L’autre, ce portrait ?

L’un des moyens de parvenir à la connaissance de soi est de construire un labyrinthe qui vous ressemble. (Mandiargues)

Une question pour traverser le mois : pourquoi avoir arrêté mes portraits ? La proposition d’occuper la « villa réflexive », même si elle avait été formulée bien plus tôt (et merci Elodie et Marie-Anne pour leur confiance), arrive évidemment au bon moment : moment où ces portraits se rappellent à moi (« la photo que tu avais mise ne fonctionne plus, normal ? »), où l’on me sollicite en sifflotant, l’air de rien, pour que j’en écrive de nouveau.

[Contexte] Au retour du Québec (après une année-thèse), l’impossibilité de raconter : comment parler sans caricaturer, sans trahir une position particulière (celle de l’expatrié), sans « généraliser » ? Bref, comment « dire le vrai » ? Mes rencontres finissaient en effet par toutes se ressembler : elles disaient plus de moi que du pays rencontré. On peut certes balayer ce « faux problème » (comme disent les épistémologues) d’un revers de main en assumant la posture nominaliste (ou son actualisation constructiviste) : il n’y a que des regards portés sur les choses; elles n’existent pas indépendamment de nous; les objets sont en transformation permanente, etc. Réponse séduisante, à laquelle je fais souvent appel en recherche, mais qui n’a pas suffi à me remettre en selle…il me faut donc aujourd’hui adopter une autre démarche.

[Programme] Une démarche plus archéologique d’abord, pour identifier des lignées et leurs trajectoires (car le « vrai », comme  le « réel » ou la « vérité », sont des inventions1). On pourra alors se déplacer vers d’autres conceptions ou au contraire choisir celles précédemment écartées. Une démarche comparative et historique aussi, pour voir comment les portraitistes travaillent/ ont travaillé, et comprendre ce qui les animent/ les a animés (un détour vers les techniques littéraires de représentation de la réalité sera sans doute nécessaire : polyphonie, intrication temporelle, etc.). Une démarche sensible enfin, respectueuse des acteurs rencontrés; aimante. Au terme de ce parcours, j’espère ainsi saisir un peu mieux ce qui fait la vérité du portrait et la valeur de la réflexivité.

  1. Paul Jorion, Comment la vérité et la réalité furent inventées, NRF Gallimard, 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *