Petites résistances animées

Tout autour, le défilement de la vie en continu.
Ici, stop ! C’est de l’image par image, têtue.
Pas à pas. Le mouvement en tête,
Réapprendre à marcher.
Mimer,
imiter le flux.
Le temps n’est plus
le même : étant, n’est-ce pas, recréé,
naissent pas, danses nouvelles, ritournelles.

Dilaté, malaxé, éprouvé,
le temps devient notre matière.
Et l’on se fond, une journée entière
à la fabrication d’une seule seconde
d’animation : claquement de doigt, onde,
respiration…

« clic clac, c’est dans la sac »
vite dit, que nenni,
lot de mensonges à l’intérieur :
on songe aux interstices,
on ment dans l’intervalle
et les images fixes
bougent quand elles dévalent.

Ne pas compter, décomposer.
Dès qu’on pose un objet,
un petit bidon, un truc un tantinet
inerte, il devient acteur
présent, vivant,
étonnement… Stupeur !
déjà onze heures…

Laisser jouer, sous les spots,
un trait, du sable, des pierres,
de la peinture sur verre…
Et si une star vient et pose
sur la table lumineuse (hot),
Malheureuse ! ici l’on ose,
découper les étoiles et les choses.

Belle ombre chinoise, étincelle conçue
à contre-courant de tout rendement.
Absurde elle passera devant les yeux,
ni vu ni connu, de si peu.

Mais peu importe, l’énergie a été
patiemment transportée, transmise,
de soi au trait, à la pierre, à Louise,
à toute matière grisée
pour vivre, dilaté, étendu,
l’illusion d’un temps suspendu.

C.
———————————————————————
Traits
Swinging the Lambeth Walk, Len Lye, 1939

Pierres
A game with Stones, Jan Svankmajer, 1965

Ritournelles
78 tours, Georges Schwizgebel, 1985

Temps dilaté
Tantôt, le bus, la ville, de Eric Bézy, 2010

Louise
Louise en hiver, Jean-François Laguioni, 2016


2 réponses

  1. Magnifique, merci à tous les deux

    • Clémentine Robach et Nicolas Liguori dit :

      Merci beaucoup à toi de nous avoir offert cette occasion de réflexion et d’expression, ici, parmi vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *