A propos de Butler, Foucault et Laqueur. Rendre la vie possible.

« L’assiduité avec laquelle j’entreprends de « dénaturaliser » le genre dans ce livre vient, je crois, du désir profond de contrer la violence des normes qui gouvernent le genre – une violence implicite au niveau des morphologies idéales du sexe – et aussi de déterrer les présupposés les plus tenaces concernant le caractère naturel ou évident de l’hétérosexualité, des présupposés pétris par les discours ordinaires ou académiques sur la sexualité. Je n’ai pas écrit sur ce processus de dénaturalisation pour le simple plaisir de jouer avec la langue ou pour nous obliger à jouer aux marionnettes au lieu d’affronter la « vraie » politique (…) Je l’ai fait par désir de vivre, de rendre la vie possible et de repenser le possible en tant que tel. » (p.43)

Nos vies sont traversées de textes qui nous allègent, nous libèrent, nous aident, en somme. Leur lecture peut être un moment de découverte d’une vérité insoupçonnable au premier abord. Dire-vrai, c’est peut-être cela : donner des outils à l’autre pour qu’il pense son réel – qu’il comprenne mieux ce qui pèse sur lui – et ainsi, au bout de la chaîne, pour qu’il puisse agir.

Quand j’ai réfléchi aux textes qui m’ont donné ce sentiment – de découvrir une vérité sur le monde et sur mon parcours, j’ai tout de suite pensé à plusieurs ouvrages, dont celui de Judith Butler, Trouble dans le genre, dont j’ai reproduit un extrait de l’introduction ci-dessus. Lorsque j’ai lu Butler, je n’étais déjà plus vraiment novice en matière de genre. La lecture de cette introduction, et du texte qui a suivi, a constitué le point d’orgue d’une réflexion sur les inégalités de genre engagée vers dix-huit ans. Plusieurs ouvrages avaient jalonné la découverte d’une vérité libératrice : genre et sexe se construisent et ne sont pas des « donnés » naturels. Je cessai de buter sur l’absolutisme de la nature en matière de sexe. Cela signifiait, pour la très jeune femme que j’étais à ce moment là, qu’il était possible de tracer un chemin qui s’écartait un peu – il ne fallait pas faire trop de bruit – des injonctions à la féminité. Il y eut les Mémoires d’une jeune fille rangée de Beauvoir, puis le Deuxième Sexe. Mes intérêts d’étudiante se précisant, je lus ensuite Foucault et Laqueur, La Fabrique du sexe. Avec eux et grâce à eux, j’ai déconstruit l’idée que l’hétérosexualité était naturelle et évidente (Foucault), que la bicatégorisation homme/femme avait toujours existé de la même façon (Laqueur). Tous ces textes, chacun à leur manière, ont incarné à un moment de la construction de mon identité un « dire-vrai ». En démasquant les systèmes de normes dans lesquels j’étais prise, en dénudant les fils qui actionnaient ce système, ils m’ont donné la possibilité d’une autre lecture du monde: désormais les souffrances liées au genre étaient le produit d’un système plutôt que l’addition de malchances individuelles et de sexisme résiduel. Butler m’a alors aidée à parvenir au bout de mon mouvement : lorsque le dévoilement a eu lieu, on peut alors commencer à combattre le système ainsi démasqué. Dire-vrai, c’est peut-être se donner les moyens de connaître ses ennemis.

20150407_223108


Caroline Muller

Professeur agrégée d’histoire

Doctorante à l’Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190)

PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 05/07/2016

    […] des formes de résistance. S’il s’agit d’empêcher des changements qui rendent la vie moins possible, ne peut-on pas y voir aussi une ressource pour l’action ? Je ne sais pas si je parviens […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *