« Ce livre est un essai sur le mensonge »

La question du vrai et du faux, indissociable de la question des savoirs, de l’ignorance ou de l’aveuglement, est au cœur de la polémique née de la parution, le 7 mai 2015, du livre d’Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse. « Ce livre est aussi un essai sur le mensonge [1] », explique le chercheur, et c’est bien sans doute cette accusation de mensonge, de « fausse conscience » lancée aux personnes manifestant pour la liberté d’expression le 11 janvier, qui a suscité un émoi si vif : la presse écrite, les personnalités politiques et les collègues géographes, sociologues, politistes… tous sont très vite, parfois dès avant la sortie du livre, montés au créneau pour lui contester la validité d’une thèse qui, il est vrai, frappe fort : les manifestant.e.s du 11 janvier se seraient tout simplement trompé.e.s sur les motifs de leur mobilisation. Tout en se mobilisant avec une empathie sincère pour des hommes comme Cabu et Wolinski, ou par attachement déterminé à la liberté d’expression, ils et elles auraient en réalité exprimé une autre vérité : leur islamophobie. Innocentes porteuses d’une maladie qui gangrène par ailleurs toute la société, les personnes qui ont défilé pour Charlie se sont trouvées renvoyées à une prise de conscience et à un exercice de réflexivité que le ton de l’essai, écrit au vitriol, rendait assez peu probable [a].

Parler de la manifestation du 11 janvier comme d’un « flash totalitaire », accuser l’Etat d’avoir, par ses subventions à Charlie, contribué à la sacralisation d’une « image de Mahomet en forme de bite », tout en pointant la « médiocrité morale de nos chefs élus », en a sûrement dissuadé plus d’un.e de persévérer dans sa lecture. « Egoïstes », « autistes », les classes moyennes qui se sont mobilisées massivement seraient « d’humeur répressive » ; non seulement elles chercheraient « leur bouc émissaire », mais à travers cette manifestation du 11 janvier, guidées par des « forces puissantes, efficaces et parfaitement méprisables », elles auraient imposé « une image fausse de la réalité à l’ensemble de la population ». Pour celui qui se contenterait de l’entendre dans les médias, la leçon est peut-être plus cuisante encore : « On ne devrait pas parler de laïcité, c’est pour ça que je parle de laïcisme radical, c’est une nouvelle religion, ce sont des fanatiques », raconte-t-il au journaliste des Inrocks [2]. Tandis qu’Emmanuel Todd pointe l’« ignorance vertueuse en marche » des foules qui ont manifesté le 11 janvier, et accuse une France « qui se ment à elle-même », ses collègues lui rétorquent sur le même ton, qualifiant le livre d’« imposture [3] », dénonçant une vision « simpliste [4] », un « esprit de système caricatural [5] », une « argumentation fallacieuse [6] », une démonstration outrancière [7] voire « un manque total de rigueur [8] » d’un chercheur certes « stimulant mais brouillé avec la réalité [9] »…

Todd Obs Charlie

Avant même la parution du livre, L’Obs publie quelques pages et lance, du même coup, un débat qui ne va cesser de s’amplifier dans les semaines suivantes.

Les émotions nées d’un livre écrit « sous le coup de l’exaspération » ont supplanté le débat, et les réseaux sociaux n’ont pas été en reste pour réagir avec véhémence au livre ou aux interventions télévisées et radiophoniques qui se sont rapidement enchaînées [10]. On trouvera sa colère nécessaire ou au contraire insupportable, elle impulse un rythme et une énergie sans pause à ce livre dense et complexe de presque 250 pages, qui a permis de faire lire ce pamphlet au-delà du petit cercle des lecteurs/trices des travaux de sciences sociales habitué.e.s à la lenteur des précautions et précisions généralement nécessaires à l’administration de la preuve scientifique. Lorsqu’il y a dix ans, Virginie Despentes a publié King Kong Théorie, ce brûlot qui adressait aux hommes un réquisitoire qui n’était pas moins colérique et accusateur, et qui est encore aujourd’hui brandi comme le manifeste féministe par excellence [11], elle ne fut pas accueillie par des accusations d’imposture ; elle qui écrivait sous le coup d’une exaspération aussi perceptible que celle transperçant dans Qui est Charlie ? ne fit pas face à une telle levée de boucliers. Est-ce parce qu’Emmanuel Todd parle en tant que scientifique qu’il est aussi fortement attaqué ? Parce qu’il est plus facile de dénigrer un propos en l’attaquant sur sa scientificité qu’en le renvoyant simplement à la violence qu’il fait à ses lecteurs/trices ? Mais, et si le propos était crédible, scientifiquement ? Si, en tant que chercheure ayant travaillé selon une méthode qui se rapproche singulièrement de la sienne, j’arrivais à vous convaincre qu’il contribue à dire le vrai ? Est-ce que, ce faisant, vous accepteriez de lire son livre, d’écouter l’alerte qu’il sonne et d’entendre le message qu’il porte, une fois l’émotion retombée ?

Je réponds à l’invitation de Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau avec, pour intention, pendant ce mois de juin, de défendre la démarche scientifique d’Emmanuel Todd. Une démarche qui consiste à chercher, au-delà des discours des acteurs, les implicites et les intentions non perçues de leurs actions ; une démarche qui ne se conteste pas en produisant des mesures statistiques de discours explicites ; et qui a l’intérêt, je crois, de contribuer à faire émerger d’autres formes de matériaux et de points de vue pour dire le vrai de nos rapports sociaux.

 

—————————————————

 

[1] Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse, Paris, Le Seuil, 2015, p. 21. Les citations qui suivent sont, sauf mention contraire, extraites de cet ouvrage. Je n’indiquerai pas leur pagination, afin de ne pas alourdir les billets publiés sur Espaces Réflexifs. Mais je tiens à votre disposition un fichier permettant de les retrouver dans le corps du texte.

[a] La stupeur exprimée par certain.e.s commentateurs/trices, pas nécessairement hostiles au problème soulevé par le livre, témoigne bien de cet effet « douche froide », même si en l’occurrence elle a plutôt échauffé que calmé les esprits. Voir par exemple le titre de l’article de Christian Makarian, « Qu’est-il arrivé à Emmanuel Todd ? », dans L’Express, le 10 mai 2015.

[2] « L’esprit du 11 janvier pour des mecs comme moi c’est ‘ferme ta gueule’ », dans Les Inrocks, le 28 mai 2015.

[3] Béatrice Giblin, directrice de la revue Hérodote« Qui est Charlie ? L' »imposture » Emmanuel Todd», dans Le point, le 22 mai 2015.

[4] Vincent Tiberj, sociologue et Nonna Mayer, directrice de recherche au CNRS, « Le simplisme d’Emmanuel Todd démonté par la sociologie des ‘Je suis Charlie' », dans Le Monde, le 19 mai 2015.

[5] François Héran, directeur de recherche à l’INED, « Un esprit de système caricatural », dans Libération, le 3 mai 2015.

[6] Béatrice Giblin, directrice de la revue Hérodote, « Attention aux manipulations cartographiques », dans Libération, le 13 mai 2015.

[7] Nicolas Truong, « Emmanuel Todd contre les illusions de la France du 11 Janvier », dans Le Monde, le 7 mai 2015.

[8] Béatrice Giblin,« Qui est Charlie ? L' »imposture » Emmanuel Todd», dans Le Point, le 22 mai 2015.

[9] Jacques Lévy, géographe, interrogé par Catherine Calvet, «Jacques Lévy : « Un Todd stimulant, mais brouillé avec la réalité »», dans Libération, le 3 mai 2015.

[10] On ne peut citer toutes ses interventions dans les médias audiovisuels. L’une de ses premières apparitions, sur France Inter, le lundi 4 mai 2015, peut cependant être considérée comme la plus emblématique des émotions qui ont empêché le chercheur de déployer ses arguments. A l’inverse, l’émission de Taddéi, le 15 mai, fait figure d’exception, qui a laissé à chacun.e des invité.e.s la possibilité de s’exprimer à la fois longuement et dans le respect de chacun.e. Sur les réseaux sociaux, la violence du propos d’Emmanuel Todd fut ressentie avec une telle force, par certain.e.s, qu’il a parfois semblé plus respectueux de fermer l’audience des statuts mentionnant son nom ou faisant état d’extraits de son livre. Le sentiment qui s’est exprimé, à l’inverse, du côté de ceux et celles qui se voyaient ainsi confiné.e.s à des espaces plus privés, fut celui d’une restriction de leur liberté de parole.

[11] En témoigne sa plus récente intervention publique, dans le cadre du festival AIR, à Lyon, le 31 mai 2015 : alors qu’elle était invitée à parler de son dernier roman, l’auteure de King Kong Théorie a fait naître des applaudissements enthousiastes en répondant à un auditeur qui la questionnait, le livre à la main, sur son féminisme.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l'époque de la Révolution et de l'Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l'époque de la Révolution et de l'Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011. Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010. Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Melodie dit :

    Merci Anne de répondre une nouvelle fois si généreusement à cette invitation et pour le courage de la parole partagée ici dont augure ce premier billet.
    Bienvenue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *