Un élément qui ne dépend pas de soi

Dans un beau texte intitulé « Tisser l’amitié », l’historien et résistant Jean-Pierre Vernant écrit : « Certes, il y a toujours dans le choix un élément qui ne dépend pas de soi, mais des hasards de la vie ou de pressions de toutes sortes[1] ». Donc, il doit y avoir une part de hasard dans les choix de parcours ou de thèmes que j’ai choisi d’aborder ici. Mais peut-être pas tant que ça en fait.

 Soyons plus précis que dans le billet d’hier : tout d’abord, je vais étudier le parcours de deux hommes, dont je ne connais pour le moment pas grand-chose : le premier est André Féat, décédé à 29 ans à la fin de la guerre en déportation après avoir participé à la Résistance. Il était avant guerre membre des jeunesses socialistes à Morlaix, tout en se destinant à être pasteur. Il était en effet protestant, et c’est sans doute pour cela que j’ai choisi d’explorer son parcours. Je ne connais pas grand-chose à son propos, même si je l’ai déjà évoqué une fois ou deux dans mon carnet de recherche. Le second est Nicolas Kervahut, directeur d’école et responsable du mouvement de résistance Libération-Nord dans le sud du Finistère. De lui, je ne sais même pas s’il était membre du parti socialiste, ce n’est pas sûr, c’est une des interrogations qu’il faudra aborder. Mais dans son cas, je dispose de quelques informations.

Pour ce qui est de trouver la piste de socialistes bretons qui ont participé à la guerre d’Espagne, je n’ai pour le moment aucun point de départ. Cela ne doit pas empêcher de chercher. Mais en ce qui concerne le groupe d’antifascistes italiens qui s’est établi à Brest au milieu des années trente, puis s’est engagé en Espagne, j’ai un peu plus de pistes.

Enfin, concernant les militantes socialistes qui participent à la résistance bretonne, là aussi c’est pour le moment le flou complet. Fin de la présentation. Je commence à me dire que je n’ai peut-être pas fait les bons choix… À cette quête pour reconstituer des fragments de vie s’ajoutent deux interrogations : la première, comment les socialistes ont-ils résisté ? En réalité, je vais commencer par étudier les mois des années 1940 et 1941 où l’on peine à trouver des actions de résistance du côté des anciens membres de la SFIO en Bretagne. Il y a le choc moral, la sidération, le désengagement, peut-être aussi l’attrait pour le nouveau régime en place. Sans doute qu’à la sidération il faut ajouter, pour certains, une forme de découragement voire de dépression. Il y a donc beaucoup de silence du côté de ces militants dans les premiers mois de l’occupation. Mais il n’y a pas que cela, il ne doit pas y avoir que cela. Du moins, c’est une conviction au début de ce mois de novembre, on verra ce qu’il en est à la fin. Mais après tout, il faut aussi étudier le silence, puisque W.Benjamin affirme que rien n’est perdu pour l’histoire, alors il doit en être de même pour le silence des socialistes en 1940. C’est aussi pour cela que parallèlement, dans une seconde interrogation, je vais également m’intéresser à comment ces militants ont cherché à résister dès avant 1940 au fascisme et au nazisme. Ce ne sera sans doute pas tout. Peut-être qu’il faut plus largement aborder la question du choix : pourquoi et comment choisit-on ? Est-ce que seulement on choisit ?

 Bref, il y a des pistes et des idées à explorer. Et tenter de résoudre les énigmes. D’ailleurs, à ce propos, Walter Benjamin, lui aussi aimait les énigmes :

extrait de " Walter Benjamin.Archives" Klincksieck, 2011.

extrait de  » Walter Benjamin.Archives » Klincksieck, 2011.

« Énigmes avec figures :

Comment peut-on diviser ces deux figures en quatre parties chacune, de sorte que chaque partie ait au moins une ligne commune avec les trois autres ? »

[1] Jean-Pierre Vernant, « Tisser l’amitié », Entre Mythe et Politique, Paris, Seuil, 1996.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *