Résister à l’ère du temps

Résister.

J’avais trouvé le thème fantastique. Plus de six mois après, j’essaye de me souvenir ce qu’il m’avait évoqué. J’avais pensé à un billet de blog qui était, dans mon esprit, déjà écrit: «Résister à l’ère du temps». J’avais même (très) brièvement pensé faire un (fort pauvre) jeu de mots: ère / aire / air.

Plus de six mois après, c’est l’angoisse de la page blanche. De la page HTML blanche. En tout cas, de la balise <body> blanche (oui, on est geek, on ne se refait pas).

Résister à l’ère du temps, fantastique thème pour un historien. Entretemps, de nombreux collègues m’ont dit que j’étais de plus en plus sociologue (en plus d’être un geek). Ce n’est pas grave, l’ère du temps, c’est un beau sujet pour un sociologue (ce que je ne prétends pas être) – et même pour un geek.

J’avais pensé, il y a plus de six mois, parler des relations entre présent et passé, comment le présent construit l’histoire par le biais de l’historien.ne. Et par le biais de tous les citoyens, d’ailleurs. J’imaginais démarrer en racontant mes recherches, ces bientôt trois millions de tweets qui s’accumulent, qui parlent du passé, qui, ensemble, forment un fragment, un écho, une trace… de mémoire collective sur un conflit marqué par la mort de masse. Une belle manière de montrer comment nous reconstruisons le passé collectivement en fonction des enjeux présents et, dans le cas que j’étudie et dans de nombreux autres cas, en fonction («en médiation» devrais-je dire) des technologies du présent.

Mais les enjeux présents sont mouvants. Le présent est différent presque chaque jour et, à certaines périodes, chaque matin nous en découvrons un autre. Pour le comprendre, bizarrement, revenir au passé est toujours éclairant. Non que nous puissions tirer des leçons du passé et nous transformer en «juge» de l’histoire – abandonnons ces formules toutes faites qui ne veulent rien dire. Mais pour en tirer une réflexion, stimuler notre analyse, regarder les phénomènes de long terme.

Il y a plus de six mois, dans la manière dont j’imaginais ce billet, je faisais une démonstration brillante intellectuellement (soyons honnête, le contenu de ma fulgurance intellectuelle n’était toutefois pas encore très clair). Dans son écriture aujourd’hui, je ressens juste une forte inquiétude qui monte depuis plusieurs mois dès que j’analyse non pas le passé, mais sa projection dans le présent numérique. D’une certaine manière, les traces du passé et de la mémoire collective, ici, expriment le présent.

Et si le présent, dans cette base de données emplie de gazouillis sur la Première Guerre mondiale, s’observe parfois de manière très belle, force est de constater qu’il y devient de plus en plus laid.

Depuis trois ans, la manipulation politique du passé s’exprime, dans la vie réelle et sur les réseaux sociaux numériques, presque à chaque grande commémoration du Centenaire, dans des marges qui se veulent de plus en plus centrales. Depuis trois ans et le 11 novembre 2013, des groupes, très bien organisés, tentent d’imposer leur mémoire, issue d’une vision intolérante de la Nation et, pas à pas, la légitiment. Contre un pouvoir élu, contre un artiste, contre une commémoration.

On peut détester une politique, un style de musique, une cérémonie: ce n’est pas ça qui est laid. On peut dire que l’on déteste une politique, une musique ou une cérémonie: ce n’est pas ça qui est laid.

Ce qui est laid, c’est l’instrumentalisation du passé. Je ne parle pas de la plupart des gens qui ont pris position sur ces polémiques, mais de ceux qui, soigneusement, les démarrent et les entretiennent pour faire de la mémoire des soldats, tombés, disparus, survivants, une arme pour définir un agenda politique légitimant l’intolérance la plus abjecte.

Dans le billet que j’avais imaginé il y a plus de six mois, non seulement ma démonstration était intellectuellement brillante (évidemment), mais elle était positive.

Malheureusement, parfois, le présent nous rattrape1 et il est difficile d’y résister2.

  1. Allez savoir pourquoi, ce billet a été écrit en écoutant ceci. Cher billet que je voulais écrire, j’aumerais que tu sois là. []
  2. Je pofite de ce premier billet pour remercier Mélodie Faury de m’avoir confié les clés de la Villa []

Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Après cinq ans comme chercheur (Histoire de l'intégration européenne et Humanités numériques) au Centre virtuel de la connaissance sur l'Europe (Luxembourg), deux ans comme ingénieur de recherche pour le LabEx "Ecrire une Histoire Nouvelle de l'Europe", il est enseignant-chercheur à l'Université de Lausanne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *