#Fiction – Perdre la parole

Debout puis affalée. Étendue sur le bitume. Sur les rayures du passage piéton, la silhouette de Perrine aplatie.

Perrine était en train de téléphoner à sa sœur quand elle perdit l’équilibre. Comme si la verticale et l’horizontale avaient inversé leurs rôles en une seconde. Comme si elle n’avait pas eu le temps de s’adapter à ce revirement.

Par terre. Fissurée et mise au sol.

Avec la chute tout s’effondre. Les faux-semblants, les « je gère, tout va bien ». Tout s’écroule sous des sanglots incontrôlables.

Perrine sourit faiblement aux passants inquiets qui s’enquièrent de son état, « ça va aller Mademoiselle ? ». Et elle file, elle reprend vite son chemin pour se réfugier chez elle avant que les larmes ne se précipitent encore plus nombreuses.

Comme si l’argile se craquelait sous ses faux airs de colosse, Perrine lâche enfin prise.

Trop, c’était trop de changements : de son corps, plus tout à fait le sien depuis qu’il est habiter par un être en devenir, changement de rythme, de ville, d’amis, de repères. Tout simplement de repères.

Jamais Perrine ne s’était sentie si faible et vulnérable. Enfin si peut-être, mais cela faisait bien longtemps. Et elle n’était pas prête à accueillir ces failles. Elle colmate vite fait, et repart. Lève la tête, bombe le torse pour affronter ce qui vient. Pour affronter un changement induit mais subit aussi.

*

Elle dit que, c’est incompréhensible mais qu’elle a perdu la parole.

Que cela faisait trop à affronter. Qu’elle aura pu perdre la face et beaucoup plus, beaucoup trop.
Qu’elle a préféré couper les liens qui la mettaient face à sa faiblesse, face à ce qu’elle n’était pas encore prête à voir.

Elle dit que parler fait un bien fou. Qu’elle retrouve l’oxygène, qu’elle respire un peu mieux.

Elle dit qu’en fait, aujourd’hui elle comprend mais que son corps l’avait lâchée. Qu’il ne voulait plus rien entendre, juste se reposer.

sur le sol

*

Perrine arrive là, ni tout à fait par hasard, ni de façon préméditée. Il faut travailler, et cet emploi a l’air de lui ouvrir grand les bras. La description du poste lui parle d’elle semble-t-il. Point par point, elle voit qu’elle pourrait convenir aux attentes de ce projet.

Perrine est dans un domaine professionnel où personne ne peut faire la fine bouche. On prend le travail où il se trouve. Et en l’occurrence l’occasion est belle. Un projet passionnant, des défis, de la nouveauté, et donc sûrement des formes initiatives et de créativité l’attendent.

Partir donc, et tout changer.

Parce qu’il se profile aussi un évènement d’ampleur, qui arrondit petit à petit le ventre de Perrine. Changer de ville, devenir mère, dans un autre lieu, un autre contexte social et professionnel. Avec tout ce que l’on laisse derrière : le confort d’une vie bien installée et rythmée depuis 5 ans, qui se voit toute chamboulée.

Et tant qu’à changer d’appartements, de ville, de travail, de configuration familiale, autant le faire à fond. Le compagnon de Perrine change lui aussi, d’identité professionnelle : partir pour se réinventer donc, du sol au plafond, à base d’efforts sur soi et de prise de risques.

*

Perrine arrive dans sa nouvelle région en novembre et se trouve, grâce à un ami, un petit appartement aménagé qui lui permettra de faire la transition, en attendant que la démission et l’arrivée de son compagnon.

Elle arrive dans l’effervescence des préparatifs traditionnels et appliqués des fêtes de fin d’année. Des guirlandes lumineuses jaillissent des fenêtres et des balcons. Et très vite, la neige. Sur laquelle il ne faut pas glisser avec ce ventre à protéger.

La nuit tombe tôt tous les soirs, et elle rentre, elle dort. Parfois un peu d’ordinateur pour garder quelques contacts, toujours un peu de téléphone à son compagnon resté là-bas et puis du repos. L’épuisement du début de grossesse s’accompagne des fameuses nausées, heureusement uniquement nocturnes. Mais c’est passager alors on ne se plaint pas. Parce que ce qui compte c’est cette vie qui germe en soi, qui se déploie. Et à qui tout doucement, on commence à parler, on commence à chanter. Pour que la voix vienne s’associer aux battements du cœur.

*

D’emblée elle hésite à la tutoyer.

Perrine arrive dans un grand bureau vide. Les collègues d’à côté se sont tassés pour leur faire de la place. « C’est provisoire ». Les locaux définitifs ne sont pas encore prêts. Plus tard, mais on ne sait pas encore quand. Les travaux, ça prend toujours du retard. Mais vous verrez vous serez bien installés.

Perrine arrive dans un grand bureau vide où l’attend Estelle.

Estelle qui jaillit de sa chaise tout juste installée. Grand sourire, dans la retenue et l’élan contrôlé. Une femme brune, soignée. Aux traits tirés, un peu fatigués. « Bienvenue, moi aussi je viens d’arriver ici, avant je travaillais seule chez moi. On pourrait peut-être se tutoyer ? ».

Perrine essaye de camoufler son hésitation. « Tu as 10 ou 15 ans de plus que moi, tu es là avant moi et je suis ta supérieure hiérarchique, cela ne va-t-il pas compliquer les choses ? », pense-t-elle.

« Oui bien sûr », s’entend-elle répondre. Après tout, si c’est ce qui se fait, autant ne pas dénoter. Dans l’un de ses précédents emplois, tout le monde se tutoyait mais chacun connaissait sa place. Dans d’autres, le vouvoiement était plus naturel. Il faut s’adapter aux pratiques du lieu où on arrive, se dit Perrine. Sous peine de commencer par un froid. « Il faut »….

*

Déplacer des bureaux, se mettre en mouvement, entre deux démarches administratives à régler, signatures de contrat et procès verbal d’installation, création de badges d’accès. Des cartons de livres à vider, à mettre sur les étagères, des étagères à se répartir. S’installer donc.

Le panneau mal fixé glisse. Bascule à la verticale et tombe sur les deux doigts de pieds mal placés de Perrine. Deuxième jour, premier accident du travail. Perrine trouve de la glace dans le bureau d’à-côté. Et essaye de faire dégonfler les pauvres doigts qui n’y comprennent rien.

La radiographie, oui sur le principe mais pas enceinte. Perrine écoute les risques énoncés par le médecin qui la reçoit, et qui lui affirme que de toute façon, cassés ou pas, ses phalanges reçoivent le même traitement : l’immobilisation. Donc la radiographie, on oublie, puisque le résultat est le même.

« Toi ma cocotte », lui dira Estelle plus tard. « Toi ma cocotte, tu ne me feras pas le coup de la radiographie ». Voilà ce qu’elle pensait ce jour-là.

*

Rien de tel qu’un accident du travail pour se faire remarquer à son arrivée et faire connaissance en plaisantant avec les collègues.

Et pour rencontrer le médecin habilité qui délivre l’attestation. « Et vous faites quoi comme métier ? Vous êtes secrétaire ? ». Belle déduction, n’est-ce pas. Perrine est jeune et une femme de surcroît, que pourrait-elle bien faire d’autre finalement ? Et quel mépris pour ce métier en passant.

Quelques jours auparavant, à celui qui lui demandait de revoir le salaire qui lui avait été promis à la baisse, « parce que vous comprenez, on attendait plutôt un monsieur d’une quarantaine d’année », Perrine avait proposé de se déguiser.

Au moins le contexte est posé.

Bienvenue Perrine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *