Dis Sophie, et si on se mettait à résister ?

 

Chère Sophie, m’excuseras-tu pour ce retard?

Je viens de débarquer à l’instant à la Villa, tout essoufflée et déshydratée… J’espère que je ne te ferai pas peur avec mes cheveux tout défaits, mes yeux cernés et mes bagages renversés…

Comme nous allons habiter cette villa par intermittence, à cause de nos emplois de temps bien compliqués, j’ai décidé de te laisser un petit mot de temps à autre, ainsi nous allons converser dans le même lieu mais à des plages horaires un peu décalées ..

J’ai récupéré les clés de nos charmantes gardiennes de villa : dames MAP & Infusoir…

Je viens d’arriver à la Villa, et mon dieu ! Cet endroit est beau comme tout!! Je pense que tu vas l’adorer… il y a quelques feuilles mortes éparpillées ici et là sur la terrasse dehors, mais tu me diras que c’est bien normal, c’est l’automne… J’ai donc pris la liberté de m’occuper un peu de ce coin pour que tu le trouves beau .., j’ai fait bouger quelques chaises, réaménager certains meubles… j’ai même trouvé de jolis souvenirs laissés par les anciennes colocs, de jolis portraits, des notes de musiques, quelques bouts de papiers écrits par ci par là..

Quelle drôle d’impression, celle de ressentir une étrange familiarité vis-à-vis d’ un endroit jamais fréquenté …du moins de l’intérieur!

J’ai pensé que, comme on va causer Résistances ces quelques jours et que toutes les deux nous résistons déjà chacune de son côté quotidiennement,.. j’ai pensé que cela nous serait profitable de partager nos moments de Résistances ici et de pianoter sur nos claviers d’ordinateur, ce son effréné qui rythme notre quotidien de doctorante.

Parce que, naturellement, une doctorante rime le plus souvent avec une battante, une résistante… une mutante entre le statut d’étudiante et d’enseignante..avec le vertige d’un funambule qui se tue à garder l’équilibre sur un fil de soie. Un doctorat c’est plus qu’un simple diplôme, c’est un choix de vie, mais c’est surtout une tranche de vie que l’on cède et sacrifie… alors, vois-tu Sophie, la résistance, pour les gens comme nous, ce n’est plus une option mais une seconde nature que l’on se doit de développer pour tout simplement continuer à exister..

 

Je te laisse ce mot ici pour sortir à la véranda boire du thé à cette colocation récente et notre amitié naissante 🙂

Affectueusement

Yosra

Crédit photo:Fliick 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *