Quelle méthode pour un corpus aussi flottant qu’une manifestation ?

Travailler sur l’implicite et les valeurs latentes n’obligeait pas en soi à choisir la méthode hypothético-déductive. Cependant, il faut reconnaître que, pour étudier des dizaines de manifestations réparties en deux courtes journées sur tout le territoire, il était difficile d’en trouver une meilleure. Jusqu’à preuve du contraire, du moins : car les reproches qui lui ont été adressés, sans d’ailleurs toujours lui opposer des méthodes alternatives, montrent que sur ce type de corpus, sa méthode reste pour le moment la seule qui soit effective.

Pour étudier des valeurs latentes, on peut procéder par entretiens, à deux conditions : qu’ils soient approfondis, d’une part ; et qu’ils portent sur un échantillon représentatif. Dans le cas présent, et si on part du principe qu’elles sont différemment constituées du point de vue sociologique, il aurait fallu un échantillon de chacune des manifestations. La difficulté ne réside pas dans le fait de mener des entretiens susceptibles de faire émerger l’inavouable ou le non dit. Bien d’autres l’ont fait, c’est une méthode éprouvée. Par contre, comment vérifier la représentativité d’un échantillon quand on ne dispose pas d’une représentation fiable de la population étudiée ? Qui l’a fait, ce jour-là ? Qui peut dire combien de femmes, combien d’employé.e.s, combien d’habitant.e.s des périphéries urbaines sont venu.e.s manifester ? De quoi d’autre dispose-t-on, à part des photos de foule, prises à hauteur d’homme ou d’hélicoptère, qui ont circulé dans les jours suivants ? Des impressions de chacun, forcément toutes différentes (« on était que des blancs » ; « j’ai vu des femmes voilées » ; « les gens de la périphérie ne se sont pas déplacés », …) ? Que peut-on faire de ces clichés ? Qui aurait pu et qui pourrait, une fois prochaine, avec des moyens un peu moins rudimentaires, établir une telle radiographie ? La chose n’est pas simple : comment « scanner » une manifestation, événement à la fois éphémère, hétérogène et mouvant ?

Lorsqu’on cherche à décrire l’acte électoral, on procède à des sondages de « sorties des urnes » qui permettent de déterminer, sur la seule foi des déclarations – jamais absolument sincères -, quel pourcentage d’hommes, de 18-25 ans, de retraité.e.s ou d’employé.e.s…, ont voté pour tel ou tel parti. Encore dispose-t-on, ces jours-là, de portes et donc de « sorties » bien identifiées. Essayez d’en faire autant à la « sortie » d’une manifestation au moment où elle se disperse par toutes les rues environnantes. Comment pourrez-vous être sûr.e que vous n’introduisez pas un biais en choisissant la rue qui mène au RER plutôt que celle qui permet de rejoindre à pieds les quartiers du centre ville ?

A défaut (ou en attendant) de disposer des outils pour cartographier une manifestation, Emmanuel Todd propose une autre méthode. Elle consiste à croiser des critères tels que la composition familialo-politique d’un territoire, le taux de manifestant.e.s les 10 et 11 janvier 2015, et la structure sociologique des villes les plus actives ces deux jours-là. Rien d’extraordinaire, au sens où il s’agit, au moins dans deux cas sur trois, non seulement de critères assez habituels des sciences sociales mais aussi de chiffres qui pour la plupart ont été construits par d’autres – donc disponibles pour d’autres – chercheur.e.s ou institutions.

Carte 11 janvier Libé 12 janvier Joliveau

Carte des manifestations publiée le 12 janvier dans Libération, et sur laquelle s’appuie Emmanuel Todd pour calculer les taux de participation.

C’est le cas du nombre de manifestant.e.s pour chaque ville, qui a été établi par Libération [1] ; des taux de mobilisation de 130 communes calculés par l’Ifop [2] ; et des données sociologiques fournies pour les principales villes concernées (une petite centaine). Personne ne peut contester la validité de ces chiffres ; cela ne veut pas dire qu’ils sont vrais dans l’absolu, car on sait les marges d’erreur des modes de calcul des manifestants en général, et les écarts habituellement constatés entre les chiffres de la police et ceux des organisations. Peu importe, d’après Emmanuel Todd : « lorsque les erreurs de chiffrage sont aléatoires, c’est-à-dire ne résultent d’aucun biais systématique, la corrélation mesurée est inférieure à ce qu’elle aurait été si la mesure avait été exacte. » Personne d’ailleurs n’a remis en question ces données-là. On va même parfois jusqu’à saluer l’honnêteté consistant, de sa part, à les livrer, afin de permettre aux lecteurs un peu avertis de vérifier les calculs statistiques établis [3]. Alors, que lui reproche-t-on, à la fin ?

Ce qu’on reproche généralement à Todd n’est pas la mobilisation de données incertaines, mais d’avoir tiré des conclusions erronées des corrélations établies – c’est ce qu’on appelle « l’erreur écologique » ; ou bien de s’en servir pour faire parler l’inconscient des manifestants « via des systèmes anthropologiques latents attachés au territoire de résidence, qui détermineraient leurs choix à travers les siècles [4] ». On lui a fait d’autres reproches, plus secondaires par rapport à sa thèse, mais dont l’un au moins mérite d’être pris au sérieux, notamment parce qu’il pointe vers une erreur communément faite sur la question des catégories de la recherche. C’est le cas du reproche d’essentialisation du groupe des musulmans (ou de celui des catholiques zombies), qu’il est important de clarifier. Ils seront les uns et les autres l’objet des trois billets qui suivent.

_________________________________

[1] Libération n’a pas, à ma connaissance, mis en ligne la carte du 12 janvier 2015 dont s’est servi Emmanuel Todd. On la trouve cependant dans l’article qu’a publié Thierry Joliveau, « Où est Charlie ? Ce que montrent réellement les cartes d’Emmanuel Todd », Monde géonumérique, le 19 mai 2015. Je me permets de la reproduire ici, afin que chacun puisse la consulter. Elle ne doit pas être confondue avec la carte publiée par Libération le soir du 11 janvier, disponible en ligne, même si elle s’en rapproche : la manifestation de Paris, par exemple, y est estimée à seulement 1 500 milliers.

[2] Cf. le document établi par l’institut de sondages et publié le 21 janvier 2015, « Marche républicaine « pour Charlie » : des disparités de mobilisation lourdes de sens », Focus n° 121, consultable en ligne : http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=publication&id=801

[3] C’est le cas de Jacques Lévy, qui salue la production de cartes utilisables, même si c’est pour s’opposer aux conclusions qu’en tire Emmanuel Todd. Cf. «Jacques Lévy : “Un Todd stimulant, mais brouillé avec la réalité”», dans Libération, le 3 mai 2015. Thierry Joliveau, également géographe, salue lui aussi, dans l’une des analyses les plus documentées parues sur le livre d’Emmanuel Todd depuis sa parution, « l’honnêteté rare de fournir une partie des données qui ont servi à sa démonstration et donc de soumettre à la critique son travail ». Cf. Thierry Joliveau, « Où est Charlie ? Ce que montrent réellement les cartes d’Emmanuel Todd », Monde géonumérique, le 19 mai 2015. Au terme d’un travail réactualisé le 14 juin, il conclut que « la plupart des résultats statistiques identifiés par E. Todd ont été validés, même après correction de certaines valeurs et augmentation du nombre d’observations » (je cite ici le document pdf qui accompagne l’article paru en ligne, téléchargeable ici).

[4] François Héran,  “Un esprit de système caricatural”, dans Libération, le 3 mai 2015.

[5] « Jacques Lévy : « Un Todd stimulant… », op. cit.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l’époque de la Révolution et de l’Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *