#Fiction – Se souvenir qu’elle est vivante

Elle dit qu’elle veut bien y perdre des plumes mais pas qu’on lui coupe les ailes.

Le plus dur à saisir et à réparer c’est cette inversion du vrai et du faux.

Perrine a vécu pendant un an dans le faux-semblant, l’hypocrisie et le mensonge.

Sa parole n’avait plus de sens pour l’autre et l’autre utilisait la sienne pour camoufler ses intentions, plus ou moins conscientes, la réalité de dysfonctionnements.

Quand parler ne fait plus sens, où va-t-on ?

On va là où l’on trouve de quoi reconstruire sur un champ de ruines.

Elle dit qu’elle est en train de se souvenir qu’elle est vivante.

Que par la couture elle renaît. Qu’elle touche, met en forme, fait naître les envies d’association de couleurs et de motifs, de textures et de formes.

Elle dit que déjà elle parle et que c’est une victoire.

les plumes pour l'envol

*

Romuald est grand, élancé et vif, acéré même, son visage et ses propos. Un homme d’action, qui ne perd pas de temps.

Les idées arrêtées, décidé et homme de pouvoir, en tout cas de charisme. Il a porté le projet dès son démarrage, il l’a lancé dans sa forme actuelle. Pas tout seul bien sûr, mais avec assurance et conviction. Il a entraîné Estelle avec lui.

Romuald ne fait pas partie de l’équipe mais gravite autour. La surveille, lui parle et lui donne son avis. D’une équipe en construction qui prend forme petit à petit. Estelle, rejointe par Perrine, puis bientôt Angèle. Et Romuald toujours dans les parages, trop présent peut-être. Mais c’est toujours un peu long pour chacun de prendre sa place, surtout dans un démarrage.

Perrine prend le temps d’observer, de s’informer et de comprendre. Elle arrive dans un monde qu’elle ne connaît pas, avec ses règles, ses pratiques et même son langage. Elle apprend de nouveaux sigles, de nouvelles façons de procéder, un sens hyper-verticalisé de la hiérarchie qu’elle n’avait jamais rencontré.

Les règles du jeu, elle les apprend vite car elle écoute. Les difficultés de chacun elle cherche à les comprend par l’écoute. Sa perspective à elle, elle attend encore un peu avant de la donner. Mais doucement elle l’inscrit : provoque des réunions entre les membres disparates du projet, les met en présence, en discussion, en échange. Perrine veut que la dynamique soit collective et que chacun partage ses compétences. Elle est toujours convaincue par l’intelligence collective, celle qui des parties donne un tout cohérent et puissant, car collaboratif.

Perrine cherche à intégrer tout le monde dans la dynamique. Romuald y compris. Mais cet homme est insaisissable, et toujours dans l’action, ne rentre pas en relation si ce n’est pour donner son avis, « d’en haut », de son expérience et de la position qu’il a choisi d’adopter : en-dehors mais au-dessus, la verticalité comme rapport à l’autre.

Perrine se targue d’être patiente et persévérante. Si des résistances existent, c’est que la confiance n’est pas encore construite. Laissons le temps faire ses preuves.

*
Elle dit qu’ils ont voulu la supprimer, symboliquement.
Qu’elle était en trop, gênante.
Qu’elle était là où ils auraient voulu être, où ils pensaient pouvoir être en faisant abstraction de sa présence.
Qu’elle n’avait ni l’idée, ni l’envie de s’imposer

Leur parole contre la sienne.
À quoi sert de parler si l’on n’accorde pas de légitimité à la parole qui s’exprime.

Elle s’estomperait dans un vent glacial.

La légitimité d’une parole, socialement construite, il ne suffit pas de dire vrai.
Un homme ou une femme, l’ancien ou la nouvelle, l’étranger ou le natif, le collègue ou le partenaire, l’amant ou la relation professionnelle.

Il faut que la légitimité soit conférée, que la place soit reconnue, que l’autre soit reconnu

Comme détenteur d’une parole à entendre.


Elle dit qu’elle a pensé à partir, à s’effacer.
Qu’elle a eu la chance qu’on la retienne, qu’on lui redonne une place, sa dignité.

être écoutée, d’être cru.
Non par sur parole, mais sur convergences de multiples paroles.

Il s’agit de cette disponibilité.

Celle que l’on a en quantité finie, car les journées ont des heures qui contiennent des minutes, bien à l’étroit.

Une disponibilité que l’on voudrait extensible au gré des autres qui nous retiennent, qui nous renvoient des résonances sans compter.

Une disponibilité qui parfois est accaparée de plein fouet

Par des êtres qui nous comblent

Par d’autres qui nous vampirisent

Et l’énergie à reconstruire

A infuser et laisser reposer

N’a plus d’espace à remplir
Ils sont occupés.

Cette disponibilité maintenant je la connais

J’en garde un peu pour moi

Le seul égoïsme que je me permettrai consciemment
Pour ne pas disparaître


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *