Le dernier billet du mois !

Nous voici arrivée au dernier jour du mois de mars, et donc, au dernier billet de ce mois de la villa !

Réfléchir sur le dire-vrai, sur les manières d’aborder la vérité en tant que chercheur est une réflexion qui est loin d’être simple ! Cette non-simplicité est une manière de comprendre la complexité du monde, dans toutes ses nuances. Or, cette complexité se repose justement sur des éléments simples qui se combinent ensemble selon des milliers de façons à la manière de l’ADN qui s’est construite avec seulement quatre molécules simples.

Par conséquent, cette réflexion m’a permis d’aborder sous un nouvel angle le fameux rasoir d’Ockham qui postule que la théorie la plus simple est souvent la bonne. Or, le fait d’expliquer la complexité par la simplicité théorique. Comment ainsi aborder la réalité avec une vérité théorique complexe qui simplifie une vision ? C’est toute la question qui font qu’il y ait des débats, et des théories du complot qui fleurissent un peu partout quand il y a un événement en apparence inexplicable, alors qu’il est probable qu’un élément simple puisse expliquer tel ou tel fait.

On arrive ainsi à se demande si la simplification des explications, le fait d’ignorer des éléments dérangeants risque de donner naissance à des machines à gaz théoriques pour tenter d’expliquer un fait complexe. Je ne sais si vous arrivez à suivre mes explications malaisées mais, le rasoir d’Ockham peut permettre de faire la distinction entre le dire-vrai et le dire-faux. Or, qu’est-ce qui définit le dire-faux ? Comment un historien peut-il faire la distinction dans les écrits entre la vérité et la fausseté ?

Cette question qui est loin d’avoir toutes les réponses ne peut être résolue que par une compréhension de la complexité de la situation, d’avoir une vue d’ensemble, qui permet de pouvoir visualiser les relations entre les éléments, qui forment une trame complexe. Et en même temps, d’avoir une conscience nette de la simplicité fondamentale de ces éléments séparés, tel que les fils qui forment une trame. Ne pas savoir faire la distinction entre ces éléments, et ne pas pouvoir concevoir une vue d’ensemble de la tapisserie, cela empêche justement de faire la distinction entre le dire-vrai et le dire-faux.

Qu’est-ce donc le dire-vrai, au final ? A la base, de présenter les faits tels qu’ils sont. C’est tel que je vois ainsi. Je reste conscient que des éminents penseurs y ont également réfléchi depuis des siècles, et que tous sont loin d’être en accord. C’est ce qui fait la beauté de la pensée humaine !

Savoir qu’un simple amas de neurones, constituée d’éléments chimiques simples, puisse donner naissance à toute la diversité de la pensée, et donc à une multiplicité des regards sur la réalité. Ils sont tous à la fois fondamentalement vrais, et probablement faux puisqu’ils présentent justement une partie de la vérité.

Ainsi, il est probable que personne ne peut avoir la prétention de détenir la vérité, puisqu’il n’y a que des vérités et une réalité. Cela me fait penser à ce billet de Boulet à propos de l’allégorie de la Caverne qui résume bien tout ce qui a été écrit ce mois. Je vous laisse le découvrir, et rire !

Je termine ici mon dernier billet de la villa de l’année. Peut-être à l’année prochaine !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *