Une invitation : Habiter ensemble nos espaces communs – Résistances

Je vous invite tous, collectivement, à venir habiter la Villa réflexive en 2016.

A venir y échanger, y déposer des liens, des idées, des réactions, des textes. A venir y résister, puisque c’est notre sujet choisi avec vous pour 2016.

La convivialité des espaces numériques collectifs habités - Crédit photographique : Hands On par Laura D'Alessandro, licence CC-by

La convivialité des espaces numériques collectifs habités

Paveau Marie-Anne (23 décembre 2016) “Quel thème pour la #VillaRéflexive en 2016 ?Espaces réflexifs [Carnet de recherche]. Consulté le 4 janvier 2016 http://reflexivites.hypotheses.org/7831

Paveau Marie-Anne (31 décembre 2016 ) “Appel à contributions : en 2016 le carnet “Espaces réflexifs” parlera des résistancesEspaces réflexifs [Carnet de recherche]. Consulté le 4 janvier 2016 http://reflexivites.hypotheses.org/7861

Résistances

443155133_6029c7a210_oLa mise au pluriel a le même objectif : il y a de grandes et de petites résistances, des résistances historiques et privées, des résistances qui exhibent leur nom et d’autres qui n’en montrent rien. Et la notion de résistance est sémantiquement très riche : la résistance peut être vue comme un état, qu’elle soit une sorte de vertu, comme celle d’un câble ou d’un individu devant l’adversité, ou une forme de défaut proche de l’obstruction comme en psychanalyse par exemple ; mais elle est également une dynamique, une action, spontanée ou organisée, comme celle d’un groupe ou d’un mouvement devant un système oppressif, une invasion, une restriction de liberté.

Ce lieu existe par ses habitant.e.s. Auteur.e.s de billets ou de commentaires.

Et je vous remercie tous chaleureusement, vous les locataires généreux de la Villa depuis 2012, de faire si merveilleusement vivre ces Espaces réflexifs. Depuis 2012, 54 auteur.e.s différents ont déjà déposé leurs mots dans des billets aux couleurs variées.

L’année qui vient s’annonce d’une richesse renouvelée, mois après mois, selon le principe de locations et co-locations successives qui fait la particularité de cet espace numérique expérimental.

Si la Villa a généré tant d’enthousiasme et de convivialité à ses débuts, c’est bien, je crois, parce que nous, locataires successifs de ce carnet, avions choisi de développer la métaphore du lieu habité, de la maison de campagne, de la location de vacances que chacun s’approprie, aménage un peu et occupe, décore et investie à sa manière pendant un mois. Des livres y ont été ainsi semés, des arbres plantés, des bouteilles mises à la cave ou au frais, de nombreuses discussions autour du café ont été échangées dans la cuisine. Le respect du lieu partagé, de l’écriture offerte par chacun.e a contribué à l’impression de bienveillance réciproque vis-à-vis des propos qui y germent, par l’exercice si particulier consistant à prendre place pendant un mois dans un carnet qui n’est pas le sien, et qui appartient à tous ceux qui viennent y écrire.

16202058205_95eb869c46_o

J’irai même plus loin me concernant : les Espaces réflexifs ont constitué à de multiples reprises, depuis 2012, un lieu de ressourcement nécessaire, de respiration, de protection, de résistance, pour penser avec d’autres acteurs soucieux de donner un mouvement réflexif à leur métier, à leur pensée, à leurs regards, quand les situations professionnelles et institutionnelles ne permettent pas de garder cette soupape du pas de côté pour continuer de mener ce fameux sports de combat auxquels nous nous attelons collectivement, ici mais aussi autant que possible dans nos lieux d’action professionnels.

Paveau Marie-Anne (11 décembre 2013 ) “Prélude. La réflexivité est un sport de combatEspaces réflexifs [Carnet de recherche]. Consulté le 4 janvier 2016 http://reflexivites.hypotheses.org/4229

“La réflexivité est donc bien un sport de combat, dans lequel l’adversaire est la linéarité des assentiments disciplinaires, le confort des chemins confortables du mainstream, la soumission au discours du maître. Le pas de côté, en même temps qu’il délinéarise notre pensée, nous apporte l’insécurité : si elle nous autorise une vraie pensée, alors accueillons-là comme l’invitée de nos travaux.”

Et des commentaires, des échanges, des lectures mutuelles, des réactions, il y en a eu, beaucoup au début, et selon le temps que chacun pouvait consacrer à ce lieu, parfois moins. Quoi qu’il en soit, les écrits des Espaces réflexifs sont nourris des conversations silencieuses ou tracées, ici, par mail ou encore sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook.

Depuis 2012 :

Coup d'oeil

Les Espaces Réflexifs depuis janvier 2012

La métaphore du lieu nous a souvent amenés très loin et de nombreux premiers billets d’arrivés dans les Espaces réflexifs ont pris la forme d’une entrée dans un endroit nouveau, ou devenu familier au fil des années. Chacun était libre de choisir sa chambre, sa pièce de prédilection, le grenier pourquoi pas, ou alors le jardin en été. A mon sens, cette métaphore contribue à tisser les liens entre les billets, entre les années, entre les auteurs et les lecteurs qui passent lire et prendre un café. Elle vise à rendre le lieu habité plutôt qu’utilisé.

Faury Mélodie (30 juin 2012) “Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juilletEspaces réflexifs [Carnet de recherche]. Consulté le 4 janvier 2016 http://reflexivites.hypotheses.org/2583

Henry Julie (4 février 2012) “Les commentaires : espace et outil de réflexivité, ou occasion d’exprimer ses marottes ?Espaces réflexifs [Carnet de recherche]. Consulté le 4 janvier 2016 http://reflexivites.hypotheses.org/316

C’est donc avec cette envie et cette invitation ouverte d’échanges renouvelés dans nos espaces que j’ai choisi d’ouvrir l’année 2016, avant de recevoir tous les (co-)locataires qui partageront avec nous ce besoin de Résistances.

13277342_b448e0f194_o

L’entrée des Lucioles en Janvier dans la Villa

« Lucioles » est une revue gra­tuite, des­tiné à rendre plus habi­tables et plus fra­ter­nels, pour celles et ceux qui y vivent au quo­ti­dien, les uni­ver­si­tés et les éta­blis­se­ments de recherche et d’enseignement supérieur. Joëlle Le Marec, décembre 2015

Comme évoqué précédemment, les Espaces réflexifs ont été dès leur démarrage en 2012 un véritable lieu d’échange et de partages, sous diverses formes, des textes que chaque auteur.e livre ici. Cette pratique du partage, de la mise en circulation, de l’écoute et du commentaire bienveillant et réciproque, de l’habitation du lieu, numérique ou non, donné en commun me paraît nécessaire, vital pour résister à des logiques administratives, financières, gestionnaires, qui nous font parfois perdre le sens de nos actions dans les institutions, le sens de nos métiers, de nos missions. Qui nous font parfois perdre toute énergie pour conserver celle que la réflexivité nous demande, exige.

Pour démarrer l’année 2016 sur le fil des Résistances, je laisserai la parole à celles et ceux qui animent aujourd’hui le projet exigeant et nécessaire d’habiter les institutions plus librement et fraternellement.

Couv_Lucioles« C’est pour­quoi nous, enseignants-chercheurs, doc­to­rants, gra­phiste, ingé­nieurs, sala­riés titu­laires ou per­son­nels pré­caires de l’université, acteurs cultu­rels et créa­teurs liés au monde de la recherche déci­dons de nous expri­mer : qu’est ce qui au jour le jour, nous éloigne les uns des autres ? Qu’est ce qui nous aliène ? Com­ment nous dire les choses direc­te­ment ? Com­ment récu­pé­rer nos capa­ci­tés à nous cri­ti­quer, à nous com­prendre ? Com­ment agir ensemble, sans le filtre de pro­cé­dures qui nous éloignent tou­jours plus des pos­si­bi­li­tés de créer quo­ti­dien­ne­ment, nos formes de tra­vail, nos manières de régler des pro­blèmes ensemble ? Com­ment récu­pé­rer des marges de liberté dans nos manières d’habiter des ins­ti­tu­tions des­ti­nées à for­mer des jeunes gens à être des per­son­na­li­tés auto­nomes, des­ti­nées à pro­duire un savoir à dis­cu­ter et par­ta­ger entre tous, des­ti­nées à expé­ri­men­ter des manières de réflé­chir, de tra­vailler ensemble, de vivre ensembles ? » Joëlle Le Marec, décembre 2015

Télé­char­gez le pre­mier numéro en PDF : LUCIOLES

Si la lecture du premier numéro de cette revue vous parle :

“Nous appe­lons nos lec­teurs à nous contac­ter par collectif.lucioles@gmail.fr pour dis­cu­ter, pour écrire ou pour s’exprimer sous d’autres formes, pour répondre, pour inter­pe­ler à leur tour, s’ils acceptent le pro­jet qui est le sui­vant : habi­ter notre ins­ti­tu­tion ensemble, plus libre­ment et plus fra­ter­nel­le­ment.”

La revue est impri­mée, elle est dis­tri­buée de main en main par ses auteurs, pour dis­cu­ter et échanger.
Les auteurs du numéro 1 sont : Igor Babou, Clau­dio Broit­man, Cata­lina Sab­bagh, Judith Dehail, Mélo­die Faury, Ludo­vic Garat­tini, Sarah Kitar, Joëlle Le Marec, Nina Rocipon

*

Mon invitation pour démarrer les Résistances de 2016 :

Pendant tout le mois de janvier, vous pouvez venir, seul.e ou accompagné.e,

déposer des articles, des images, des sons dans les Espaces réflexifs,

si la question suivante vous interpelle :

A quoi doit-on résister dans nos institutions, dans nos métiers,

pour continuer d’habiter les espaces communs librement et fraternellement ?

Pour garder le sens de nos métiers ? De nos actions collectives ?

10204427_096b8a90a2_o

Me contacter : en déposant un commentaire à ce billet

Source : Le Marec, Joëlle (5 décembre 2015) ““Lucioles” : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs”. Indiscipline ! [Blog]. Consulté le 1er janvier 2016  http://indiscipline.fr/lucioles-n1-dune-revue-pour-habiter-plus-librement-et-fraternellement-les-institutions/

Crédits photographiques :

1. Hands On par Laura D’Alessandro, Licence CC-by

2. It´s a question of time… par Pulpolux !!! Licence CC-By-NC

3. Cold Day; Hot Tea par Plonq Licence CC-By-NC-SA

4. Hooked par Pulpolux !!! Licence CC-By-NC

5. Tungsten Blue par Pulpolux !!! Licence CC-By-NC

Pour citer ce billet

Faury Mélodie (5 janvier 2016) “Une invitation : Habiter ensemble nos espaces communs – RésistancesEspaces réflexifs [Carnet de recherche]. Consulté le 4 janvier 2016 http://reflexivites.hypotheses.org/7873


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/07/2016

    […] suis entrée cette année dans la Villa réflexif, nos chers Espaces réflexifs, entourée de lucioles, celles de Didi-Huberman et celles qui réactualisent sa pensée par l’action contextualisée, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *