La brutalité de l’inertie

     Il faut se rendre à l’évidence : le programme précédemment énoncé au début du mois de novembre pour ce séjour à la Villa réflexive ne pourra être tenu. Le temps manque, les occupations se télescopent, il faut écrire (beaucoup) ailleurs et poursuivre les discussions, partager les opinions, les inquiétudes et les rires. Mais ce qui compte aussi, c’est d’essayer malgré tout. Parmi les activités des jours derniers, il y a la rédaction de comptes rendus de lectures. C’est un exercice à la fois plaisant et bien difficile. Je crois avoir mieux compris ce que cela pouvait être en lisant les longs textes de Marc Bloch ou de Lucien Febvre dans les premiers numéros des Annales. Mais je ne suis pas sûr d’arriver à bien mener cet exercice. Par le plus grand des hasards, l’un des livres dont je devais rendre compte mentionne le passage de Walter Benjamin sur le tableau de Paul Klee que j’avais cité dans le premier billet de novembre. C’est encore le cas de l’ouvrage que je suis en train de lire afin d’en faire une recension, celui de Peter Wagner, Sauver le Progrès. Il faut croire alors que tout fait sens, même si, en conséquence, les axes de recherche donnés ici pour le mois de novembre risquent de n’être pas suffisamment explorés. On verra bien. En ce qui concerne lé résistant socialiste André Féat, j’ai juste lu, en lien avec son histoire, un très intéressant témoignage d’un résistant protestant, Pierre Fontayne, qui s’interroge sur le rôle de la violence dans son action : peut-on donner la mort et utiliser la violence pour libérer le territoire de l’occupant nazi ? Le texte de cette conférence qui a été prononcé dès l’automne 1944 est particulièrement intéressant ; il a été publié et présenté par l’historien Patrick Cabanel dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français. J’y reviendrai.

Travail de recension en cours

 Travail de recension en cours

   Le 11 novembre 1939, le quotidien socialiste, Le Populaire, publie à la Une un article de la militante Magdeleine Paz sur l’armistice de 1918. Je profite donc de ce jour férié pour lire ce que les socialistes pouvaient écrire à propos de ce sujet à cette période, alors que le pays était à nouveau en guerre. Cela permet d’avancer sur la question à la fois de l’histoire des femmes socialistes et des moyens de résister au fascisme et au nazisme vus du côté de la SFIO dans la période 1938-1940. Mais tout cela n’est encore que bien flou.

   Enfin, il est indéniable que la conduite de la recherche est influencée par les discussions récentes. L’une d’entre elles portait en quelque sort sur les différences entre l’action et la pensée. Deux phrases me sont revenues alors en tête : l’une a été prononcée par Lucien Febvre lors d’une présentation de ce que doit être l’histoire et sa pratique : il disait ainsi « Entre l’action et la pensée, il n’y a pas de cloison ». L’autre phrase a été dite par Jean Jaurès lors des funérailles de Francis de Pressensé en 1914 : « Qu’est-ce que l’action sans la pensée ? C’est la brutalité de l’inertie.» Il faut essayer de s’y tenir, même si le temps manque. Ne pas se résigner, continuer et avancer. Sans succomber à la brutalité de l’inertie. Histoire de pouvoir se dire à la fin « It seemed The Better Way » comme le chantait Leonard Cohen dans une de ses dernières chansons.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *