Comprendre le passé, une quête de la vérité ?

Comment suis-je plongé dans ce bain de l’Histoire ? Je pense que cela devrait être commun à tous les historiens et à ceux qui s’y intéressent de près ou de loin à ce domaine. La recherche historique représente l’un des domaines de la science où il est difficile de présenter des faits qui sont facilement déformés par les différentes perceptions de la vérité de chacun des protagonistes.

Je tiens à vous présenter cette image qui m’a le plus marqué, et qui m’a fait intéresser à

Les Thermophyles Le grand livre de l'histoire du monde tout en couleurs, éd. des deux coqs d'or, 1973.

Les Thermophyles Le grand livre de l’histoire du monde tout en couleurs, éd. des deux coqs d’or, 1973.

l’Histoire. Cette image représente justement une des perceptions de la fameuse bataille des Thermophyles, lors de la seconde guerre médique, où une garnison de Spartiates défend la voie d’accès vers l’Attique contre une armée perse. Cette image qui m’a impressionné quand j’avais six ans, à une époque où je découvre le passé au travers des anecdotes de mon grand-père sourd qui nous contait ses bêtises de jeunesse, son vécu à une période de transition entre le cheval et la voiture, entre le train-vapeur et le train-électrique.

Or, cette image de la bataille qui a impressionné l’enfant de six ans apporte une nouvelle perception de cette bataille par rapport au film 300 qui présente également cette bataille d’une autre façon. Ainsi, par rapport au film en question, cette image présente une certaine appréciation de l’événement plus réaliste, de ce que l’on qualifierait plus neutre. Effectivement, le film 300 où l’on montre des mecs en tablettes de chocolat, sans armures, et faisant des moulinets de ninjas contre les soldats perses, avec quelques créatures grotesques comme celui-ci qui a des pinces de crabes à la place des mains etc…

Cette différence de traitement d’un même événement à 40 ans d’intervalle, par deux artistes différents démontre bien de la différence de perception en fonction du contexte dans laquelle se trouve l’artiste en question. Cette évolution de la perception vient en complément à ce que j’ai dit dans les billets précédents. La connaissance du contexte dans lequel se trouvent les protagonistes de l’époque, les témoins de l’événement permet de mieux comprendre les non-dits, les omissions, voire les déformations du fait, mais cela ne suffit pas justement. Il y a également le contexte dans lequel se trouve le lecteur, voire l’historien. Ce contexte a une influence forte dans les choix de l’explication des faits, de leur présentation. Ainsi, en 2015, le public, quand il entend le terme Sparte, semble penser automatiquement au film 300 et à cette image de … Je vous laisse juges :

Les fameux 300 en tablettes de chocolat

Les fameux 300 en tablettes de chocolat

Ainsi, la différence avec la perception dans les années 1970 des Spartiates démontre d’une évolution du contexte, et de la perception de l’Histoire, des événements historiques.

On mesure également une certaine liberté plus grande avec l’Histoire où chacun peut avoir son propre interprétation. Alors que la recherche historique s’intéresse de plus en plus à la micro-histoire, on remarque que le grand public, grâce au cinéma et aux médias, revient vers l’histoire événementielle et des grands personnages historiques. Mais, ce traitement de l’Histoire par les médias est-il correct ? La polémique entourant le Métronome, et les critiques envers les émissions d’histoire à la télé laisse penser que ce traitement est loin d’être objectif et présente une certaine version de la vérité historique. Ainsi, le dire-vrai dépend justement le contexte dans lequel on se trouve.

On arrive à l’un des domaines dont je connais le mieux : l’Histoire des Sourds.

Le traitement historique du congrès de Milan

Ainsi, le fameux congrès de Milan connaît également des différentes interprétations historiques, et des débats entourant cet événement. Il s’agit avant tout de la question de « l’interdiction de la langue des signes ». En effet, il se peut être un détail, mais, il est fondamental pour la communauté sourde.

Après l’adoption de la méthode orale pure qui préconise une éducation exclusivement orale, il est préconisé d’éviter le contact des enfants sourds avec la langue des signes, ou, comme je le préfère, le noétomalalien. Or, pour éviter ce contact, il est ainsi fortement recommandé de séparer les enfants qui ont été au contact de cette langue, de ceux qui ne l’ont jamais été. Cette séparation rigoureuse est mise en vigueur dès 1883 en France. Et cela conduit également au renvoi du personnel enseignant sourd des écoles spécialisées, afin d’écarter tout risque d’échec éducatif oral.

Or, les jeunes enfants qui viennent d’arriver dans ces écoles ont droit à une explication brève et brutale : « il est interdit de gesticuler ». De ceci, de nombreux punitions ont été faites, de passant par une privation de goûter jusqu’à l’enferment dans un placard, ce qui représente la pire des punitions pour un sourd qui se trouve ainsi enfermé dans le noir, sans possibilité de réagir, et de récolter des informations au travers des bruits.

Ainsi, cette interdiction a été perçue comme une interdiction formelle, légale, et cela s’est répandu au fil des générations une croyance en quoi l’interdiction d’utiliser le noétomalalien  a été inscrite dans la loi.

Cette perception a ainsi donné naissance à un mythe dans laquelle on croit que le gouvernement français a délibérément fait voter une loin interdisant aux sourds d’utiliser leur langue. Or, les faits présentent l’absence totale d’une telle loi, et de plus, il a été à l’initiative d’une personne dont le gouvernement a accordé une carte blanche. Cette personne, un haut-fonctionnaire, a toute la liberté de faire imposer au travers des procédures administratives comme un agrément à enseigner aux enfants sourds une seule méthode : la méthode orale pure.

Par conséquent, afin d’éviter de perdre cet agrément, et d’être mieux perçu de leurs pairs, les enseignants et les directeurs des écoles spécialisées se sont entrés dans une sorte de sur-enchère dans la restriction de l’usage du noétomalalien, d’où la naissance du mythe de l’interdiction par la loi, de ce qui est en fait une interdiction selon le règlement intérieur d’une école.

Or, là encore, la perception de cette interdiction a évolué depuis 40 ans. Au moment où le Réveil Sourd submerge la France, cette interdiction a été perçue comme insupportable, inacceptable même puisqu’elle s’attaque au fondement même de l’identité sourde. Ainsi, la croyance sur l’interdiction légale s’est vue renforcée. D’ailleurs, en 1977, le ministère de la santé, ministère tutelle de la plupart des écoles spécialisées de sourds, commence à lever l’interdiction d’usage du noétomalalien dans ces écoles. Or, cette interdiction se repose sur quels textes, quels éléments législatifs ? A l’heure actuelle des connaissances, il semble justement que cet interdiction s’apparente justement à un règlement intérieur, et en aucun cas à une législation qui aurait demandé un vote de l’assemblée nationale pour être abrogée !

La compréhension du passé s’apparente effectivement à une quête du passé. Or, cette quête du passé est également motivé par l’influence du présent, de ce qui a incité à comprendre ce passé. La relation entre les deux explique pourquoi la perception du passé varie énormément selon le présent. Il suffit de voir les différents travaux des historiens sur un même événement pour comprendre cette diversité de perception.

Il y a également une chose dont l’on doit également comprendre : la passion de la généalogie. Cette passion qui semble ne pas avoir de fin représente également un besoin de s’ancrer dans le passé, de comprendre d’où l’on vient selon des éléments attestés, des faits, et non pas sur les mythes familiaux. C’est ce besoin de se relier au dire-vrai, à la réalité à une période où le monde devient de plus en plus global qui permet aux passionnés de pouvoir se positionner, se situer dans la longue chaine des vies.

Ainsi, il y a la fierté de pouvoir dire que l’on vient d’un individu à telle ou telle date, et donc de pouvoir dire la vérité sur l’existence d’un oncle d’Amérique, ou de comprendre si les dires transmis de génération en génération sont-ils véridiques ou pas.

Ce besoin de chercher la vérité dans le passé est-il un besoin de s’ancrer dans un contexte immuable ? A cette question, je ne saurais le dire…


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *