De la fragilité des reproches adressés à Emmanuel Todd (1/3)

« L’erreur écologique »

N’étant ni géographe ni démographe, je ne peux pas vous dire si les corrélations établies sont significatives ou pas. Le seul géographe qui à ma connaissance les a étudiées précisément [1], Thierry Joliveau, considère qu’elles sont « valides statistiquement [2] ». J’ajoute qu’Emmanuel Todd indique quand elles lui paraissent telles ou pas. Ce n’est donc pas sur l’imprécision de son travail [3] qu’il est critiqué mais sur les conclusions qu’il tire des corrélations établies. D’après plusieurs commentateurs, il commettrait la classique « erreur écologique » ; elle ne suffit pas, selon moi, à invalider son analyse, mais voyons d’abord de quoi il retourne.

L’erreur écologique (ou « fallace écologique» ou encore « illusion écologique ») consiste à appliquer des caractéristiques à un groupe à partir d’observations sur des entités telles qu’une ville, une région ou un Etat. La description de cette erreur (sinon la notion elle-même), dite aussi « ecological fallacy », est généralement attribuée au sociologue américain William I. Robinson, qui dans un article de 1950 a montré, en étudiant la corrélation entre la proportion d’immigrés et le taux d’alphabétisation par Etat, qu’on peut parvenir à des conclusions fausses, que contredit n’importe quelle étude fine du sous groupe considéré [4] . En l’occurrence, la corrélation montrait que plus il y avait d’immigrés, plus l’Etat était alphabétisé. Or, il était aisé de vérifier que les immigrés sont moins alphabétisés que les citoyens du pays d’accueil. De telle sorte que, si la corrélation entre alphabétisation d’un Etat et présence d’immigrés était forte, c’était parce que les immigrés avaient tendance à s’installer dans les Etats les plus alphabétisés et non parce qu’ils contribuaient aux taux d’alphabétisation de l’Etat d’accueil. C’est bien les conclusions que l’on tire d’une corrélation qui sont à dégager avec la plus grande prudence.

Que se passe-t-il dans le cas des corrélations établies par Emmanuel Todd ? Pour Thierry Joliveau, le chercheur n’évite pas l’erreur écologique : certes on peut raisonnablement penser qu’il y a une « association géographique ou spatiale entre le taux de manifestants et la part de telle ou telle catégorie sociale », mais « en tirer des conclusions définitives sur la composition sociale de la manifestation est une erreur de raisonnement [5]. » Certes, on peut tirer des conclusions contraires au réel à partir de corrélations mal interprétées. Mais ce que montre William Robinson, c’est qu’on aurait pu ne pas se tromper aussi lourdement, dans le cas des immigrés, simplement en réfléchissant sur – c’est à dire en contextualisant – les données recueillies : il n’était pas impossible de penser que la corrélation entre Etats alphabétisés et présence d’immigrés relevait d’une autre causalité. En l’occurrence, des critères d’installation de ces derniers, et non de leur propre impact sur l’alphabétisation. Il suffisait pour cela d’inverser la causalité : ce n’est pas parce que les immigrés sont là que l’Etat est alphabétisé, c’est parce que l’Etat est alphabétisé que les immigrés sont là. Ce n’est pas très difficile de simplement inverser une proposition, ne serait-ce que par principe, par précaution méthodologique, simplement pour en examiner son éventualité. L’esprit de contradiction fait aussi partie de ces méthodes éprouvées dont on parle peu, à ma connaissance, que ce soit en sciences sociales ou ailleurs.

Appliquée à Emmanuel Todd, l’alternative entre les deux causalités possibles est la suivante : soit on a plus manifesté à Lyon qu’à Marseille parce que la ville est composée de davantage de cadres supérieurs éduqués, traditionnellement plus prompts à manifester que des professions intermédiaires et ouvrières [6] ; soit on y a plus manifesté parce que ces mêmes cadres supérieurs éduqués relèvent d’une culture catholique zombie propre à l’espace lyonnais. Je pense que s’il faut examiner soigneusement une alternative, c’est celle-ci [7].

A regarder les cartes proposées par Qui est Charlie ?, il semble bien qu’il n’y ait pas à hésiter très longtemps : Lyon n’est pas une ville davantage composée de catégories socio-professionnelles supérieures que Marseille. On peut donc difficilement considérer que c’est uniquement le fait d’avoir une population socio-professionnellement apte à se mobiliser qui fait descendre dans la rue – ou alors Aix-Marseille aurait dû avoir un taux de manifestation proche de celui de Lyon. De même que Nice (2,8%), ou Orléans (5,2%), dont la composition socio-professionnelle est similaire, d’après les cartes établies par Emmanuel Todd.

Carte des classe moyennes supérieures établie par Emmanuel Todd dans Qui est Charlie ? (p. 75)

On pourrait arguer que les CSP (catégories socio-professionnelles) ne sont pas, à elles seules, explicatives de la mobilisation ; qu’il faudrait y ajouter la taille de l’agglomération, susceptible de davantage impulser, par l’ancienneté et la relative institutionnalisation de ses réseaux, une forte participation de ses citoyen.ne.s. Mais, dans ce cas, comment expliquer que des petites villes comme Cherbourg, La Roche-sur-Yon, Pau ou Vannes, soient parmi les 12 villes ayant le plus manifesté ce jour-là ?

Emmanuel Todd ne se contente pas d’une variable explicative. C’est ce qui rend plus complexe l’analyse, en même temps que cela peut la fragiliser : on échappe moins aisément à la tentation de faire entrer la réalité dans les cadres d’analyse ; cependant, lorsque la cohérence est respectée, comment y trouver à redire ? Ainsi, lorsqu’une ville a peu manifesté tout en étant sur une terre « catholique », on s’aperçoit qu’elle est davantage composée d’employé.e.s et d’ouvrières que les autres. C’est le cas par exemple de Saint-Nazaire, Laval ou Cholet. Sur les terres laïques, on ne peut être surpris de trouver peu de manifestants dans la plupart des villes dont le taux d’ouvriers dépasse les 25 % : c’est le cas d’Orléans (5,2%), mais aussi de Bourges (2,9%), Alès (0,9%) et Avignon (0,2%). Les villes ouvrières de Calais, Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Douai, Valenciennes et Mâcon, toutes sur des terres laïques, atteignent les taux de manifestation les plus bas, entre 0 et 2,4%. On peut par contre s’étonner d’y trouver celles qui manifestent plus que la moyenne établie à 6% : comment expliquer la présence de Blois (11,8%) et de Nevers (9,8%) ?

Dernière question : existe-t-il des villes où le fort taux d’ouvriers, joint à un environnement catholique, induit un taux important de manifestation ? Autrement dit, l’environnement religieux joue-t-il un rôle susceptible de secondariser la variable socio-professionnelle ? Clairement, oui, puisque c’est le cas de deux villes « ouvrières » telles que Saint-Etienne (11,8% de manifestants) et Metz (11,6%).

Bien sûr, nous ne sommes pas en présence d’une science exacte ; certaines questions restent pour le moment irrésolues : ainsi, de Blois et de Nevers. Mais enfin, si seules ces deux villes font exception sur l’ensemble que je viens de citer, et que je n’ai pas sélectionnées afin qu’elles entrent à toute force dans le modèle, on peut considérer que globalement, le cadre d’analyse d’Emmanuel Todd fonctionne. Ni plus ni moins que le cadre d’analyse proposé par Durkheim lorsqu’il tente de comprendre le suicide.

Ainsi, l’erreur écologique a-t-elle été peut-être un peu vite reprochée à Emmanuel Todd. Ce n’est pas parce qu’on manipule des chiffres globaux qu’on conclut forcément dans le mauvais sens. Il existe des chercheurs non seulement intelligents mais attentifs et habiles à ne pas faire dire n’importe quoi à leurs données ; et il me semble que sur ce point, le premier des trois opposés à Qui est Charlie ?, on peut lui faire confiance.

Voyons maintenant le deuxième reproche, celui qui consiste à lui imputer un « déterminisme mécanique ».

—————–

[1] Thierry Joliveau, « Où est Charlie ? Ce que montrent réellement les cartes d’Emmanuel Todd », Monde géonumérique, le 19 mai 2015.

[2] Il remarque cependant que certaines données sont erronées. C’est le cas du chiffrage de la manifestation de Marseille (Aix comprise), dans laquelle E. Todd oublie de compter les 30 000 manifestants d’Aix alors même qu’il explique les raisons qui l’amènent à prendre en compte cette commune rassemblant les étudiants et les populations les plus éduquées de l’agglomération. Quand on sait que l’écart entre Marseille-Aix et Lyon constitue « l’irrégularité significative » qui met sur la piste du religieux (p. 77), il est troublant de constater une erreur sur une donnée aussi importante. Cela ne bouleverse pas énormément l’écart en question, puisqu’il passe de 7 à 5,3 points. C’est sans doute la raison pour laquelle Thierry Joliveau ne la considère pas comme plus problématique que d’autres, et valide l’ensemble des statistiques.

[3] Je laisse volontairement de côté les reproches adressés par deux géographes, Jacques Lévy et Béatrice Giblin. Le premier, parce qu’il me paraît gênant d’entendre un chercheur reprocher à un autre qu’il établit des « corrélations de manière sauvage », en lui opposant sa propre interprétation qui seule aurait valeur de vérité. A la question du fédéralisme breton, et à l’explication « extravagante » d’Emmanuel Todd, Jacques Lévy répond par le truisme de la construction d’une « cohérence alternative ». Si on peut faire crédit au géographe (c’est-à-dire par respect a priori pour le chercheur) d’avoir d’autres arguments pour étayer cette thèse, on peut également penser que ceux d’Emmanuel Todd ne la contredisent pas. Cette « cohérence alternative » au projet européen pourrait bien avoir des origines historiques plus lointaines que la deuxième guerre mondiale : en quoi est-ce extravagant de tenir compte des engagements religieux d’un territoire lorsque, comme dans le cas breton et vendéen, ils furent si sanglants ?

La seconde est, à ma connaissance, la seule à considérer que les cartes sont fausses (« Todd galvaude et falsifie », ses cartes ne sont « absolument pas rigoureuses », elle sont « truffées d’erreurs et d’à-peu-près », il en « ignore le BA-ba scientifique »…), alors que les autres géographes ont au contraire estimé que les cartes étaient globalement de bonne facture. Par ailleurs, un internaute avisé a, en commentaire, fait remarquer que la critique de B. Giblin portait assez mal, dans la mesure où la géographe reconnaissait implicitement, du fait de ses réserves sur « vingt départements », que 80% d’entre eux faisaient bien correspondre le serment de 1791 et la pratique religieuse de 1960. Cf. « La mauvaise foi de Mme Giblin est étonnante », par Un curieux contre l’incurie, commentaire du 22 mai 2015 à l’article de Béatrice Giblin, « Qui est Charlie ? L’”imposture” Emmanuel Todd», dans Le point, le 22 mai 2015.

[4] W. S. Robinson, « Ecological Correlations and the Behavior of Individuals », in American Sociological Review, 1950, Vol. 15, No. 3, pp. 351–357.

[5] Thierry Joliveau, « Où est Charlie ?… », op. cit., p. 8.

[6] Ce différentiel de mobilisation entre professions est un classique des études quantitatives, il est constaté systématiquement depuis les années 1980.

[7] Je précise car les politistes Vincent Tiberj et Nonna Mayer d’une part, et le géographe Thierry Joliveau d’autre part, se situent sur un autre plan, considérant qu’on ne peut pas inférer d’une composition socio-professionnelle de telle ou telle ville la composition d’une manifestation : « que les régions qui ont compté le plus grand nombre de manifestants soient d’anciens bastions du catholicisme ne permet pas de conclure que les catholiques ont été les plus nombreux à manifester. » Vincent Tiberj et Nonna Mayer, « Le simplisme d’Emmanuel Todd démonté par la sociologie des « Je suis Charlie » », Le Monde, 19 mai 2015. Si la corrélation ne s’appliquait pas avec régularité à l’ensemble des villes qui ont manifesté, on pourrait peut-être douter de sa validité ; mais quand, comme le fait Emmanuel Todd, on montre que le taux moyen de manifestants a été en moyenne de 6% dans les villes de tradition laïque comme Marseille ou Orléans et du double dans les villes de tradition catholique comme Lyon ou Brest, on peut raisonnablement penser que la régularité fait sens. Il y a bien une corrélation entre taux de manifestants et composition sociale du territoire. Reste ensuite à comprendre dans quel sens joue cette composition sociale, puisque si et quand erreur écologique il y a, on a bien vu que celle-ci ne s’applique pas à la corrélation mais aux conclusions qu’on peut en tirer.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l'époque de la Révolution et de l'Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la Révolution et de l'Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011. Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010. Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *