communauté humaine. Elle se fait greffière des mutations sociales, tant sur le plan du statut, des répertoires que des usages. À la vérité, la solidarité est si étroite entre l’expérience sensible et la mise en mots de cette expérience que les usages linguistiques ont la capacité de soutenir un changement au sein du corps social, d’anticiper sur les mutations latentes, ou les accompagner. Il n’est que de consulter certains lexiques actuels de langues africaines. Celui que propose l’ouvrage Langue et culture ewondo[2] de Jean-Marie Essono illustre parfaitement cette option d’accompagnement, d’aménagement terminologique : son lexique intègre aussi bien – məndzáŋ, « balafon », ǹláŋ « chantefable », liés aux savoirs traditionnels d’une aire culturelle spécifique, que des items qui rendent compte de realia plus récentes : fám « sortie de secours », abɔlí, « pollution » (eh oui !), ou même ǹya, « chambre à air».

Mais pour en revenir au calendrier, nous constatons que la semaine civile à l’occidentale, étroitement liée à la vision judéo-chrétienne de la création du monde en sept jours, est venue se superposer à notre calendrier local. Chaque jour est dès lors susceptible de porter deux appellations, l’une endogène, l’autre exogène, en fonction de la situation de communication. D’où un chevauchement de deux philosophies, de deux systèmes différents, voire concurrents, de division du temps.

Le jeudi 13 février 1958 fut un méta…jour de «Petit marché »

J’ai observé qu’il arrivait que tu inscrives le jour de la semaine dans notre langue sur certaines pages de tes agendas. Nous faisons ainsi partie des rares privilégiés qui savent, en novembre 2017, que le jeudi 13 février 1958 fut un meta, jour de «Petit marché » ! Ces inscriptions, soigneusement consignées en marge du calendrier « ordinaire », sans autre commentaire, soulignent la persistance des références originelles. Au-delà de cela, elles signent probablement la conscience vive que tu possédais d’un vécu interculturel méconnu, insuffisamment valorisé, et que l’on commençait seulement à problématiser. Aujourd’hui, le champ des études postcoloniales ne renierait point la recherche de tels indices de résistance culturelle.

Peut-être aurais-tu, un jour, approfondi une idée encore au stade embryonnaire? Peut-être l’as-tu fait quelque part, dans quelque document, ou oralement dans un cercle de réflexion informel? Te connaissant, j’ai bien conscience que ces annotations manuscrites portées au fil des pages ne constituent en rien le signe d’une vision passéiste et figée. Elles mettent en visibilité une quête d’harmonie, un idéal de dynamique cohésive de la diversité. Je ne puis m’empêcher, à ce stade de ma missive (alors que j’attends ma correspondance pour Montréal) de te citer ce mot époustouflant de justesse du philosophe québécois Jacques Dufresne : Quand on songe à la variété des éléments qui doivent être rassemblés et harmonisés pour créer une solide identité, on est pris de vertige. Les gènes, l’histoire — personnelle et collective —, l’économie, la société, la religion, tout entre dans la formule qu’on appelle « soi ».

Moi!

Au demeurant, comment viviez-vous en ce temps-là dans nos campagnes, tes petits camarades et toi? Quoi de particulier dans le mode de vie d’un enfant du début du siècle dernier, dans un village[3] des hauteurs de l’Ouest-Cameroun? Les travaux champêtres? Oui et non. Aujourd’hui, ces derniers y sont toujours pratiqués avec assiduité, quoique systématiquement cantonnés hors temps scolaire, pour les enfants tout au moins. La corvée d’eau[4]? Dans bien des localités, les bornes-fontaines se sont multipliées à la faveur d’initiatives caritatives de simples individus ou plus souvent des communautés locales organisées en associations, en comités de développement. De ton temps, la corvée d’eau, le ramassage du bois mort, faisaient partie des tâches que nos si dynamiques grand-mères, vous confiaient en se rendant aux champs, avant l’aurore. Au préalable, elles avaient activement ravivé les braises, et réchauffé sur un coin du foyer les reliefs soigneusement réservés du repas de la veille. Elles les avaient répartis en plusieurs portions individuelles. Après vous être frugalement sustentés, mais avant de vous rendre à l’école, vous deviez vous acquitter des différentes tâches prescrites… Et au retour de ces dames, gare aux mollets de celui qui n’avait pas cru utile de respecter les consignes! Votre éducation s’assurait, tout naturellement contrôlée par la vigilance maternelle pendant la prime enfance, car, compte tenu de la prégnance, à cette époque-là, du schéma polygénique, le jeune enfant demeurait au tout premier chef celui de la mère. Votre enfance se déroulait ainsi, tantôt simple et tranquille, tantôt violemment marquée par les événements historiques dont peu devaient mesurer la portée réelle à cette époque-là.

Passée la prime enfance, certains d’entre vous, les garçons surtout, orientés, encouragés et soutenus par un parent, un aîné, s’engagèrent dans des études primaires puis secondaires. Ce fut ton cas, dès 1934. Les années s’écoulaient, ponctuées par les vacances agréables que tu passais régulièrement dans la famille de ton fidèle ami Vincent Efon à Santchou, plus au sud du département. Les élèves les plus méritants se retrouvèrent ensuite dans la capitale et certains d’entre eux y fréquentèrent l’École supérieure de Yaoundé. C’est ainsi que, nanti des parchemins délivrés, tu intégras l’Administration du Travail en 1949 comme Adjoint d’administration. Dès l’année d’après, le 1er août 1950, tu épousas Marie Nguefack, charmante jeune fille née dans une famille profondément pieuse du quartier de la paroisse Sacré-Cœur de Dschang. Témoin de l’événement, une amie de la famille, toute jeune fille elle-même à cette époque-là, se souvient du cortège qui s’ébranla après la noce, de l’église jusqu’au village, sous une douce brume. Une de ces fines brumes matinales de juillet-août dont nous parlent presque tendrement nos géographes…

À propos de tes beaux-parents, j’ai remarqué qu’après la naissance de la petite Marie Nguefack et de sa sœur jumelle Marthe Donfack (on se souvient de Marthe et Marie, ces sœurs si parfaitement complémentaires des Évangiles), les ci-devant Kenchoung Philippe et Tsobjio Suzanne avaient purement et simplement changé de nom usuel pour devenir respectivement, même dans les registres d’état civil, Tagni Philippe et Magni Suzanne! Cela nous semble complètement surréaliste aujourd’hui, mais le changement de nom était tout à fait naturel dans des circonstances oralement, mais clairement codifiées par la société. Une naissance d’un type particulier, gémellaire notamment, l’héritage ou l’acquisition d’un titre de notabilité, etc. pouvaient donner lieu, en toute légitimité, à un changement officiel d’identité.

Deux serviteurs royaux d’ordonnance. Toile de Pascal Kenfack – Par la symétrie des volumes et des formes, ce tableau pourrait illustrer la gémellité.

De nos jours, la prégnance de la culture écrite (et particulièrement l’utilisation de documents tels que la carte d’identité) entraîne la disparition presque totale de cette pratique. De nos jours, en effet, les documents officiels ne sauraient prendre en compte les événements particuliers de la biographie d’un individu. Dans le contexte actuel, de telles modifications ne seraient pas ingérables dans l’absolu, tu en conviendras avec moi, mais elles compliqueraient sérieusement la gouvernabilité de la cité. Du reste, la rectification de nom, bel et bien prévue par la loi camerounaise, reste soumise à une stricte réglementation, l’autorité se réservant le droit de juger, selon des critères qui lui sont propres, de la légitimité de la démarche.

À propos de naissance gémellaire (diversement accueillies, du reste, selon les cultures), on peut noter, ici et là de par le monde, une tendance assez bien établie d’attribuer aux jumeaux et aux jumelles des prénoms qui se font écho. Seule une étude systématique pourrait ou non valider l’hypothèse, ici, d’un invariant culturel. Je te citerais d’abord le cas des petits Parisiens Adam et Noé, dont les noms rappellent les deux personnages emblématiques de la Bible qui inaugurèrent chacun un règne : le premier à la Création et le second après le Déluge. Cela semble limpide, a posteriori, mais j’avoue que je n’ai identifié cette correspondance que grâce à la complicité d’un contributeur éclairé. Une seule main ne peut lier le fagot ! Il y aurait ensuite ces adorables jumelles nées aux États-Unis. C’est d’abord au niveau des sons en finale de leurs prénoms qu’il faudrait rechercher les résonances : Noëlle, Gabrielle. Dans le cas d’espèce, le décryptage révèlerait, au-delà du strict jeu des assonances et allitérations, que le jeune papa se prénomme lui-même Joël. Et l’on découvrirait, en remontant à la génération précédente, une grand-mère Noëlle (née un mois de décembre) d’un côté, et de l’autre, un grand-père Gabriel…

Ayant remarqué tout cela, nous n’aurions pas encore épuisé ni les correspondances ni les symboles, car il y a là, pour reprendre le poète, « comme de longs échos qui de loin se confondent ».

***

Découvrons :

Tagni et Magni, le père et la mère de jumeaux (avec des variantes dialectales). Les peuples de l’Ouest-Cameroun ont tellement magnifié les naissances gémellaires qu’ils attribuent des titres spécifiques aux parents de jumeaux ; ce traitement particulier s’étend même aux grands-parents qui se voient désormais désignés par une formule approximativement traduisible par Tagni ou Magni senior… Dans la région de Dschang, les jumeaux eux-mêmes et leurs puinés se distinguaient, mais cela se perd, par des noms avec finale en -ack. Notons que la transcription -ck relève vraisemblablement d’habitudes orthographiques anglaises ou allemandes héritées de l’époque coloniale. Cette association des deux consonnes c + k pourrait paraître redondante pour un scripteur francophone non camerounais… Dans quelques cas isolés, cette finale -ck apparaît sous la forme -cq ou encore simplifiée en -c ou en -k (comme dans les noms Guimfack, Tsalefac et Téfak).

[1] Depuis de nombreuses années, on trouve une reproduction du calendrier local dans de menus opuscules actuellement disponibles à Dschang chez les marchands ambulants des gares routières …et dans toute bonne librairie.

[2] Langue bantou du centre-sud du Cameroun.

[3] J’ai failli écrire « petit village »! Peux-tu le concevoir? Peut-on imaginer jusqu’où peut aller s’embusquer une imagerie exotique contre laquelle on veut précisément s’insurger? Difficile, réellement, de se déprendre de la stéréotypie ambiante, de penser en dehors des cadres!

[4] «Pourquoi parler de corvée? » m’objecteront certains esprits chagrins en mal de clichés folkloristes. Que l’on veuille bien me pardonner, mais j’affirme, au risque de scandaliser, que « l’eau qui sort du mur » me convient parfaitement…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ron Pierre dit :

    On se laisse prendre au jeu, et d’ailleurs j’ai maintenant envie d’avoir la suite 😉

    Une suggestion : vous devriez placet, au début et/ou à la fin de chaque texte, placer un lien vers le texte précédent (et vers le suivant) pour permettre et faciliter la navigation d’un épisode à l’autre. Non ?

    En tous cas bravo, continuez 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *