La complication

J’ai réécouté il y a quelques jours une vieille cassette audio sur laquelle j’avais enregistré un entretien avec une résistante habitant Brest. Cette femme témoignait essentiellement à propos de son mari. Mais en faisant cela, elle se racontait et se dévoilait davantage en répondant à mes questions. Elle me racontait ainsi comment elle avait attendu chaque jour son compagnon à la fin de la guerre. Il avait été déporté en 1943 et elle attendait tous les matins qu’il revienne. Sur la bande audio, il y a parfois des soupirs et des silences. Parfois on entend aussi mes mots maladroits qui accompagnent son récit. Et puis au beau milieu de l’entretien, elle prononce cette phrase énigmatique : « l’amour, ce n’est pas une complication ».

soleil et fraîcheur matinale

soleil et fraîcheur matinale

Elle voulait signifier que l’engagement de son mari dans la Résistance, son soutien à elle (elle avait tendance à minimiser son propre engagement), tout cela n’était pas incompatible avec le sentiment amoureux. Malgré la peur de la perte. Et en dépit de l’attente et de la séparation. Mieux encore, l’acte résistant pouvait renforcer cet amour.

Toutefois, il peut y avoir une part de l’engagement militant qui s’explique au contraire par le dépit amoureux : on retrouve ainsi des témoignages de résistants ou de membres des brigades internationales qui se sont engagés après une histoire amoureuse malheureuse. Mais il y a aussi un engagement qui se fait en couple. C’est une forme de militantisme sur laquelle je voudrais revenir. Mais ailleurs, dans un autre texte. Il y a ainsi par exemple dans mon corpus, le couple Rollo. Tous les deux étaient instituteurs, et Joseph, après avoir milité au SNI et à la SFIO, devient un des leaders du mouvement de résistance Llibération-Nord. Il meurt en déportation, et son corps n’est découvert que bien des années plus tard, après de longues recherches impulsées par sa femme Renée. J’ai raconté cet épisode dans un autre billet intitulé « une si longue attente ».

Un tel engagement en couple obéit à des logiques qui peuvent être différentes de l’engagement individuel. Par exemple, y-a-t-il une répartition des tâches en ce qui concerne des actes militants ? Est-ce que l’homme s’exprime en public davantage que la femme ? Qui écrit ? Qui diffuse les idées ? Ou bien  y-a-t-il une totale harmonie entre les deux militants, ce qui renforce alors la force de l’engagement mais aussi celle de l’attachement amoureux ? Comment décrire les contours d’une telle complicité amoureuse et militante? On pourrait d’ailleurs élargir le champ des questions à l’amitié, qui repose également sur une complicité parfois invisible.

C’est au moment de partir de ce séjour à la Villa que ces questions me passionnent. Je ne suis pas sûr que Walter Benjamin, aux histoires d’amour compliquées, me soit très utile sur ce terrain. Mais revenons à la résistante évoquée au début de ce billet : après plusieurs longs mois d’attente, un matin, elle ne peut se rendre à la gare. C’est ce même jour que son mari revient, elle en est informée, et le rejoint alors le plus rapidement possible en se lançant dans une course folle dans les rues de la ville.

Cette attente-là, c’est sans doute le plus bel acte de résistance.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *