Essayer, à nouveau.

brouillon28022003Dans sa leçon inaugurale au Collège de France, Michel Foucault a parfaitement décrit la difficulté, la délicatesse qu’il y a à prendre la parole. Le commencement, bien qu’apparent, apporte toujours une gêne, une incertitude quasi existentielle qui fait frissonner notre être même, incertain de la place qu’il doit prendre et du ton qu’il doit adopter. Heureusement, pour ma part, ceci est une seconde première. C’est en effet un retour que j’effectue cette année à la villa, après avoir partagé un très agréable mois d’hiver, l’année dernière, avec @Mariedebriere. Pourtant, si on imagine souvent les secondes fois comme étant plus fades, moins excitantes, on oublie qu’elles sont également plus périlleuses, plus redoutables, tant on ne peut plus y être protégé du doux voile de l’ignorance. On sait et l’on doit faire en fonction.

C’est à cette difficulté que je me confronte aujourd’hui au moment d’écrire ma première contribution à la Villa, ou plutôt la seconde. Car le texte d’une première intervention gît déjà là où reposent les textes qui ne seront jamais publiés, au cimetière des brouillons, des premiers jets et des tentatives avortées. Il commençait bien pourtant. J’y parlais de l’automne, de la villa, du temps qui passe sur elle, sur nous, du matériel de correspondances abandonnées par les dernières locataires, des lucioles qui s’y agitaient encore. J’avais même emmené mon chat ! Mais il y avait quelque chose d’inconfortable, de faux, de vraiment trop cheesy dans ce semblant de narration romantique ou poétique, je ne sais trop. Bien qu’écrit de ma main, je n’y trouvais pas ma place dans ce commencement. Je n’y étais pas vraiment à l’aise, ou peut-être trop. Une chose est sûre, quelque chose résistait. Un sentiment d’insatisfaction qui m’empêchait de le publier, sans pour autant que je puisse clairement identifier le problème. C’est qu’au fond, le problème n’était pas dans le texte, dans son style ampoulé ou faussement nostalgique, mais dans mon ambition ou plutôt mon défi.

Je n’écris pas de textes qui ne soient pas académiques, qui ne se veulent pas savants, porteurs d’une connaissance validée, agréée, voire même canonisée. J’écris pour le travail. Pour le plaisir certes, toujours, mais pour le travail. L’idée même du blog avec tout ce qu’il implique de confessions, de subjectif, de vain me déplaît, ou du moins ne me correspond pas. Quelle idée alors, allez-vous me dire, de postuler à la Villa ? Et bien je vous avoue que je me le demande encore. L’année passée, j’avais bien tenté de dépasser, de quitter le seul contenu académique pour proposer des billets différents, pour expérimenter une écriture autre, pour répondre au défi de la réflexivité. C’était mon intention en acceptant de participer au projet de la villa. Essayer de pratiquer des formes d’écriture nouvelles pour moi, ou que je n’avais plus pratiquées depuis mon entrée dans la vie universitaire. Je sortais de la lecture de l’excellent L’histoire est une littérature contemporaine de Jablonka, et je me disais que oui, il fallait s’offrir la liberté d’une écriture singulière, déplacée par rapport aux normes académiques, qu’il ne fallait pas se laisser enfermer par des critères aussi stricts qu’ils pouvaient être injustifiées d’un point de vue scientifique. Résister, tel était  mon défi, mon objectif à mon entrée dans la villa en février 2015. Mais, comme on dit, le naturel nous rattrape au galop. M’appuyant sur l’aisance et le naturel de ma colocataire, ou plus exactement me cachant derrière son apparente décontraction, je n’avais produit que des textes assez éloignés de l’idée que je pouvais me faire d’une écriture alternative. L’adoption de nouvelles normes est rarement instantanée, tant elle implique, comme le montra si bien en son temps le philosophe Georges Canguilhem, un réajustement complet de notre identité, un véritable travail sur soi.

D’ailleurs, c’est  à lui que j’ai pensé, immédiatement, lorsque j’ai vu le sondage pour choisir la thématique de cette année à la villa. En voyant la proposition « Résistances », j’ai pensé à Canguilhem et j’ai voté pour elle, me disant que si elle était choisie, je proposerais un texte sur la pensée de la norme chez le Cang et ses élèves et sur la manière dont la résistance devient le pilier de leur description des existences. Elle a été choisie et me voilà en charge du mois d’octobre. Peut-être était-ce aussi une volonté d’essayer à nouveau, d’embrasser cette fois à pleine main, à pleine plume, la résistance. D’en faire un objectif concret en la saisissant comme sujet. Une chose est sûre, je suis au pied du mur. En vous proposant ce texte, le deuxième donc, je commence déjà lentement, subrepticement à résister. Résister à la facilité, résister à simplement répondre aux potentielles attentes des potentiels lecteurs, résister aussi à cette identité unique, monolithique, monostylistique que le monde académique nous engage trop vite et trop tôt à adopter. Alors oui, je vous parlerai de Canguilhem, de la norme et peut-être de ses élèves Foucault ou Dagognet. Oui, je tenterai probablement en philosophe, en historien, d’interroger ce concept central qu’est celui de résister. Mais peut-être aussi, que la résistance sera ailleurs, autre, invisible, impalpable, mais présente, dans un choix de textes, dans une posture, dans le style d’une phrase ou la sélection d’une thématique. Je tenterai en tout cas d’avoir la résistance au cœur et de me situer au cœur de la résistance. Quitte à devoir essayer à nouveau.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *