Où personne ne me connaît ma vie va s’achever

J’en sais maintenant un peu plus sur lui :

André Féat, esquisse d’une notice biographique:

Né le 20 octobre 1916 à Morlaix (Finistère). Dans les années trente, il adhère à la SFIO,  au sein du  groupe des jeunesses socialistes de Morlaix. Il devient en 1939 trésorier fédéral des JS du Finistère. Il fait au même moment des études afin de devenir pasteur protestant. Durant la guerre, il participe à la Résistance au sein du mouvement Libération-Nord ; il est plus particulièrement chargé de la diffusion de journaux clandestins dans la région de Morlaix. Il est arrêté le 26 décembre 1943 lors d’une rafle, après un attentat contre les Allemands dans la commune. Les 60 otages de Morlaix sont tout d’abord amenés à Compiègne, puis déportés en Allemagne. André Féat meurt à Dachau le 3 avril 1944 après avoir séjourné dans le camp de concentration de Flossenbürg.

Voilà, mais c’est un peu aride comme notice vous ne trouvez pas ?

Surtout, on n’apprend pas grand-chose en réalité. Ce qui est intéressant semble pour le moment demeurer dans l’obscurité du passé. Il faut donc continuer à chercher, parce que c’est maintenant que la recherche d’informations devient plus compliquée, mais plus nécessaire aussi. Pour aider à cela, on dispose toujours de Walter Benjamin qui peut servir de guide. Dans ses dernières lettres, on apprend qu’il a cherché à passer en Espagne pour fuir le nazisme. Il a disposé de l’aide d’une résistance socialiste et antinazie, Lisa Fittko, qui a organisé une filière de passage clandestin entre la France et l’Espagne dans les années 1940-1941. Elle est aidée par le maire socialiste de la commune de Banuyls-sur-mer. Il s’agit de Vincent Azéma, qui est révoqué par Vichy en novembre 1940. Je ne connais rien sur ce socialiste, peut-être que je devrais l’ajouter sur la liste des parcours que je souhaite étudier non ?

Il n'y a pas de hasard

          Il n’y a pas de hasard

J’ai découvert son nom au hasard d’un recueil des dernières lettres de W.Benjamin, trouvé chez un bouquiniste il y a quelques heures. Je ne suis pas sûr que ce soit un hasard. L’intellectuel allemand réfugié en France n’arrive finalement pas à franchir les Pyrénées et découragé, il met fin à ses jours le 26 septembre 1940. Dans une dernière lettre, rédigée un jour avant, il s’explique :

« dans une situation sans issue, je n’ai d’autre choix que d’en finir. C’est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît ma vie va s’achever ».

Il rédige directement en français, ce qui explique la construction particulière de ses phrases. Est-ce que quelques années plus tard, André Féat a regretté lui aussi de mourir loin des siens et de sa ville natale?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *