Je suis de celles qui sont « trop »…

Chère Sophie,

 

« Nous faisons la thèse qui nous ressemble. »

Cette parole proférée par une inconnue assise à côté de moi lors d’un séminaire m’a marquée au plus profond de mon être. Ces mots volés à l’ère du temps captés par mes sens ont eu un étonnant écho en moi… la thèse est en effet l’oeuvre la plus personnelle qu’une chercheuse aura à faire .(j’ai choisi dans ce billet le féminin universel…oui, je suis linguiste, donc je fais ce que je veux). La thèse en tant que consécration des premières années de recherche se déploie dans ses détails les plus infimes comme des petites révélations sur le vécu, les traits de caractère et même les pensées intimes de la chercheuse…12743896_730950853708391_8772455303245900124_n

On est ce qu’on écrit..

On est ce qu’on dit…

Et en rédigeant une thèse, on s’oublie et quelque part, on se trahie..

Le jeu est pourtant assez simple, demande-toi pourquoi tu as choisi tel thème et pas un autre? Pourquoi t’es-tu intéressée à ce terrain d’étude, à cette population, à cette époque, etc.? La réponse ne sera pas évidente, la réponse fera des siennes et te jouera des tours avant que tu puisses la trouver…

Pour ma part j’ai cédé au jeu, j’ai d’abord observé les (sujets de) thèses des gens qui m’entourent.. entre les thèses sur les minorités, les militaires ou les alcooliques .. il y a toujours une part d’ombre de la chercheuse qui se révèle au jour. Impressionnée par les petites corrélations trouvées entre les sujets de thèses et leurs auteures, j’ai donc décidé de passer à l’étape suivante: et moi alors ? Pourquoi ai-je choisi de faire une thèse sur « Les émotions dans le discours » , pourquoi diable ai-je choisi une problématique aussi vague .. qu’est-ce que le sujet de ma thèse pourrait bien dévoiler de mon parcours, de ma vie et de mon vécu ?

La réponse n’était pas difficile mais je ne la voyais pas, où est-ce une forme de déni que mon subconscient m’a imposé afin de ne pas me voir… parce que, oui, encore faut-il se l’avouer, les chercheuses ont le don d’observer le monde dans ses formes les plus subtiles, les chercheuses ont pour vocation d’observer, d’analyser de décortiquer différentes énigmes de l’univers : d’une chaine d’acides aminés formant un ADN aux compositions chimiques de l’air d’une autre planète.. mais les chercheuses si elles sont douées pour ces observations – parce que tout de même , c’est leur travail-, elles ont du mal à se voir en face, ces chercheuses, elles ont du mal à scruter leur vie avec une loupe, elles sont sans voix quand il s’agit d’analyser leur propre caractère, leur essence et leur être.. ce n’est pas par manque de volonté, c’est parce que l’exercice n’est pas donné et qu’il leur est difficile de s’en sortir sans y laisser des plumes !

J’ai quand même tenté le coup quitte à n’avoir que des miettes de réponses..

Finalement, si je m’intéresse aux émotions c’est qu’elles ont toujours animé une grande partie de mon être, comme tout le monde … mais un peu plus que tout le monde! Je me suis rendue compte que les émotions ont toujours teinté tous mes faits et gestes, tous mes choix, tous mes mots…Etre taxée d’émotive à tous les coups et voir juger ses expressions émotionnelles avec mépris parce qu’on en fait« trop » et trop ce n’est pas bon … !

Je me suis donc découverte à travers ce petit exercice réflexif: j’étais et je suis de celles qui sont « trop» : trop contente, trop anxieuse, trop nerveuse, trop chiante .. toujours trop. « Trop émotive! » et les gens n’aiment pas les émotives qui débordent, ça les bousculent, ça les éclaboussent, ça leur ferait vivre des émotions, des émotions qui les rappelleraient peut-être….qu’ils sont humains?

La réflexivité m’a conduite à la résistance, je résisterai à rester « trop » et « débordante » dans un monde qui veut nous nous étouffer et nous emprisonner dans des modèles préalablement façonnés, je résisterai à dépasser encore et toujours les frontières qui m’ont injustement été imposées, je résisterai enfin à garder la réflexivité comme une lanterne qui m’éclairera les sentiers du passé et ceux de l’avenir …

Finalement Sophie, résister reviendrait peut-être tout simplement à s’accepter ?

Au plaisir de nous rencontrer à la villa encore une fois ..

Amitiés,

Yosra


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *