Survivre à la vérité dite. La résistance du whistleblower

whistleblowers-1Diseur.se.s de vérité

Je retourne constamment à la figure du.de la whistleblower, découverte il y a cinq ou six ans à l’époque où je travaillais au manuscrit de Langage et morale. J’y ai consacré une section dans cet ouvrage, plusieurs passages d’articles (voir références ci-dessous), plusieurs billets sur La pensée du discours (ici, ici et ici). Le.a whistleblower me fascine et recueille toute mon empathie à cause de cette droiture presque brutale qui l’amène à briser l’ordre du discours social dominant, de la forme d’héroïsme qu’ille assume en déclenchant sa profonde solitude face au plus grand nombre et parce que son désir de vérité l’amène le plus souvent à des souffrances importantes, parfois fatales. Ce.tte « diseur.se de vérité » suscite mon intérêt de linguiste car le discours qu’ille produit possède des caractéristiques sociodiscursives particulières et relativement inédites. De plus la linguistique ne s’intéresse pas beaucoup aux figures de locuteurs, et il reste encore beaucoup à inventer pour décrire les gens qui parlent sous l’angle de la fonction sociale de leur prise de parole.

Évolutions

Depuis mes premiers travaux, la figure a évolué, ce que montrent les discours qui, à la fois portent sur cette figure de locuteur et émanent d’elles. On est passé me semble-t-il d’un phénomène inédit, inouï, causant une sorte de malaise à peu près partout (dans son entourage proche, dans les milieux où il donne le coup de sifflet, dans les médias, dans l’opinion publique) à une figure désormais installée, si ce n’est reconnue parfois, dans le paysage social. C’est que, depuis la fin des années 2000 où les whistleblowers, même devenus célèbres, s’appelaient encore Sherron Watkins, Joe Darby, Jeffrey Wigand, Erin Brokovich, et agissaient à un niveau local ou national, sont arrivés Julian Assange, Chelsea Manning, Edward Snowden, auteurs d’une action avec un impact large, assez violent et international. À l’isolement des quatre premiers, se sont substitués la célébrité et les appuis internationaux et parfois populaires des trois suivants, ainsi que la mise en scène efficace de leur action dans les médias, par l’intermédiaire de journalistes notamment, et l’on pense bien sûr à Glenn Greenwald.

Whistleblowing aux États-Unis, délation en France

Je ne cite que des Étatsuniens et ne mentionne que le contexte anglophone, ce qui n’est pas un hasard. C’est qu’en France, le regard porté sur le whistleblower n’est pas le même, comme l’expliquent très bien Sandra Charreire Petit et Julien Cusin dans l’un des rares articles sur le whistleblowing en français, « Whistleblowing et résilience : Analyse d’une trajectoire individuelle » :

La dimension culturelle et la perception distincte de l’alerte selon les contextes ajoutent à la complexité, mais aussi à la richesse, du processus étudié. En France, le terme de Whistleblowing est très vite associé à la délation et renvoie aux heures sombres de l’occupation durant la seconde guerre mondiale. Selon de Bry (2008), la dénonciation y est généralement perçue comme un acte de trahison particulièrement infamant et le vocable associé à une telle action revêt une connotation très négative : on parle ainsi de « rapporteur », de « cafteur » ou encore de « mouchard ». En définitive, tout oppose, d’un côté, le « quasi-héros » américain, qui contribue à la performance de l’organisation et à la préservation des intérêts de celle-ci, et, de l’autre, le « délateur » français, qui fait preuve de déloyauté envers son employeur et ses collègues. Cela pourrait expliquer que les Français soient aussi réticents à « souffler dans le sifflet » et n’adhèrent pas à la culture de l’alerte, encore plus lorsqu’il s’agit de dénoncer un collègue de travail (Larue, 2007) – (Charreire Petit, Cusin, 2013 : 143).

De plus, il existe une figure française, le lanceur d’alerte, qui, sans être équivalent au whistleblower, occupe sans doute l’espace du discours de vérités pas bonnes à dire dans le discours social en France. De ce fait la réception du whistleblowing en France est brouillée, et cette figure est moins présente.

Une émergence : le discours de survie du whistleblower

Je ne sais pas si les figures très médiatisées et, de fait, héroïsées, de Assange, Manning et Snowden, sont responsables de cette évolution mais il se trouve qu’un discours émergent est actuellement repérable : celui de l’aide à la survie du whistleblower. Ille doit se doter de moyens de survie car les menaces qu’ille encourt sont extrêmement importantes. Alford avait intitulé son ouvrage de 2001 Whistleblowers: Broken Lives and Organizational Power (Alford 2001). « Broken lives ». Ce n’est pas une clause de style car, statistiquement, la majorité d’entre elleux sont brisé.e.s, effectivement : isolé.e.s, détruit.e.s, malades, voire mort.e.s. Illes rencontrent une résistance très forte, et parfois insurmontable, celle du système social :

La plupart du temps d’ailleurs, le whistleblower ne résiste pas pour son propre intérêt, il résiste pour changer le système qu’il estime, momentanément et partiellement au moins, défaillant ou menacé. Le système social résiste alors à son tour, et expose à des représailles le whistleblower qui veut le faire évoluer (Charreire Petit, Cusin, 2013 : 147).

Dans un billet ultérieur, je parlerai d’une autre résistance, soulignée par Geoffroy de Lagasnerie, celles des hommes et femmes de pouvoir qui voient leur jouissance du secret remise en cause par les révélations des whistleblowers (Lagasnerie 2015). Pour le moment je remarque que, la réalité des risques de représailles une fois reconnue, les procédures de résistance à la résistance du système social émergent, et tout particulièrement sous la forme de guides de survie. En voici un petit échantillon :

Capture d’écran 2015-10-17 à 19.51.24

Tous ces ouvrages sont récents, publiés ces dernières années. Ce sont des ouvrages empathiques, qui ressortissent à un genre de discours altruiste. Ils manifestent l’intégration de la figure du whistleblower dans le répertoire des locuteurs contemporains, ainsi que la reconnaissance des dangers que leurs coups de sifflet leur font courir. Comme toujours, le discours est à la fois indice d’évolution et cause de cette évolution. Le discours de survie, publié et diffusé, nous dit que le temps du secret d’état est peut-être en train de passer et que la détention des pouvoirs du logos par les oligarchies rencontre désormais de sérieuses résistances, toutes assignées à résidence et emprisonnées qu’elles soient encore. Guides de survie, mais également arts de la résistance.

Références

Alford C. Fred, 2001, Whistleblowers: Broken Lives and Organizational Power, Cornell University Press.

Charreire Petit S., Cusin J., 2013, « Whistleblowing et résilience : Analyse d’une trajectoire individuelle », M@n@gement 16, p. 142-175.

Lagasnerie (de), G., 2015, L’art de la révolte. Snowden, Assange, Manning, Paris, Fayard.

Paveau M.-A., 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.

Paveau M.-A., 2015, « Les diseurs de vérité ou de l’éthique énonciative. Parrèsiastes, messagers, whistleblowers, lanceurs d’alerte ». Pratiques : linguistique, littérature, didactique 163-164, http://pratiques.revues.org/2267

Crédit : Supporters of whistleblower Edward J. Snowden at a New York City rally in June 2013. © Tony Savino/Corbis, photo publiée sur How Stuff Works, http://people.howstuffworks.com/10-whistleblowers-and-the-horrors-they-exposed.htm

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 18/10/2015, "Survivre à la vérité dite. La résistance du whistleblower," in Espaces réflexifs [carnet de recherche], http://reflexivites.hypotheses.org/7749, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *