Un matin d’au-revoir

Les notes de musique s’en sont déjà allées de la cave. Ici, c’est le silence, le silence des derniers instants, un silence doux et mélancolique, un silence d’au-revoir dont on espère qu’il ne se transformera pas en adieu. Je pars de la Villa ce soir, laissant place à d’autres visages, d’autres couleurs, d’autres langages.

Ce matin, je me regarde dans le miroir. Une sensation infinie d’absurde  m’étreint. C’est un mystère contenu qui court sur les rives les plus lointaines de la conscience ? On regarde dans le miroir et on constate que l’on n’est que soi, toujours soi, quand on voudrait être tout autre, lorsqu’on voudrait être un autre corps, une autre pensée, une autre intuition et un autre horizon de soi-même. On n’est que soi, là où on voudrait être plus fort, plus élargi, plus… on voudrait échapper aux mots apposés sur son corps et son être. Dans le miroir, je voudrais ne pas correspondre à des croyances, des négations, des affirmations ; ne pas correspondre à ce qu’un mot croit dire de moi ; ne pas correspondre aux images que le regard d’autrui projette sur ma peau, ombres en trompe-l’œil sur un écran de chair.

C’est alors que le reflet  se transforme dans le miroir ; c’est alors que le personnage sort de la caverne et va explorer la lumière du monde, de mon monde. Un personnage de langage et de papier, lorsque j’écris, qui n’a pas le même nom, le même corps ; que je fais se mouvoir, s’animer, vivre dans un univers imaginaire, dont le confort permet d’éprouver ce personnage. J’ai été dandy, danseur, créature extraordinaire… Dans l’imaginaire de l’écrit et du langage, j’explore le champ des possibles de mon identité. Je me déguise, je m’essaye et me mets à l’épreuve dans de multiples costumes, à l’abri des regards indiscrets ; jusqu’au jour où la distance devient caduque ; elle devient présence en ma peau. Jusqu’au jour où le déguisement de langage devient peau, ma peau, devient déguisement de chair et de corps. Le personnage se nourrit de moi autant que je m’investis de lui. Je le mets au-devant de moi ; j’ai porté un masque et ce masque est devenu visage. Le personnage imaginaire fait maintenant face à la réalité.

Je voulais fuir les illusions qui se croient vérités, les projections ombrageuses qui font parler des corps – mon corps – et n’entendent pas ce qu’ils disent en réalité. J’ai voulu m’échapper de la fausse lumière de ces anathèmes que l’on m’a jetées et que l’on me jette encore, ces discours à la va-vite par lesquels mon corps fut couvert. J’ai voulu être une autre et dans cette autre que moi, je me suis réinventée – ou plutôt, je me suis redécouverte – en cette autre imaginaire. Par la fiction d’un personnage inventé, je mets en lumière une autre vérité de moi, qui fait face aux ombres projetées l’écran de mon corps, et que j’aime maintenant mettre en jeu devant les regards réducteurs et les simplismes.

Je quitte la Villa, mon baluchon sur le dos, en laissant sur la table une citation :

« Comment, alors, cherchant sa pensée, sa personnalité, comme on cherche un objet perdu, finit-on par retrouver son propre moi plutôt que tout autre ? On ne voit pas ce qui dicte le choix et pourquoi, entre les millions d’êtres humains qu’on pourrait être, c’est sur celui qu’on était la veille qu’on remet juste la main »  (Proust, Du côté de Guermante)

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Avadi dit :

    Très beau texte. Tu me mets dans tout mes émois.
    Ces satanés miroirs ! On ne peut décidément pas compter sur eux pour essayer de n’être qu’un tant soit peu autre chose qu’une pâle copie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *