Missive à François Tatou, mon père : un cœur sans frontières (1)

Texte de Léonie Gisèle Tatou Metangmo, professeure de linguistique à l’Université de Ngaoudéré, Cameroun et invitée de Florence Piron.

***

Une malle s’ouvre. Des souvenirs affluent, reconstitués grâce à de précieux témoignages oraux et à des vestiges de l’histoire : photos, correspondances impeccablement conservées par la douce vigilance de l’épouse, diplômes, ouvrages naguère compulsés et annotés de la main de l’époux,  polycopiés aux signatures illustres, agendas nimbés de la patine du temps…

Et voilà ta fille lancée comme malgré elle (mais quelle exaltation !), suivant le fil de ton destin. Me voilà, en effet, dans un récit entrecroisant ta vie et les nôtres, ta vie et la mienne, dans une démarche réflexive, et finalement cathartique. Je te conte nos vies comme on le fait dans une missive adressée à l’Absent. Nouvelles d’une famille aimante. Évocation de notre mère ainsi que de la fratrie, précieuses actrices de la présente co-construction. Évocation des conjoints, des petits-enfants et de leurs enfants qui n’auront l’heur de te connaître que par cette missive. Je vais te rapporter les expériences chaleureuses et structurantes en dépit (?) de la diversité des espaces, les riches apports de la fraternité, de l’amitié, de la vie associative, du travail collaboratif, de l’enseignement, de la recherche, jadis à l’Institut des Sciences humaines, actuellement à l’Université de Ngaoundéré, mon université d’attache, mais aussi dans le cadre de nombreuses et fructueuses coopérations. Les inévitables déchirures.

La malle trop longtemps enfermée dans le petit boukarou de mon jardin s’est ouverte, et j’ai découvert tardivement, émerveillée, les lignes de force qui nous sont communes à toi et à moi : la conscience aigüe des rapports ambigus et possiblement tragiques entre soi et l’Autre, le choc de l’altérité, un intérêt jamais démenti pour les problématiques culturelles, le quotidien des turbulences et défis des dynamiques identitaires. Je comprends que tu vas retrouver, au fil de ma plume, la réalisation d’une vision que tu m’as léguée, l’idéal d’une épistémè singulière, d’un savoir généreusement reçu et partagé.

Nous portions en nous, toi et moi, encore innommée, la quête d’une « justice cognitive » : il aura fallu Florence Piron et une prodigieuse complicité intellectuelle découverte par-delà les océans…

Mais toi, qui étais-tu ? D’où venais-tu ?

Le caractère quelque peu suranné – c’est le moins que l’on puisse en dire – de certaines rubriques de ton état civil (la formulation « race »…) ne l’empêche pas de fournir quelques indications utiles :

Nom de l’enfant : François Tatou

Né :     vers 1928

Lieu :   Foto

De :     Tassé Temgoua, cultivateur

Et de :   Mamboungang

Race :   Bamiléké

Groupement : Foto

Tout un programme ou plutôt les prémices d’un programme dont un document, même parfaitement calligraphié, ne saurait complètement rendre compte. Ce n’est pas vraiment son rôle, me dirais-tu avec un léger sourire…

Le patriarche Fomony dans les années 80. La photo, hélas, ne laisse pas apparaître toute la magnificence des regalia…

Ainsi, ce qui ne transparaît pas dans ce document, c’est que ton père prendra, avec le temps, le titre de Fomony, qui pour moi, fait terriblement sens aujourd’hui. Car il est quelque peu hybride linguistiquement, ce titre que prit notre bien-aimé grand-père, puisque composé de fô, « chef » et de mony, « argent », en yémba, notre langue, et en pidgin-english respectivement, ce qui signifie littéralement « chef de l’argent». Pourtant, la forme native, fônkap, existe aussi !

Le choix d’un tel titre procédait-il, chez lui, de l’intuition éclairée d’une multiculturalité déjà prégnante, probablement dysphorique, mais qu’il fallait tenter de dompter ? Avait-il perçu, déjà, la résilience prodigieuse d’un modèle culturel auquel il était attaché ? Il avait certainement cru en la capacité de ce modèle, non seulement à survivre à divers traumatismes, mais plus encore à reconstruire un nouvel équilibre, une nouvelle harmonie. Au-delà des turbulences conjoncturelles, de la diversité des rencontres, des tensions, des territoires et des mémoires, tu avais mis, toi aussi, ton espérance en la cohérence de l’Humain.

Bien avant nous, tu avais épié, le cœur palpitant, les frémissements imperceptibles de la végétation qui s’éveille, dès avant l’aube, derrière la case maternelle.

Bien avant nous, tu avais surpris le son indéfinissable des lourdes perles de rosée heurtant les feuilles de taro dans la fraîcheur musquée du jour naissant.

Bien avant nous, tu t’étais délecté des paysages verdoyants et interminablement vallonnés des hautes terres de ta région natale.

Ici ou là, pourtant, rompant brusquement la rotondité des collines, voilà qu’apparaissait une pente vertigineuse, abrupte, sur laquelle le génie de l’Homme avait réussi le pari de suspendre comme des pans d’étoffe superbement damassée… Là germent et croissent les fruits de la terre.

C’est au fond une aspiration biographique, doublement réflexive, qui va porter l’écriture de ma missive. Car j’ai choisi de la construire autour d’un parcours prenant sa source à Foto,  localité aujourd’hui en partie campée sur la ville de Dschang : nous sommes au Cameroun, sur les plateaux verdoyants de l’Ouest où tu naquis, vers 1928. Ta trajectoire vous portera ta famille et toi, dans diverses localités du pays. Il y eut Yaoundé, la capitale, puis Paris, lieu hautement symbolique. Je sais désormais qu’au début des années soixante de nos tumultueuses indépendances, tu avais obtenu une bourse du Bureau international du Travail pour y suivre une formation d’administrateur du Travail à l’Institut des Hautes Études d’Outre-mer (IHEOM). Enfin nous arrivâmes aux confins du Sahel, dans la ville de ton dernier poste de travail, rebaptisée ici Garoua la Belle…

Tu serais aujourd’hui un vénérable nonagénaire… Jadis, dans nos régions, les parents enregistraient les naissances quelquefois plusieurs années après l’arrivée de l’enfant, car les centres d’état-civil étaient peu nombreux et il fallait, pour s’y rendre,  parcourir des distances assez importantes (c’est encore le cas dans certaines localités) ; en outre, cette pratique demeurait d’autant plus méconnue que son utilité ne se laissait pas immédiatement percevoir ! La question ne se posait réellement qu’au moment de la scolarisation : il fallait, le cas échéant, estimer la date probable de la naissance du futur élève.

Certains de tes petits-enfants s’étonneraient de « l’absence de prénom » chez leurs aïeuls, de la différence entre ton nom et celui de ton père… Nous aurions à cœur de les mettre, ces jeunes, en garde contre le piège d’une imagerie exotique immuable, contre un certain culturalisme. Petite parenthèse. J’ai trouvé une définition tout à fait séduisante du concept de culturalisme dans un précieux petit glossaire publié dans la livraison du Monde diplomatique de mai 2014 : « raisonnement consistant à faire de la culture d’un groupe humain une donnée intangible et figée, mais aussi un facteur explicatif majeur de l’histoire de ce groupe, aux dépens des variables sociales, économiques, politiques, etc. »

Vous portiez des noms strictement individuels et non des patronymes au sens étymologique de « nom du père ». Ainsi, le nom de votre père ne réapparaît qu’à la génération de ses petits-enfants. Cela ne relevait pas de la fantaisie, mais d’un dispositif strictement codifié dans notre culture. Par contre, il vous était attribué, beaucoup plus fréquemment que dans les générations présentes, des noms significatifs, en relation directe avec les circonstances de votre venue au monde. Il s’agissait de véritables discours formulés en fonction de la lecture que les parents pouvaient faire du contexte particulier de votre naissance, ou plus largement de leur philosophie de la vie. L’extraordinaire mémoire ainsi que le sens du pittoresque de Belle-maman nous réjouiront toujours. Elle m’a relaté comment la conjoncture a priori peu favorable de la naissance d’Aurélie, la sœur aînée de ton filleul Serge Djoumessi, fit jaillir du cœur des parents un fervent chant d’action de grâce : Akotchendem – « avec Dieu,  rien d’impossible». Ce fut le nom de l’enfant.

Nous retrouvâmes à Garoua, dans les années 1970, lorsque tu fus nommé inspecteur régional du Travail dans le nord du pays, cette tradition attachante des noms circonstanciels. Après un ou plusieurs enfants décédés en bas âge, des parents meurtris pouvaient formuler la prière que le nouveau-né, contrairement à ses aînés, puisse enfin – oraison propitiatoire – s’assoir, c’est-à-dire demeurer sur la terre des vivants. En effet, le nom Djooda, attribué en pareille circonstance, vient de la forme impérative du verbe peul signifiant « s’assoir » et exprime ainsi métaphoriquement le souhait ardent des parents.

Cette photo, que m’a envoyée ton petit-neveu Guillaume-Pascal Djoufack, montre le marché de Dschang autour de 1950. Il s’est considérablement transformé, mais les trois cases de l’entrée principale s’inspirent, encore aujourd’hui, et c’est heureux, de l’architecture locale traditionnelle.

L’on trouvait (et l’on trouve encore) des attributions complètes – nom et prénom – lorsque l’usage des prénoms occidentaux apparut et commença à se généraliser. C’est ainsi qu’en l’honneur de Charles Kamdoum, infirmier devenu par expérience ce chirurgien qui sauva tant de vies (y compris la mienne!) à l’Hôpital de Dschang jusqu’au début des années 60, certains parents attribuèrent son nom complet à leur nouveau-né. Le choix du nom s’inscrit ici dans une dynamique destinée à attirer sur le nourrisson les qualités reconnues à l’illustre éponyme. Dans le cas d’espèce, ce choix fut abondamment béni, car nombreux sont ceux de ces enfants qui se distinguèrent par la suite comme médecins, comme pharmaciens !

1968. Notre Guylaine au bras du Dr Charles Kamdoum. A droite de la photo, je me découvre (déjà) observatrice d’un vécu potentiellement interculturel…

Les prénoms que nous attribuons recèlent bien souvent une histoire, ou témoignent d’une époque, celle, notamment des prénoms anglo-américains : les Mike, les Jackson… ou encore Evans, Pharell, Ayden comme certains de tes arrière-petits-fils… Se situant résolument à la marge, certains parents ont complètement ignoré les prénoms européens, préférant initier une tradition du « prénom circonstanciel » en langue africaine. À ce propos, je m’en voudrais de ne pas citer le cas d’un de tes protégés, Pascal Kenfack, celui-là même que tu encourageas, contre vents et marées, à poursuivre son rêve de devenir plasticien dans un contexte où une éthique bamiléké un tantinet austère considérait les vocations artistiques, ou footballistiques, comme de simples chimères… Tu serais fier de lui car les toiles et sculptures de ton protégé sont connues au Cameroun et au-delà. Eh bien ! Son épouse et lui réussirent le tour de force, vivant en plein Paris dans les années 80, de n’attribuer à leurs enfants que des prénoms africains. C’est ainsi que nous avions vu arriver, entre autres, un Nimponi, une Mafô, une Nguïmekem. Cela dit, si l’on considère que le choix des noms, sous toutes les latitudes, témoigne d’une volonté de sceller des amitiés, consacrer des fraternités ou simplement célébrer l’amour, il pourrait bien s’agir là d’une tendance archétypale, en quelque sorte transculturelle, puisqu’elle traverserait les cultures particulières.

En tout état de cause, les anthroponymes, les toponymes et les glossonymes développaient, dans nos sociétés, une anthropo-graphie, une écriture de l’essence même de l’homme avec ses aspirations, ses combats, ses angoisses. Quoi de plus normal qu’ils apparaissent, en fait, comme les tout premiers lieux de l’acculturation primitive ? Mais ils pourraient également présenter les traces visibles d’une interculturalité maîtrisée, équilibrée… Nous considérons, mes collègues et moi, que des recherches systématiques, approfondies, dans ce domaine devraient constituer un pan important du champ immense et riche des sciences culturelles. Les résultats de ces recherches devraient valablement nous renseigner sur leur rhétorique propre ; ces investigations mettraient en lumière les répertoires disponibles, leur cartographie, leur histoire, les schémas passés et actuels de la dévolution et de la circulation des noms, les fréquences relatives desdits schémas… Vue sous cet angle, l’onomastique pourrait bien constituer une des clefs, parmi d’autres, à prendre en compte pour une analyse efficace des dynamiques culturelles en œuvre dans les sociétés contemporaines.

Nos noms ? Des livres ouverts sur nos vies, nos choix identitaires et nos engagements. À ce propos, tu serais surpris de constater la fréquence, de nos jours, des noms « à rallonge ». Cela est particulièrement vrai pour les femmes mariées. Sais-tu qu’une succession de six noms est vite arrivée ? Deux prénoms, deux « noms de jeune fille », et les deux que porte éventuellement l’époux. C’est exactement mon cas ! Léonie Gisèle /Tatou Tsoboze /Metangmo Sobze… En effet, la liste de nos différents noms et prénoms s’avère quelquefois tellement longue que nous  finissons par recourir à une sélection parmi les six ou sept que nous portons en tant qu’individu et en tant qu’épouse, afin de nous constituer une identité sociale et professionnelle raisonnablement gérable. Il s’agit, pour ces dames, de pouvoir assumer tout à la fois l’héritage familial et l’alliance matrimoniale librement consentie. Dont acte ! Mais dans quel ordre ? D’abord le mien? Confusing !

Au demeurant, je ne te surprendrais pas en te révélant que, dans un contexte perçu comme agressif à leur endroit, certaines femmes ont tendance à dissimuler derrière une orpheline initiale la féminité trop marquée d’un prénom, subodorant qu’un « L point » serait plus naturellement assimilable à Lucas, Léon et pourquoi pas Luther… Révélant une tendance comparable, lors d’une table ronde il y a quelques années, une intervenante dont j’ai oublié le nom (non, non, il ne s’agit pas de moi…) reconnaissait avoir longtemps et violemment récusé la forme féminine « écrivaine » du fait – pensait-elle – des connotations négatives du qualificatif « vaine ». Elle préférait, de ce fait, la forme masculine « écrivain ». Mais, commentait-elle non sans humour, en assumant pleinement le label « écrivain », elle ne s’était jamais sentie autrement gênée par les connotations tout aussi négatives de la forme masculine « vain » ! Ce fut un exercice d’autodérision tout à fait décapant, et salutaire.

Fort heureusement, de plus en plus, chez les plus vaillantes d’entre nous, émerge un engagement résolu et sans complexes.  C’est ainsi que tu les voulais, tes filles (les garçons n’arrivèrent que plus tard). Résolues et sans complexes… Comme notre mère nous le raconte aujourd’hui avec bonne humeur, tu ne partageais guère l’impatience de certains de nos collatéraux. Bien au contraire, tu répondais invariablement aux uns et aux autres qu’un enfant était un enfant ! Que ta ribambelle de filles te convenait parfaitement, si telle était la volonté de Dieu ! Que le Directeur du BIT à Genève était une femme ! Il faut bien reconnaitre que pour ton époque, et même pour celle d’aujourd’hui, tu exprimais là une position exceptionnelle. Étais-tu féministe à ta manière ? Si oui, il ne pouvait s’agir que d’un féminisme à ton image : clairvoyant, généreux, limpide. Un féminisme humaniste, car nourri de valeurs de fraternité et élargi à la dimension de l’Homme. Une philosophie qui me rappelle la conclusion émouvante d’un de tes supports de cours découverts dans la fameuse malle : « Pour trouver le chemin du salut, il faut aux hommes des cœurs sans frontières ».

Transcender les frontières… A posteriori, j’ai fini par voir un écho de cette philosophie dans une petite association que je mis sur pied jadis à Garoua, et qui regroupait, autour de l’idée d’un savoir mutualisé, des femmes de tous horizons. Je t’en parlerai une fois prochaine, deo volente.

***

Découvrons :

Un boukarou : une habitation végétale du campement de transhumance peul. Aujourd’hui, il désigne une construction ronde en matériaux définitifs, à toit conique, caractéristique du Nord-Cameroun. Il vient du mot peul bukaru (je cite de mémoire Seignobos et Tourneux). Jusqu’aujourd’hui, notre bon vieux lycée de Garoua, devenu Lycée Classique et Moderne, conserve ses boukarous d’antan, naturellement ventilés, et dans lesquels il faisait si frais ! Elèves, nous les préférions de loin aux salles de classe « modernes ».

Un Nimponi : littéralement, « quelqu’un et quelqu’un ». Il me souvient que nous avions planché tous les trois sur la simplification orthographique de ce prénom. A noter que ce dernier renvoie fortement à leur histoire familiale puisqu’il évoque les liens très forts qui ont existé entre le père de famille et son alter-ego, l’un de ses frères décédé brutalement.

Une Mafô : on trouve quelquefois dans la littérature scientifique les approximations « fille anoblie du chef »  ou encore « reine-mère ». La maladresse de la première formulation vient d’une sorte de discordance rhétorique : une fille de chef a-t-elle besoin d’être anoblie ? Quant à la seconde expression, « reine-mère », elle semble s’inspirer directement de l’ancien système monarchique français. Aucune des deux formules ne me satisfait. Cependant, je ne me risquerais pas à proposer une traduction, même littérale de mafô. La difficulté est réelle du fait de la distance entre les systèmes culturels de référence en présence. Disons tout de même qu’au sens premier, dans la hiérarchie « cheffale », mafô est un titre distinctif spécialement conféré par le chef à l’une de ses filles. Par analogie, il peut également être attribué par un chef de famille à l’une de ses filles.

Une Nguïmekem : littéralement, « épouse de notables ».


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Téguia Bogni dit :

    Cette missive est empreinte de fortes émotions. Je l’ai lue en sirotant un verre de folléré frais au clou de girofle. Je m’en suis délecté ! Voyez-vous, la missive et le verre ont le même goût et la même fragrance.
    Cette « autobiographie scientifique » nous présente un grand esprit dont l’élévation est, entre autres, le fruit des rencontres socioculturelles de l’Ouest au Nord aux côtés d’un père libéral, illuminé, visionnaire et, comme pour résumer, avant-gardiste. Un homme féministe à cette époque-là ! Cela m’amène à penser que si « féministe » n’avait pas été épicène on l’eût masculinisé.
    Papa Fomony, un nom d’éloge relevant d’une situation sociale, était-il véritablement le « chef de l’argent » ? S’il était riche financièrement ou donnait l’impression de l’être, il n’est pas moins vrai qu’il eût été riche intellectuellement. En témoigne le plus bel héritage que vous avez reçu de lui : le savoir.
    S’il m’était donné d’analyser cette belle narration qui m’a donné l’impression d’être, un tant soit peu, un poème en prose, j’aurais opté pour la psychoonomastique. Se pourrait-il que les noms influencent toujours le vécu des personnes qui les portent ? Une chose est sûre au moins, la signification et surtout le contexte d’attribution sont des éléments incontournables pour la compréhension d’un nom. De là, je continue de penser que le nom est une archive parce que vos anecdotes le prouvent suffisamment.
    J’ai pu comprendre la signification du personnage principal, Tatou. Car il existe également chez les Baham. Tatou est composé de « tâ » (père) et « tù’ » (petit ou rabougri). Il s’agit en réalité d’un sobriquet, qui était donné à une personne petite ou rabougrie avant d’être considéré, plus tard, comme un nom à part entière. Cela dit, ce nom devrait s’écrire Tatou’, l’apostrophe étant une lettre : le coup de glotte. Par ailleurs, si je puis me permettre, vous auriez dû ou pu, c’est selon, vous appeler Matou’, c’est le féminin de Tatou’. L’autoritarisme du modèle patronymique en vigueur dans la société actuelle (?) au détriment d’un modèle de dation propre à cette aire culturelle !
    Je pourrais vous surprendre si je vous disais que Fômony et Fônkap sont synonymes, d’un point de vue lexicologique. En effet, nkap, c’est-à-dire l’argent chez les peuples de la région de l’Ouest-Cameroun, vient de l’anglais copper (prénasalisation : n- + apocope de copper, c’est-à-dire cuivre, en référence à la matière d’une monnaie coloniale).
    Je trouve particulièrement intéressant votre façon de concevoir l’altérité dans la société actuelle, au moyen de l’interculturalité et des théories du genre avec comme corollaire une certaine marge d’appropriation dans le processus dit du donner et du recevoir tant prôné par la mondialisation. N’est-il pas temps que nous aussi, peuples africains, proposions des modèles de vie et de pensée au village planétaire ? Je pense très humblement que nos identités culturelles sont, au-delà de leur quasi-méconnaissance, des patrimoines à conserver. Aussi des pistes de patrimonialisation se dessinent-elles, subrepticement.
    Dussé-je vous lire régulièrement !

  2. Gilbert Babena Bilal dit :

    Merci pour ce fragment de missive, un bout d’éternité…

    C’est un texte dans lequel les émotions sont présentes, mais restent tout de même effacées dans un style original qui propose une science. Au fil de ce récit de cœur, on y fait (apprend) la science sans y en avoir l’air. L’écriture est belle ! D’ailleurs, aviez-vous déjà fait autrement dans vos écrits ? En tout cas, il ne m’en souvient pas. On prend plaisir à découvrir les caractères (Labruyère) de votre père, on apprend à le connaître selon que vous l’avez connu. On se lance nolens volens à la découverte de ce grand commis de l’État plutôt inconnu sans s’ennuyer de ne point le connaître, sans perdre le plaisir de lire, lire la vie d’un homme qui vous est (a été) cher mais qui nous est pourtant, nous lecteurs, inconnu… Et pourquoi on ne s’ennuie point ?

    Il y a d’abord le plaisir des mots, ou mieux, la musique des mots. Le style est simple, mais le rythme est doux (cela ne veut peut-être rien dire mais vous me comprendriez certainement, car vous êtes un grand esprit)… Les mots racontent en dansant (Yvan Amar, RFI), ils racontent l’existence de votre père et leur propre existence… Et c’est là le deuxième point.

    La réflexion (inter/multi/trans)culturelle qui est furtivement glissée dans votre texte ne laisse pas indifférent. Elle accroche les grands esprits (je n’en suis pas (encore ?) mais j’imagine bien cette forme de catharsis) et les force à suivre la biographie de votre père, la vôtre en partie, celle de toute une famille (la descendance de Fômony ou Fônkap)… Vous êtes donc, en tant que personne, une descendante de cet homme illustre si j’en crois les indicateurs de noblesse présents sur la photographie de votre « aïeul ». Je peux à présent m’expliquer votre rapport à l’argent, ce détachement que vous avez vis-à-vis de la monnaie, cette facilité que vous avez à donner de votre argent (sans compter)… Il y a quelque part une abondance matérielle, ou plutôt l’inconscience de cette abondance, qui vous a été léguée par Pa’a Fômony… Je dirais même que votre générosité contredit cette connotation que l’on a de l’ethnonyme  » bamiléké  » puisqu’il y a une certaine représentation de ce peuple entrepreneur qui a donné lieu à des discours du genre : « Les Bamiléké ne blaguent pas avec l’argent… » Or, vous vous blaguez avec l’argent, si tant est que cela signifie « donner généreusement sans attendre en retour »… Aujourd’hui je comprends bien le pourquoi de cette attitude ! Pa’a Fômony ( mieux encore, papa Tatou à qui il a transmis ce patrimoine) peut être fier de cette descendante…

    Votre texte, essaie-je de dire, n’est pas simplement biographique, c’est une science de l’Homme à partir de l’existence d’un homme, votre père. Et c’est un point par lequel je voudrais chuter (je fais référence à un texte de M. O., votre étudiant, mon ami thésard). La réflexion culturelle de votre texte est authentique. Les enjeux sont certains. Et un prolongement de cette réflexion ne serait pas sans intérêt. Je ne me sens pas suffisamment outillé pour dire ici les passerelles interculturelles que dresse ce texte. Je vais néanmoins faire mention de l’exemple de cette compilation de noms que nous connaissons aujourd’hui. L’on refuse de faire beaucoup d’enfants comme d’antan, mais on voudrait toujours témoigner au groupe notre attachement, notre reconnaissance. Par conséquent, sur un seul enfant, on essaie de payer sa dette en donnant à celui-ci un peu d’un chacun qui nous a marqué. Deux noms, deux prénoms ! Il s’est reconnu. Et déjà un troisième qu’il porte fièrement.

    Les identités plurielles. Cela rappelle une réalité proche de celle que vous décrivez. Quand elle est en colère contre lui, elle l’appelle N1. Il y a dans cette attitude un patrimoine culturel, le rappel d’une personne, d’une histoire, d’un litige, celui qu’elle a eu avec son frère aîné décédé. Quand elle est joyeuse ou satisfaite de lui, elle l’appelle affectueusement « p », le diminutif de ce premier P1. Il est difficile de traduire les émotions qui l’animent à ce moment… En situation normale, c’est un classique : P2. Tout va bien, il n’y a pas à s’en faire. Jamais « N2 » ne sort de sa bouche, tout au moins, il ne l’en souvient pas l’avoir entendue l’appeler ainsi. Et lui, il aime ce N2 comme il l’aime. Si elle l’appelle « N2 », ce serait un peu comme si elle s’appelait elle-même. Il attends toujours qu’elle l’appelle N3, ce serait l’acceptation définitive de ses identités plurielles.

    Un père ? Il ne sait pas trop ce que c’est. Votre livre le lui apprend, mais il lui apprend surtout qu’il n’est pas différent d’une mère, sinon en moins (c’est peut-être l’expression d’un féminisme ; féministe, vous soupçonnez votre père de l’avoir été très tôt, avant même l’apparition de la notion)…

    Et moi, je vous dis merci pour ce bout d’éternité !

    • metangmo tatou léonie dit :

      Bilal, c’est ce N-là que je voudrais privilégier en ce jour !
      Tu nous offres, Bilal, une lecture belle et sensible de ce texte… Merci! A travers toi, je vous remercie tous, vaillants guerriers de notre Laboratoire (LAngues, DYnamiques et USages), vous qui enrichissez, chacun de manière singulière, mes réflexions. Je suis heureuse que cette missive te parle si fort.
      « La science sans en avoir l’air », dis-tu ? C’est bien de cela qu’il s’agit ! C’est l’option d’une ‘épistémologie du lien’ comme la nomme Florence Piron. C’est une forme possible d’écriture scientifique qui libère du positivisme « scientiste et déshumanisé qui semble la norme d’écriture universitaire »; elle procède d’une profession de choix parfaitement consciente et raisonnée. Mais il ne s’agit en aucun cas d’un carcan dans lequel on s’engagerait définitivement.

  3. Zra Jacques dit :

    Voilà un texte! le meilleur des meilleurs! connaissant l’auteure, ce n’est qu’un avant-gout…

    • metangmo tatou léonie dit :

      Bonjour, monsieur Zra. Je suis vraiment touchée par cet enthousiasme sans réserve qui tranche tant justement, avec ta réserve habituelle. Merci!

  4. Nelly Houtsa dit :

    Merci pour ce beau texte qui nous instruit sur notre histoire et l’interculturalisme. Bon vent Prof!

    • metangmo tatou léonie dit :

      Bonjour Nelly. J’apprécie, entre autres choses, la réaction d’une jeune personne dont l’expérience sur le terrain en matière de contacts multiculturels est impressionnante. Egypte, Gabon, Etats Unis, etc. et Cameroun, lui-même Africa in the pocket ! Il faudra que nous en discutions un de ces jours. Oui, je sais que cela « risque » de se faire via le numérique. Défier la fameuse fracture. Pourquoi pas ?

  5. nongni dit :

    Cette missive est tellement touchante et passionnante.
    Bon vent à l’auteure.

    • Metangmo Tatou dit :

      Merci Mathieu ! J’ignorais que tu étais en relation avec le Réseau SOHA, formidable et foisonnante initiative menée avec panache. La science ouverte ? Tout un programme, riche de ses réalisations et encore plus des perspectives qu’il ouvre en vue du développement durable: démocratiser le savoir ! valoriser les savoirs méconnus ! Rechercher les stratégies les plus pertinentes et les mettre en oeuvre ! À bientôt donc à Ngaoundéré pour de nouvelles collaborations, pour un bel agenda d’actions constructives !
      Et pardon de cette réaction tardive.

  6. Ab William Tatou dit :

    Lorsqu’une linguiste, en parlant français, s’appuie sur le latin et l’anglais, distille l’étymologie des noms en Yemba et en peul, utilise des mots compliqués où il n’y en a pas d’autre…
    Lorsqu’elle relie l’onomastique aux branches sociales ou culturelles de la psychologie et de l’anthropologie sur toile inter-generationnelle d’un vécu réel…
    Lorsqu’elle vous révèle sans le dire que l’interculturalisme le plus intime à l’homme, pourrait être l’interdisciplinarité induite de son ibicuité naturelle,…
    quelque chose se passe !

    • metangmo tatou léonie dit :

      Oui, mon Rev. ! Je reste attachée à l’étymologie des mots (ubique : « partout » !). C’est toujours édifiant. Même s’il advient quelquefois des renversements de situation spectaculaires : notre actuel « rien » qui vient du latin res qui signifie « chose ». Tu me ferais remarquer cependant que ce res latin demeure bien dans certains petits riens… Je me souviens d’un des exemples tirés de l’ancien français que nous citait le professeur Larthomas, le regard pétillant, il y a quelques décennies en cours de Licence : « la rien au monde que plus aim ». Je ne me prive pas de l’inscrire au tableau à mon tour, en guettant dans les yeux de mes étudiants la stupéfaction admirative (pour cette merveille qu’est la langue !) qui avait dû être la mienne jadis. Merci de ton commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *