Le pouvoir de la vérité

Me voici pour la deuxième fois devant la porte de cette belle Villa, lumineuse, accueillante, bien installée au fond de son sentier numérique. Elle n’a pas vraiment changé, si ce n’est que différents locataires ont continué à embellir le jardin en y plantant chacun à leur tour leurs pensées. Je reviens donc pour dire-vrai. Le thème de cette année réflexive semblait particulièrement adapté aux recherches que je mène sur la direction de conscience. Le coeur même de cette pratique est l’aveu, c’est à dire « dire vrai » sur soi, dire tout, tout le temps, à son directeur de conscience. Une partie de mon travail consiste à poser les questions suivantes : pourquoi un catholique doit-il dire vrai à son directeur de conscience ? Comment fait-il ? (Il y aurait des techniques du « dire-vrai ») ? A qui dit-il sa vérité et qu’est-ce que cela produit ? Je ne suis pas la première à m’être intéressée à cela, en témoignent les très belles pages de Foucault sur le sujet, Foucault à qui l’on pourrait cette année dédier un petit carré de notre jardin de pensées, tant ses textes constituent le terreau de nos réflexions. C’est aussi en le relisant que j’ai mis le doigt sur l’aspect qui m’intéresse le plus dans ces liaisons entre vérité et discours : le pouvoir. Le pouvoir de la vérité.

Je partirai de ma définition du « dire vrai » en sciences sociales, définition très contestable et incomplète, mais peu importe, il faut bien prendre un point de départ, alors essayons.

En sciences sociales, dire-vrai, ce serait dire quelque chose qui a une prise sur la manière dont nous nous représentons le réel ; qui interroge la façon dont nous construisons cette représentation ; qui cherche à expliquer pourquoi nous choisissons cette représentation plutôt qu’une autre. Ce serait déchiffrer une, des vérités sur notre rapport au réel. Ces tentatives de « dire vrai » (qui ne recoupent pas le fait de dire « la » vérité… comme on pourrait le dire avec Pablo Neruda, « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité » ) ont un effet sur nos vies. Les chercheurs en sciences sociales peuvent donner une épaisseur, une consistance, une cohérence à la réalité des vies. En cela, dire une « vérité » c’est un jeu de dévoilement, et ce dévoilement peut avoir une puissance considérable.

Au mois de mars, on cheminera donc, si vous le voulez bien, dans des textes de sciences sociales qui aident à vivre parce que, chacun à leur façon, ils « disent vrai ».Et si nous nous perdons en route, nous n’aurons qu’à lever les yeux et suivre les panneaux indicateurs : grâce à la Villa, le chemin de la réflexivité est désormais bien balisé.

Dammartin-les-Templiers-20110206-00279


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Doctorante à l'Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *