#Fiction – L’oxygène

Il y a l’air dans les poumons

alvéole après alvéole

qui gonfle, tend les parois.

Il y a le souffle sur la peau

la caresse légère des cheveux décoiffés

que surtout on ne recoiffera pas.

Il y a l’écume du café

la mousse qui s’évapore bulle après bulle

Il y a le chant du merle que plus personne n’entend

mais plus fort que le ronronnement des moteurs.

Il y a le roucoulé de la tourterelle qui ramène soudain des années en arrière

quand serrée entre des draps tendus à l’épingle

je ne bougeais plus

pour tout entendre

Il y a la réminiscence du lieu

Celui d’où je suis repartie dans le mouvement trépidant

Celui où la caféine déjà m’avait donné la force.

Il y a les pas arythmiques de la dame aux fleurs qui passe

Il y a les accents chantant de la langue d’ici

Il y a le vélo rouge qui laisse voguer vers la bicyclette bleue

Il y a tout ce qui me ramène à cette histoire non digéré et indigeste

Il y a l’arrivée bientôt de celui qui me raccroche sur Terre.

*

Il y a ce flou et ce tremblement qui prennent

Même plus d’assurance pour taper la touche

L’impalpable de stabilisation

Ancrée, il faut la détacher, la lessiver, la javelliser pour revenir au point de netteté

Tant de folie dans le langage, la perte de sens, la perte de justesse

Le tellement flou et fou

Abus de pouvoir, impunité, disqualification, mensonges, hypocrisie

Devenus insupportables

La résistance s’use

Enfin

A force

A force de rapports de force déplacés

Ce ne sont pas mes enjeux

Jouez tout seuls

Même si cela vous est insupportable, qu’en ai-je à faire

Vous voudrez me nuire, me réduire

Tant pis pour vous

Ce que vous supportez d’infliger, c’est moi qui ne le supporte plus

Garder l’élan, le mouvement

Fuir l’inertie, fuir, casser le lien, toute possibilité d’effet

Se préserver, se sauvegarder

Pour rester bien vivant

Bien soi, entièrement

Que cela plaise ou non

Soi fragmenté mais relié

Chaque morceau précieux et intouchable

Aller vers l’autre ensuite, pas pour le vampiriser, pour le respecter,

Dans sa différence et sa particularité,

Dans l’enrichissement qu’il permet, dans la découverte qu’il ouvre

Pas de danger, bien au contraire.

L’ouverture comme nécessité, pour se nourrir

Pas au détriment de l’autre

Mais l’un de l’autre

Ro-bo-ra-tif.

*

Le mouvement c’est la vie, la vie n’est que mouvement.

Se sentir fluide, liquide, loin de l’inertie

Fuir l’inertie, sclérosante et toxique

Cette inertie du micro-ego qui emprisonne dans des abîmes de moi moi moi

Qui ne donne pas d’air, pas d’oxygène

Je suis vivante, au plus profond, même si je reste statique

Même si je ne parle pas ou plus ou presque

Et que j’écoute, que j’attends

Patiemment. Parfois non

A l’intérieur ça boue, ça bouillonne, ça implose et je me tais de force

Pour que le mouvement reste intérieur

Qu’il ne rencontre plus si violemment les murs du quant à soi

Un moment

Donnez-moi un moment.

Le piège du marteau et de l’enclume

Entre les deux, il y a l’air, l’oxygène

Tant pis pour lui

Le courant d’air

Il ira plus loin plus tard

Ailleurs

Là où le métal ne se cogne pas si fort

Où l’on sait ce que le vent et le mouvement veulent dire

Statique

C’est pratique

On ne se pose plus de question

Ou si tellement sur et moi et moi et moi

Inspirer, souffler

Et partir ailleurs

Là où il y a de l’air dans les voiles, du liquide sous la coque

Du respect entre les matelots et de la fascination pour la mer à traverser

Qui nous traverse autant


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/08/2015

    […] je me reconnais assez aisément dans leur cacophonie discursive…« ça » parle aussi en eux « A l’intérieur ça boue, ça bouillonne, ça implose et je me tais de force » Mélody […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *