Quel thème pour la #VillaRéflexive en 2016 ?

7325726662_103fb7b036_zL’année 2015 a filé à toute allure, comme si le temps s’était accéléré, ce qui est d’ailleurs un peu le cas dans les universités et le monde éducatif en général, vous ne trouvez pas ? Il serait temps d’institutionnaliser la lenteur…

En attendant, nous rafraîchissons la villa pour la rendre encore plus accueillante aux locataires de l’année 2016. On prépare le jardin pour l’hiver, on ponce et on repeint les fauteuils de jardin, on paille les plantes fragiles, on renouvelle les graviers de la grande allée…

Pas de rétrovilla cette année faute de temps (mais il est toujours possible d’aller se balader dans les billets de l’année en consultant le widget de la colonne de droite « Mois après mois 2015 » ou en allant sur le sommaire de l’année), mais nous vous proposons, comme d’habitude, de choisir ce dont vous avez envie de parler, ou ce que vous avez envie de lire, de manière suivie ou en butinant, au fil des mois et du temps qui passera moins vite, on l’espère, l’année prochaine.

Tous les angles d’approche sont accueillis, et toutes les formes de l’écriture web : écrits, images fixes ou animées, sons ; réflexions, fictions, créations. Le carnet est vraiment un espace d’invention, un grand bac à sable sémiotique où l’écriture expérimentale et la performance scientifique sont reines ! Vous retrouverez les trois thèmes proposés ci-dessous dans un sondage en ligne, il suffit de cocher, et le tour sera joué.

  • Vulnérabilités

Nous proposons de parler des vulnérabilités au pluriel, pour ne pas réduire la notion à un contenu unique qui ne tiendrait pas compte de la complexité sociale, éthique et politique du phénomène. Et également pour prendre en compte à la fois les humain.e.s, qui sont parfois, souvent, des personnes vulnérables, les animaux, êtres vivants vulnérables, et également les choses, comme la planète dont on commence à comprendre enfin l’extrême vulnérabilité.

  • Résistances

La mise au pluriel a le même objectif : il y a de grandes et de petites résistances, des résistances historiques et privées, des résistances qui exhibent leur nom et d’autres qui n’en montrent rien. Et la notion de résistance est sémantiquement très riche : la résistance peut être vue comme un état, qu’elle soit une sorte de vertu, comme celle d’un câble ou d’un individu devant l’adversité, ou une forme de défaut proche de l’obstruction comme en psychanalyse par exemple ; mais elle est également une dynamique, une action, spontanée ou organisée, comme celle d’un groupe ou d’un mouvement devant un système oppressif, une invasion, une restriction de liberté.

  • Désordre et harmonie

Un grand thème philosophique à interpréter avec la plus grande variété, et à décliner sous différentes perspectives. Cette grande opposition binaire est riche d’interprétations possibles, y compris d’inversions : si l’ordre est inscrit dans nos représentations comme un idéal du monde, il ne s’agit peut-être que d’un angle possible et d’un stéréotype dominant, et le désordre a peut-être des vertus insuffisamment formulées. De même, les bénéfices de l’harmonie ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Une thématique totalement ouverte à toutes les inventions.

Une fois le thème choisi, que les volontaires affluent ! Le principe est maintenant bien connu : un.e locataire reçoit les clés (c’est-à-dire un accès auteur.e), s’installe, plante son décor, se met à l’aise, et publie des billets au rythme où il le souhaite. Le dernier jour de chaque mois, ille quitte les lieux et le.a suivant.e prend la suite. En attendant les inscriptions, c’est à vous, votez !

Mélodie et Marie-Anne

Pour voter, C’EST ICI !  SONDAGE – il sera fermé le 30 décembre

Crédit : Annie Guilloret, 2012, « La villa du milieu », compte de l’auteure sur Flickr, CC BY-NC-ND 2.0


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *