Résister au temps qui passe

Les squelettes accrochés aux portes, les fantômes qui pendent aux fenêtres et les enfants déguisés dans les rues annoncent, déjà, la fin de mon séjour à la Villa. Moi qui pensais avoir le temps d’expérimenter, d’explorer de nouveaux territoires, de pratiquer de nouveaux rituels, j’ai été pris de court, débordé par le temps qui passe. Comme incapable de résister à son flot, à la puissance de son courant, je me suis laissé emporter.

"Le Temps coupant les ailes de l'Amour" - Pierre Mignard (1694)

« Le Temps coupant les ailes de l’Amour » – Pierre Mignard (1694)

Heureusement, l’écriture de quelques billets m’avait déjà permis de sortir de mes habitudes scripturales, en abordant d’autres thèmes, d’autres questionnements, en revisitant des œuvres que mes recherches actuelles me font moins souvent croiser, et surtout en m’adressant à un nouveau public. Bref, la résistance n’était pas, tant, restée un concept désincarné ou un simple sujet d’étude. Elle avait bien posé sa marque sur moi pendant ces quelques semaines passées à la côtoyer, à l’interroger, à m’y confronter. La normativité a fait son œuvre, ouvrant définitivement les portes d’un après en rupture avec l’avant, tant mes interrogations à venir, mes regards, mes cours et mes lectures seront emprunts de ces réflexions, engagées ou poursuivies ici, autour de cette notion, vitale, essentielle, de résistance.

Même si ce n’est qu’en surface, à la marge, de manière superficielle ou passagère ou encore simplement aux entournures, la Villa laisse sa trace. Sans être nécessairement le lieu où s’opère la transformation, où se réalise l’éclosion, elle atteint toujours son objectif de semer des graines de réflexivité, de soulever ces nécessaires doutes qui engagent, parfois, bien longtemps après, de véritables révolutions. La Villa est une pouponnière à réflexivité, une serre où germent des pousses de résistance. Reste que la résistance qui s’opère chez les uns doit pouvoir inspirer, gagner, toucher les autres. Car le mouvement de normativité individuelle ne vaut que s’il est l’expression particulière d’une réalité plus générale, d’une dynamique commune et partagée. Résister, c’est résister pour les autres, en vue des autres, avec les autres et au profit de tous. La résistance n’a de sens que si elle participe à perpétuer le commun, à réinventer des normes qui permettent à tous de mieux vivre ensemble. C’est ici que la Villa trouve véritablement son sens : si elle est le lieu où percent les boutons de la réflexivité, elle est aussi le lieu où ils doivent pouvoir éclore, se déployer, et se répandre. De ce point de vue, elle doit, elle aussi, entrer en résistance, pour contrer cette érosion naturelle qui pousse, avec le temps, les choses vers l’habitude, l’effacement et l’oubli.

Si, à sa naissance, et pendant ses premières années, elle était un lieu de convergence, d’échanges, d’émulation, le cœur d’un réseau vivant et actif d’interactions, il semble que la Villa s’étiole, suscite moins d’intérêt, moins d’exaltation. J’ai en effet pu constater, au cours de ce séjour, mais aussi en l’observant au cours des mois qui précédèrent, que la dynamique originelle s’était quelque peu essoufflée. Les échanges sont moins importants, les billets moins commentés, les regards moins partagés, l’enthousiasme moins présent. Le temps a fait son œuvre, découpant, progressivement, les ailes de la passion. Les anciens lieux de vie et d’émulation perdent avec les années et l’habitude leur éclat autant que leur entrain. C’est la loi de la normativité que de pousser le sujet humain vers de nouvelles créations. Reste que résister à la stagnation des normes n’implique pas de constante fuite en avant. Bien au contraire, l’invention de nouvelles normes ne se fait jamais ex nihilo, elle est toujours repositionnement, réorganisation, transformation, réassignement. La normativité ne peut s’exercer que dans le cadre des normes existantes, en fonction d’elles. Résister ce n’est pas fuir, c’est se positionner, c’est choisir et s’engager.

En intégrant la Villa pour ces 31 jours qui touchent à leur fin, je voulais faire autrement. J’ai donc bousculé mon horaire, mes engagements, mes habitudes et mes normes établies, pour prendre le temps de créer du nouveau, de l’ophotogen_naf303riginal, en vue de susciter, peut-être, de l’intérêt, de la réflexion, qui sait, même de la normativité. Je ne peux donc pas quitter ses lieux sans souhaiter que la Villa se réinvente, qu’elle incarne elle-même le thème qu’elle a choisi cette année d’aborder, en résistant à l’habitude et au temps qui passe. Car il est essentiel, pour résister à la normalisation galopante des discours et des esprits, qu’existent des lieux tels que celui-ci, expérimentant des énoncés et des modes d’énonciation nouveaux, laissant place à des regards en biais, décalés ou de travers, s’ouvrant aux marges et à la marginalité, et permettant ainsi l’expression de la normativité. Il ne faudrait pas que la Villa devienne normale, habituelle, fixe, sans quoi elle rejoindra inexorablement ces morts que l’on va fêter, selon le côté de l’Atlantique, avec des bonbons ou avec des chrysanthèmes. Je quitte donc la Villa en lui souhaitant le meilleur et, pour cela, en lui promettant de ne jamais y revenir, à moins d’être devenu radicalement autre. C’est en effet le seul moyen d’assurer, à ma mesure, le maintien de sa vitalité et de sa pertinence. Parfois, résister c’est aussi savoir dire adieu.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *